chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cryptopsy - None So Vile

Chronique

Cryptopsy None So Vile
Garou, Céline Dion, Isabelle Boulay, (je m'arrête là car la liste est bien trop longue)... Aaaahhhh, si le Québec se résumait à la pollution sonore que les radios diffusent sur les ondes, je pense qu'il y aurait déjà bien longtemps qu'un groupe d'activistes aurait fait sauter cette contrée. Mais heureusement, le Québec ce n'est pas que du froid, un accent (très) spécial et des chanteurs de variété à deux balles : c'est également une terre du métal et Cryptopsy en fait parti (parmi beaucoup d'autres).

Et le fait que je commence à chroniquer les albums de Cryptopsy par "None So Vile", deuxième tuerie du groupe, n'est pas un hasard. Si vous l'avez déjà croisé chez un de vos amis, vous pouvez déjà vous féliciter d'avoir un ami qui a du goût et du savoir vivre. Faites en suite l'expérience de lui demander de vous en parler et je pense que les mots lui manqueront. Vous pourrez peut être même apercevoir une lueur dans ses yeux, témoignage d'une émotion difficilement contenable... Et là je vous sens sceptique. Oui vous là qui ne connaissez pas cet album (les autres savent de quoi je parle). Oui, c'est du brutal death et alors, ça n'est pas pour ça que ça ne doit pas être beau. Non mais !

En effet, "None So Vile" est un pur produit brutal death : 8 titres pour 32 minutes de brutalité extrême, de la première à la dernière seconde, pas mélodique pour un sous et complexe de surcroît. Les seuls moments de répit que vous laissera cet album, ce sont les blancs entre les morceaux (ils ont eu tout de même la bonne idée de ne pas les enchaîner, Ouf...) et l'introduction au piano de "Phobophile" qui est LA chanson culte du groupe, avec son solo, ses sweeps de tarés et ses riffs vraiment dévastateurs. L'album est d'une cohérence et d'une constance digne des plus grands chef d'oeuvres métalliques, enchaînant les morceaux tous aussi bons les uns que les autres. Le son par contre n'est pas excellent (ils n'avaient pas encore beaucoup de moyens), un peu plat et le mixage est juste correct, mais ces petits détails ne gène que pour la phase de découverte de l'album.

Mais alors qu'est ce qui fait que c'est si bon ? Et bien, il vous faut savoir que Cryptopsy ne pratique pas un brutal death très commun. En effet, leur style est imprégné de multiples influences et notamment jazz, ce qui fait que l'on s'ennuie jamais. Leurs compositions, en plus de leur extrême violence, ont pas mal de relief et changent tout le temps de rythme. Et l'on ne peut pas parler de "None So Vile" sans parler des excellents musiciens qui ont participé à ce carnage. Lord Worm, l'éructeur de service, nous débite plus de mots à la fois qu'il est possible d'en lire (essayez de suivre avec les paroles sous les yeux pour voir), dans un registre guttural des plus caverneux. Jon Levasseur, guitariste de son état, nous balance entre deux riffs, des solos incompréhensible de complexité (avec des sweeps (avis aux guitaristes (et oui, moi aussi j'aime bien les parenthèses)) franchement infaisables). La bassiste Eric Langlois assure tranquillement la base rythmique avec de temps en temps de petits solos bien sympathiques. Et enfin, Flo Mounier, le poulpe-batteur et élément clé du combo québécois, se déchaîne sur ses fûts avec une énergie et une ingéniosité remarquable ; il assure également les backing-grognements (excellents) qui donnent un cachet encore plus extrême, Flo ayant plutôt une voix "black".

"None So Vile" fait parti de ces albums qui prend une de vos couilles pour taper sur l'autre de part sa brutalité et son intensité. Il donne même mal à la tête lorsque l'on en abuse (d'ailleurs il vient de faire deux tours dans ma platine et j'en peux plus là). Mais il n'en est pas moins un album réfléchi où rien (mais alors rien du tout) n'est laissé au hasard, sorte de désordre ordonné où chaque élément est à sa place. La preuve que la qualité s'apprécie à petite dose. Un album culte et donc indispensable, réalisé par et pour des "gars-qui-en-ont" :)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cryptopsy
Brutal death technique
1996 - Wrong Again Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (47)  8.64/10
Webzines : (13)  8.64/10

plus d'infos sur
Cryptopsy
Cryptopsy
Brutal Deathcore Technico-Chaotique - 1992 - Canada
  

tracklist
01.   Crown Of Horns
02.   Slit Your Guts
03.   Graves Of The Fathers
04.   Dead And Dripping
05.   Benedictine Convulsions
06.   Phobophile
07.   Lichmistress
08.   Orgiastic Disembowelment

Durée totale : 32:03

line up
voir aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
Blasphemy Made Flesh

1994 - Displeased Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
The Unspoken King

2008 - Century Media Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Live (Live)

2003 - Century Media Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Cryptopsy

2012 - Autoproduction
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Live At The Trois Rivieres (DVD)
(Metalfest IV)

2004 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Reciprocal
Reciprocal
Reciprocal

2009 - Autoproduction
  
Decrepit Birth
Decrepit Birth
...And Time Begins

2003 - Unique Leader Records
  
Emeth
Emeth
Insidious

2004 - Brutal Bands
  
Monumental Torment
Monumental Torment
Element Of Chaos

2011 - SFC Records
  

Hail!Hornet
Disperse The Curse
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique