chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
86 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Criminal - No Gods No Masters

Chronique

Criminal No Gods No Masters
Criminal nous vient d'un pays où les groupes de métal ne sont pas légions, le Chili (patrie de Tom Araya quand même!). Les deux cerveaux du groupe, Rodrigo Contreras (lead guitar) et Anton Reisenegger (ex-Pentagram, chant et guitare) décident en 2002 de s'installer en Angleterre pour donner une dimension internationale à leur combo, formé en 1991. Là-bas, Zac O'Neil (Extreme Noise Terror, batterie) et Mark Royce (ex-Entwined, claviers) sont embrigadés, ainsi que Robin Eaglestone (ex-Cradle Of Filth, basse), qui quittera finalement le groupe en 2003 avant l'enregistrement de ce 4è album, le bien-nommé "No Gods No Masters".

Déjà, premier constat: le groupe a un son particulier, froid, mécanique et bruyant (notamment pour le chant et la batterie) qui colle très bien à la musique. La musique, parlons-en tiens. Criminal navigue entre à peu près tous les styles de métal extrême, du grindcore au brutal death (rha ce passage à 1'46 sur "Idol"!), en passant par l'indus (à la Fear Factory), le thrash et le power. On ressent une petite influence Napalm Death, notamment dans les blasts très rapides et la voix hurlée, entre grind et black, un peu trop répétitive d'ailleurs. Le chanteur semble en effet particulièrement enragé et tient à nous le faire savoir.

Les morceaux sont assez variés avec des passages très brutaux (les débuts de "Aberration" de "Deconstruction", de "Downfall" et de "Violent Change", "Idol") et d'autres un peu plus posés, histoire de reposer le malheureux auditeur. On y remarque l'utilisation de claviers mais jamais de manière excessive, toujours bien placés et qui ne prennent jamais la place des guitares. Seul un break un peu électro sur "Downfall" met les claviers en avant mais il passe très bien, même pour quelqu'un comme moi qui n'est pas un grand fan de cet instrument. La présence de ces synthés donne plus de relief aux titres et les rend plus mélodiques, plus accessibles ce qui n'est pas un mal au milieu de tant de violence. On a même le droit à un instrumental, "Tidal Wave", très calme pour mieux nous assomé sur la fin avec un excellent riff bien brutal, martelé en cadence par une double pédale impressionnante.

Criminal possède un réel talent pour trouver des "mélodies" et des riffs accrocheurs, obsédants, qui vous trottent dans la tête longtemps après l'écoute. On retient "Deconstruction", "Downfall" et surtout le génial "Dark Half". La mélodie lancinante me tapait sur le système au début mais après plusieurs écoutes j'ai fini par l'apprécier et même l'adorer. Et le break surpuissant (à 2'29 répété à 3'52) à forte teneur en headbanging m'a époustouflé, superbement amené par un long passage plus calme où le chanteur continue cependant d'hurler.

Une autre grande qualité de cet album est la présence sur pratiquement tous les morceaux de soli mélodiques, très agréables, qui contrastent avec l'ambiance brutale, et qui jouent ainsi le même rôle bénéfique que les claviers. On note malgré tout une certaine redondance dans ces soli.

Egalement à souligner, la performance assez incroyable du batteur Zac O'Neil. Celui-ci a un jeu très varié, aussi à l'aise dans les breaks calmes que dans les passages de blasts ultra-rapides. Il se fait par ailleurs un malin plaisir à suivre la cadence de certains riffs saccadés avec sa double pédale. J'avoue adorer ça.

Sans être une révolution ni un monument du métal, "No Gods No Masters" est donc un bon album (même très bon sur certains passages) sur lequel je ne pourrais que vous conseiller de jeter une oreille. Criminal possède sa propre personnalité et a le mérite de ne pas sonner comme toutes les productions actuelles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
02/09/2005 12:15
une influence Napalm Death??!!! faut que j'écoute ça!...
Keyser citer
Keyser
04/03/2005 14:02
Un morceau ("No Return"Clin d'oeil est dispo en streaming sur leur site, n'hésitez pas à y jeter une oreille Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Criminal
Thrash/Death
2004 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  7.43/10

plus d'infos sur
Criminal
Criminal
Thrash Moderne - 1991 - Chili
  

vidéos
Deconstruction
Deconstruction
Criminal

Extrait de "No Gods No Masters"
  

tracklist
01.   Aberration
02.   Consumed
03.   No Return
04.   Deconstruction
05.   Violent Change
06.   Tidal Wave
07.   Downfall
08.   Idol
09.   Dark Half
10.   Faceless
11.   Heresy (bow to none)

Durée totale: 39.58

line up
voir aussi
Criminal
Criminal
Akelarre

2011 - Massacre Records
  
Criminal
Criminal
Sicario

2005 - Metal Blade Records
  
Criminal
Criminal
White Hell

2009 - Massacre Records
  

Essayez aussi
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  
Assorted Heap
Assorted Heap
Mindwaves

1992 - 1MF Recordz
  
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  
Descending
Descending
Enter Annihilation

2008 - Massacre Records
  
Hacride
Hacride
Amoeba

2007 - Listenable Records
  

Mumakil
Behold The Failure
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast