chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
176 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Witchburner - Demons

Chronique

Witchburner Demons
Pourquoi Thrashocore? Une question que vous vous êtes sans doute posée aussi souvent que moi. Après tout, la plupart des chroniques ici tournent autour du death metal. Quasiment pas de hardcore et certainement pas assez de thrash. Ne comptez pas sur moi pour la partie hardcore mais en ce qui concerne le thrash, il y a moyen de s'arranger. Profitant d'une pause entre deux fournées de promos, je ressors ainsi un album que je n'avais pas eu le temps de chroniquer l'année dernière, le dernier Witchburner intitulé Demons.

Pas qu'il s'agisse d'un indispensable mais les Allemands existent depuis 1992 et il serait peut-être temps de leur consacrer au moins une chronique. Surtout que malgré presque 20 ans d'activité, le combo reste méconnu. Il faut dire que comme dans toute les scènes, les leaders prennent toute la place et ne laissent que des miettes aux formations de seconde zone pourtant dignes d'intérêt pour certaines. Ce genre de groupes, l'Allemagne en a à revendre. Witchburner est de ceux là. Ne possédant que les deux premiers opus des Teutons, Witchburner (1996) et Blasphemic Assault (1998), deux bonnes petites fournées de thrash germanique, j'avais profité l'année dernière de la sortie d'un nouvel album sur Evil Spell Records pour me rappeler aux bons souvenirs de la formation. Et à vrai dire, comme je m'y attendais, rien n'a changé. Ah si, il y a quand même cette production plus moderne, claire et puissante et surtout, le nouveau chanteur Metallic Mayhem (ex-Nocturnal) qui, avec son timbre écorché, donne une teinte black/thrash à Witchburner. Pas pour me déplaire. Pour le reste, Witchburner fait du Witchburner. Soit du thrash metal typiquement allemand qui ne s'emmerde pas avec les détails (une intro? Pourquoi faire?!) et va droit au but. Quelques mid-tempos ("Seeds Of Evil" à 2'15, le début de "Dynasty Of Fear", "Nightbreed" à 1'52...), un passage lent (l'ouverture de "Beheaded By The Axe"), sinon ça thrashe tout du long, de quoi satisfaire tous les fans de tchouka-tchouka endiablé. D'autant que le quintette nous sort des riffs efficaces et entraînants à tour de bras, le gros point fort du groupe ("Break The Skulls", "Satanic Majesty", "Seeds Of Evil", "Stone Cold Killer", "Savage Intruder", "Raise The Blade", etc.). Histoire d'apporter un petit plus, Witchburner livre aussi quelques solos de type chaotico-mélodique plutôt sympathiques ("Demons" (ça shredde!), "Dynasty Of Fear", "Nightbreed" et "Savage Intruder" pour les plus marquants).

Witchburner a toutefois les défauts de ses qualités. Toujours à fond, le groupe ne varie que trop peu souvent ses rythmiques. Sachant que les riffs, si agréables soient-ils, sont eux aussi toujours dans les mêmes tons, vous imaginez bien que ce Demons se fait vite répétitif. Mais après tout, l'album ne dure que 37 minutes, ce n'est donc pas trop dommageable même s'il s'agit là du gros défaut des Teutons depuis le début. En fait, la pochette fun qui met en scène les musiciens torturés par des démons illustre à merveille ce qu'est Witchburner: un groupe qui restera de seconde zone mais qui ne se prend pas la tête et fait son truc comme bon lui semble. Son thrash allemand élémentaire et efficace est fait pour piter, tandis que le ressenti à son écoute dépend du taux d'alcoolémie de l'auditeur. Ça n'a rien d'original, ça ne sert pas non plus à grand chose mais ça passe comme DSK dans une femme de chambre. Un plaisir simple dont il serait bête de se priver!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Witchburner
Thrash Metal
2010 - Evil Spell Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (5)  7.7/10

plus d'infos sur
Witchburner
Witchburner
Thrash Metal - 1992 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Break The Skulls
02.   Satanic Majesty
03.   Seeds Of Evil
04.   Demons
05.   Dynasty Of Fear
06.   Stone Cold Killer
07.   Nightbreed
08.   Beheaded By The Axe
09.   Savage Intruder
10.   Raise The Blade

Durée : 37'57

line up
parution
5 Juillet 2010

Essayez aussi
Distillator
Distillator
Summoning the Malicious

2017 - Empire Records
  
Exodus
Exodus
Pleasures Of The Flesh

1987 - Music For Nations
  
Sodom
Sodom
Persecution Mania

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Sodom
Sodom
Sodom

2006 - Steamhammer Records (SPV)
  
Overkill
Overkill
Ironbound

2010 - Nuclear Blast Records
  

Destruction
Eternal Devastation
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast