chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soilwork - Steelbath Suicide

Chronique

Soilwork Steelbath Suicide
Il y a des jours comme çà où l’envie vous prend de réécouter un cd tout plein de poussières, caché dans votre pile sacrée de skeuds. Après quelques titres passés, on se rappelle de vieux souvenirs de l’époque où on écoutait en boucle l’album… Mais on se rend compte aussi par la suite de l’évolution vraiment notable du groupe en question. Ici je parle de Soilwork (même si je pourrais faire une liste de groupes dans le même cas), le groupe stakhanoviste suédois qui aura fait couler beaucoup d’encre avec ses derniers albums. Cependant ici nous ne parlerons que de leur étonnant premier album, j’ai nommé Steelbath Suicide. Petit retour dans l’histoire : la moyenne d’âge des membres du groupe de Gothenburg est de 20 ans et après avoir sorti une démo en 1997, Soilwork se fait remarquer par le fameux label français Listenable, qui leur permit de sortir leur premier album studio un an plus tard.

Soilwork pose directement ses bases : un death/thrash avec une pincée de heavy « made in Gothenburg » très influencé At The Gates, Arch Enemy et In Flames, accompagné d’une touche de modernité qui fait tout le charme du groupe. Malgré le peu de maturité du groupe, on se retrouve au final littéralement sur le cul, que ce soit par rapport au niveau technique des zicos ou aux compos relativement impressionnantes dignes de vrais vétérans du style. Soilwork nous largue une pléiade de titres bien rapides d’une efficacité assez déconcertante qui se démarquent largement de tous les autres groupes qui agissent plus ou moins dans le même rayon.
Cette efficacité se résume par une moyenne de titre qui ne dépasse pas les 3 minutes et qui vous laissent scotchés par des mélodies ultra accrocheuses offertes par des riffs hyper mélodiques ou des soli bien techniques sur des hits comme « Sadistic Lullabye », « Skin After Skin », « Wings Of Domain », « Demon In Veins », « The Aardvark Trail » ou bien sur les pistes instrumentales entraînantes comme le titre d’introduction ou le jouissif « Centro De Predominio ».
Seulement voilà, on est maintenant en 2005 et la comparaison avec les albums récents du groupe ou bien d’autres, reste inévitable. Compte tenu du manque d’expérience du groupe, on ne chipotera pas tellement : la technique y est ; la voix elle, étonnera les jeunes initiés à Soilwork, car on est bien loin des capacités de Speed que ce soit au chant hurlé ou au chant clair (d’un Disarmonia Mundi par exemple) inexistant encore ici. Pour un premier album le son reste plus que correct (studio Fredman oblige), mais on reste tout de même éloigné de la puissance d’aujourd’hui (mamamia « Like The Average Stalker » !).

Les bases du style du groupe n’y sont qu’à un état embryonnaire ici et ne se développeront réellement qu’à partir du génialissime A Predator’s Portrait et çà malgré quelques titres qui restent des hymnes de Soilwork et bien chers aux fans.
Au final çà reste assez générique, il manque ce petit quelque chose qui en ferait un album ultime (il faut noter que cet album est passé assez inaperçu et n’a été réédité qu’en 2001).
Steelbath Suicide est toujours aussi plaisant à réécouter et demeure un album très honorable, ébauche d’un groupe au potentiel plus qu’impressionnant et qui en laissera un grand nombre sous le charme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
21/02/2005
note: 8/10
mon premier acheté de Soilwork...trop bon!!
Jotun citer
Jotun
15/01/2005
un bon album mais pas mon préféré, j'ai eu beaucoup de mal a accrocher, enfin le niveau technique des guitaristes n'est plus a démontrer
pj666 citer
pj666
09/01/2005
Hmm gros premier album quand même. Ca ressemble bcp à Arch Enemy mais quels débuts !!
citer
skyfire
05/01/2005
bjorn streed c'est vremens un putain de chanteur !!!
Chris citer
Chris
05/01/2005
c clair que meme à l'époque ce disque n'était pas une révélation, mais niveau technique, sens mélodique (raah ces solos sur les instrumentaux!!) et aggressivité c'était déjà du tout bon! et perso j'adore ce chant ultra pas maitrisé de Strid, il s'arrachait les cordes vocales à chaque chanson et ça donne un certain charme à l'ensemble...

enfin le blème c qu'il y a ici bcp de chansons passables, et seulement deux chefs d'oeuvres (en dehors des instrumentaux): "Wings of Domain" et la sublime "Demon in Veins" avec son refrain ou Strid donne tt ce qu'il a en hurlant encore et encore "Demoooon"...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soilwork
Death/Thrash mélodique
1998 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (8)  8.06/10
Webzines : (9)  7.86/10

plus d'infos sur
Soilwork
Soilwork
Death mélodique moderne - 1996 - Suède
  

tracklist
01.   Entering The Angel Diabolique
02.   Sadistic Lullabye
03.   My Need
04.   Skin After Skin
05.   Wings Of Domain
06.   Steelbath Suicide
07.   In A Close Encounter
08.   Centro De Predominio
09.   Razorlives
10.   Demon In Veins
11.   The Aardvark Trail
12.   Sadistic Lullabye (live bonus track)

line up
voir aussi
Soilwork
Soilwork
Sworn To A Great Divide

2007 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
Death Resonance (Compil.)

2016 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
Natural Born Chaos

2002 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
Stabbing The Drama

2005 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
The Ride Majestic

2015 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Kalmah
Kalmah
For The Revolution

2008 - Spikefarm Records
  
Revocation
Revocation
Teratogenesis (EP)

2012 - Scion Audio Visual
  
Darkane
Darkane
Layers Of Lies

2005 - Nuclear Blast Records
  
Battlecross
Battlecross
Pursuit Of Honor

2011 - Metal Blade Records
  

The Machete
Untrue
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique