chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
111 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Monolith Deathcult - Trivmvirate

Chronique

The Monolith Deathcult Trivmvirate
Jouer avec le feu : en voilà une saine activité, que ce soit pour chauffer des tisons en prévision d'une bonne vieille séance de torture, en s'amusant avec un lance-flammes pour nettoyer une tranchée ou faire sortir l'ennemi de ses buissons, lui faisant faire dans les deux cas des grands gestes très drôles en hurlant dans une langue si possible inconnue, ou encore pour faire disparaître les traces de ses crimes, si possible contre l'humanité, sinon c'est à la portée du premier venu, ce qui vous en conviendrez enlève beaucoup de charme à la chose.
Jouer avec le feu, cela peut aussi signifier manier la provocation, cas dans lequel les effets sont beaucoup moins visuels mais tout aussi jouissifs, si celle-ci est assumée et maniée avec talent.
Mais dans les deux cas, jouer avec le feu c'est aussi s'exposer au retour de flamme, tel le crétin moyen qui se fait exploser sa bombe artisanale à la tronche : plus de bras, plus de chocolat, bien fait pour ta gueule. Sélection naturelle.

The Monolith Deathcult, voilà un groupe qui a toujours su jouer avec le feu : l'homme derrière les textes du groupe, professeur d'histoire, a donc une connaissance parfaite de tous les jeux impliquant une combustion de son prochain inventés par l'humain, et une intelligence particulièrement affûtée qui leur permet de manier la provocation avec un naturel et une assurance inégalés dans le milieu du metal.
L'élément qui permet au groupe d'afficher cette assurance, c'est la qualité absolument irréprochable de sa musique : si The Apotheosis, leur premier album, était encore très largement marqué par l'influence de Nile, le beaucoup plus personnel The White Crematorium leur a permis de s'imposer comme un groupe absolument unique, à la personnalité fermement et fièrement marquée. Et ce second album datant de 2003, c'est un bien faible euphémisme de dire que ce Triumvirate était pour le moins attendu…

Que c'est-il passé durant ce laps de temps ? Et bien le groupe a décidé de pousser son concept jusqu'au bout et d'assumer son goût pour la provocation jusque sur le plan musical : le changement le plus immédiat, et aussi le plus visible, fut l'intégration d'un préposé aux claviers et samples ; Deuxièmement, leur leader, et aussi chanteur/bassiste Robin a décidé de ne plus cacher, et même revendiquer, son intérêt et donc les influences qui en découlent, pour des groupes que les amateurs de metal extrême peuvent considérer comme indignes, les rigolos en bleu de travail de chez Slipknot en tête.
Le résultat ? Concernant l'intégration de Carsten Altena au synthé, on ne peut que se montrer dubitatif : The White Crematorium était déjà particulièrement imposant et massif sur le plan sonore, avec beaucoup d'arrangements divers (le break au compteur Geiger sur Concrete Sarcophagus, par exemple), l'arrivée d'un nouveau membre passe très vite inaperçue. De plus, les touches d'electro dans le metal extrême ne sont plus spécialement un élément innovant, le groupe en utilisait déjà, et pour le peu que Carsten apporte, en live des bandes feraient aussi bien l'affaire. D'ailleurs, fait qui ne trompe pas, il a déjà été congédié du groupe, sans être remplacé…
Quant à l'intégration d'influences plus accessibles dans l'ensemble ultra-compact qu'était la musique du Monolithe, la rupture avec le passé du groupe qu'elle provoque est pour le moins radicale… Ce disque peut en fait être divisé en trois : un tiers, rapide et brutal, est immédiatement identifiable comme étant la suite directe de The White Crematorium, la musique du groupe se fait alors si dense, avec ces blasts si typiques au groupe, que toute trace de nouveauté est irrémédiablement oubliée. Le second tiers, les parties mid-tempo épiques, semblent directement héritées du dernier morceau, éponyme, du précédent album, mais sont toutefois beaucoup plus présentes, perdant de leur efficacité : là où elles étaient auparavant utilisées pour apporter une rupture ou préparer une relance assassine, elles ont maintenant tendance à faire s'embourber le groupe, comme en témoigne l'interminable morceau d'ouverture, Deus ex Machina.
Le dernier tiers, les nouveaux riffs plus accessibles et moins extrêmes, sont au final excessivement communs et basiques, entendus mille fois partout ailleurs (extrêmement regrettable pour un groupe qui avait su se forger une identité propre avec le précédent opus), et semblent idéalement placés pour… ruiner tout l'impact qu'auraient pu avoir les autres parties, au lieu d'apporter un relief qui les auraient mises en valeur. Ces riffs viennent en effet très souvent interrompre une partie rapide qui jusque-là semblait vouloir s'envoler, lui coupant les ailes pour mieux la faire chuter, servent de base à des couplets qui s'éternisent sur des rythmiques empreintes d'un manque d'imagination à en pleurer de dépit, ou font office de remplissage pour caser tant bien que mal des parties electro totalement vaines.
Pire encore, ces riffs peuvent être considérés comme étant extrêmement opportunistes, ouvrant la musique du groupe à un public moins ciblé : les ignobles parties jumpy et l'immonde break central de Wraath of Baath sont à mes yeux racoleuses, calibrées pour ratisser large. Ne soyons pas naïfs, sûrement n'est-ce pas là le but du groupe qui est sans aucun doute bien au dessus de ce genre de considérations, mais c'est toutefois le genre de réactions qu'entraîneront immanquablement ces ajouts auprès d'une bonne partie de leur (ex- ?) public.
Au final, la multiplication des riffs posés ou accessibles, la très dispensable Kindertoteslied, les deux mid-tempo (ou presque) Demigod et Den Ensomme Nordens Dronning (qui prises indépendamment sont pourtant excellentes) concourent à donner une impression générale de mollesse à cet album, qui coupera nécessairement le groupe de la frange extrémiste de son public.

En décidant de porter son concept à sa musique, The Monolith Deathcult s'est délibérément tiré une balle dans le pied : privé de la base inattaquable qu'était sa musique jusqu'au-boutiste et sans compromis, le groupe semble être devenu l'esclave de sa propre provocation et ne plus chercher à faire réagir que dans le seul but de faire réagir ; et bien soit, jouons le jeu du groupe et réagissons en metalleux fermé, fan frustré d'un groupe qui a changé : cet album est mou, commun, bancal, et est un immense pas en arrière, impardonnable de la part d'un groupe qui semblait destiné à s'imposer au sommet de la hiérarchie du death metal européen.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Monolith Deathcult
Death metal
2008 - Twilight-Vertrieb
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (20)  7.1/10
Webzines : (13)  8.3/10

plus d'infos sur
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
Electro-néo Bozo le Clown - 2002 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Deus Ex Machina
02.   Wrath of the Baath
03.   Kindertodeslied
04.   Master of the Bryansk Forest
05.   M.M.F.D.
06.   I Spew Thee Out of My Mouth
07.   Demigod
08.   Den Ensomme Nordens Dronning

line up
parution
15 Février 2008

voir aussi
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
Tetragrammaton

2013 - Season Of Mist
  
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
The Apotheosis

2003 - Karmageddon Media
  
The Monolith Deathcult
The Monolith Deathcult
The White Crematorium

2005 - Karmageddon Media
  

Essayez plutôt
Desultory
Desultory
Counting Our Scars

2011 - Pulverised Records
  
Tribulation
Tribulation
Down Below

2018 - Century Media Records
  
Desultory
Desultory
Bitterness

1994 - Metal Blade Records
  
Skelethal
Skelethal
Interstellar Knowledge Of The Purple Entity (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Ossuarium
Ossuarium
Calcified Trophies Of Violence (Démo)

2017 - Autoproduction
  

Déception de l'année
Soulfly
Soulfly
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast