chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Misery Index - Heirs to Thievery

Chronique

Misery Index Heirs to Thievery
Elle est loin l'époque de « Retaliate », ce premier album sorti en 2003 tel un intrus chez l'écurie Nuclear Blast, plus habituée aux grosses cylindrées Suédoises et Allemandes qu'aux combos de grind / death abrasif. Misery Index a depuis fait son petit bonhomme de chemin, retrouvant le label de ses premiers amours (époque Dying Fetus), et alignant année après année tournées à rallonge et albums propres à ravir le plus difficile des chroniqueurs. C'est donc avec un enthousiasme certain que j'ai découvert pour la première fois en début d'année « The Carrion Call », le premier titre de l'album mis en ligne sur le MySpace du groupe. Pas bien convaincu à l'époque, c'est avec l'ignoble promo en Mp3 (bippé à mort et en basse définition) fourni par Relapse que le cauchemar a pris forme : Misery Index aurait-il eu une grosse panne d'inspiration ?

Il m'aura fallu une pleine rasade de MI cuvée 2010 dans de meilleures conditions pour me rassurer : le groupe n'a pas perdu la flamme. Cependant, mes craintes étaient justifiées : là ou « Discordia », « Dissent », « Traitors »… n'étaient que prétexte à une succession de dithyrambismes (un doute ? retournez lire mes chroniques) de ma part, « Heirs… » se prête plus facilement à la critique, une première pour la groupie absolument non objective que j'ai l'habitude d'être.

La faute à qui, à quoi, difficile de mettre le doigt dessus. D'autant plus que pour démarrer en douceur cette chronique, il faut bien reconnaître que ce que l'on aime chez MI, à savoir une rapidité extrême et l'art de dénicher des compos qui déboîtent, est ici présent en quantité non négligeable, voire même, et je pèse mes mots, en surabondance. Que ce soit en entame d'album, avec l'expéditif « Embracing Extinction », auquel succède bien vite l'incontournable « Fed to the Wolves », (du grand MI comme on ne peut que l'aimer) ; ou en guise d'« au revoir », avec une série de titres qui de par leur succession et leur intensité constante, sont peut être le morceau d'album le plus brutal que MI nous ai jamais servi, le constat est évident : MI n'a rien perdu de la hargne qui le caractérisait, et ce ne sont pas « You Lose » et « Day of The Dead », 2 titres qui ont de quoi ravir ceux que " Order Upheld / Dissent Dissolved " faisait déjà mouiller sévère à l'époque de « Retaliate », qui me feront mentir.
Le quota de blasts est donc atteint haut la main, avec comme j'expliquais peut être même un petit excédent qu'on se gardera bien volontiers de refuser. Pourtant, je prend moins mon pied à me massacrer les oreilles avec « You Lose » ou « The Illuminaught » qu'avec « Traitors » ou « Pandemican », allez savoir pourquoi.
Ce n'est pas seulement là qu'il faut chercher la petite bête, mais également dans les titres plus tempérés, tel ce « The Seventh Cavalry », homologue version 2010 des « Ghosts of Catalonia » et « Discordia », qui jouaient déjà sur les albums précédents office de seuil de décompression, judicieusement placés entre 2 décharges de BPM. Cependant, cette fois ci, et j'ai mal au cœur de l'écrire, l'essai est complètement raté.
Difficile de parler de panne d'inspiration pour autant, tant à contrario certains titres sont absolument bluffant : « Heirs to Thievery » aura ainsi droit de citer aux cotés de « Traitors » en tant que titre éponyme qui met à lui seul la branlée à la concurrence ; et mon petit chouchou « The Spectator », terriblement addictif grâce à ses relents HxC.

Alors album de l'année en aucun cas, et meilleur album de MI certainement pas ; « Heirs to Thievery» a pourtant pour lui d'être la preuve que nos petits gars de Baltimore méritent la reconnaissance critique grandissante dont ils bénéficient à chacune de leurs sorties. Simplement, je les aient connu plus inspirés sur la longueur qu'ici; pour autant on sera rassuré sur l'intégrité restée intacte du groupe, tant ils ne lâchent pas un centimètre de terrain quand il s'agit de propager la bonne parole métallique à grands coups de blast. Rendez vous donc au prochain album, pour un probable sans faute cette fois ci.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/06/2010 12:29
note: 7.5/10
Meilleur que "Traitors" (notamment au niveau de la prod) qui m'avait vite gonflé mais un bon cran en dessous de "Discordia" pour moi. La faute aux quatre derniers titres assez communs pour du MI et qui font un peu retomber le soufflé. Très efficace quand même, avec quelques réminiscences fetusiennes bien venues!
Yz citer
Yz
15/06/2010 20:27
Pour l'instant pas trop convaincu par celui là. J'ai l'impression que MI ça devient de plus en plus rapide mais aussi de plus en plus "facile"...
Chri$ citer
Chri$
01/06/2010 20:44
note: 7.5/10
Bernard a écrit : "...el un intrus chez l'écurie Nuclear Blast, plus habituée aux grosses cylindrées Suédoises et Allemandes qu'aux combos de grind / death abrasif..." L'auteur de cette phrase semble ne pas connaitre les débuts du label ou des signatures telles que Benediction, Pungent Stench, Decapitated, Kataklysm, Lock Up, Malevolent Creation, Nile...

Bernard, regarde moi dans les yeux (enfin, regarde ton écran quoi) et répète moi que toi, quand tu penses à Nuclear Blast, tu penses immédiatement à un bon gros label typé death / grind...et pas plutot à Nightwish, In Flames, Soilwork, Sonic Syndicate, Sonata Artica, Hammerfall, Rhapsody et autres groupes têtes de proue du label. Hein? Ok, il me semblait aussi.
NB a eu son heure de gloire, mais même s'ils ont très récemment récupéré quelques pointures de qualité, ça n'en fait pas pour autant un label réellement dédié aux musiques extrêmes..alors que Relapse si.
Et ça ne m'étonne donc pas qu'ils aient giclés MI après "Retaliate", que j'aurais bien vu d'ailleurs sortir chez n'importe qui d'autre que NB. Mais on ne va pas refaire l'histoire du groupe à nous deux, hein?
Invité citer
Bernard
01/06/2010 16:22
"...el un intrus chez l'écurie Nuclear Blast, plus habituée aux grosses cylindrées Suédoises et Allemandes qu'aux combos de grind / death abrasif..."
L'auteur de cette phrase semble ne pas connaitre les débuts du label ou des signatures telles que Benediction, Pungent Stench, Decapitated, Kataklysm, Lock Up, Malevolent Creation, Nile...
Ander citer
Ander
24/05/2010 21:34
note: 7/10
Pour ceux qui sont intéressés l'album est toujours en streaming ici. Pas fan du groupe, mais ça s'écoute.
goriyaz citer
goriyaz
24/05/2010 18:05
note: 7.5/10
Très efficace, comme d'habitude avec indice de pauvreté, et avec un sens de l'enchaînement de riffs qui déchirent toujours aussi bon! Manque juste quelques gros blasts bien gras (à la rotten sound par ex.) à certains moments mais franchement je fais la fine bouche.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
23/05/2010 15:21
note: 7.5/10
J'ai beaucoup aimé "Discordia" mais "Traitors" m'a très vite gonflé et je n'ai même pas atteint la dizaine d'écoutes syndicale. Du coup j'hésite vraiment à me le prendre celui là ...
LostSon citer
LostSon
22/05/2010 21:00
note: 8/10
Pour moi leur meilleur depuis Retaliate. Pas d'accord avec la chro. Prod puissante quoiqu'un peu synthétique, mais au final, ca dépote.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Misery Index
Death / Grind
2010 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (8)  7.5/10
Webzines : (27)  8.05/10

plus d'infos sur
Misery Index
Misery Index
Death / Grind - 2001 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Embracing Extinction
02.   Fed to the Wolves
03.   The Carrion Call
04.   Heirs to Thievery
05.   The Spectator
06.   The Illuminaught
07.   The Seventh Cavalry
08.   Plague of Objects
09.   You Lose
10.   Sleeping Giants
11.   Day of the Dead

line up
parution
24 Mai 2010

voir aussi
Misery Index / Commit Suicide
Misery Index / Commit Suicide
Split-CD (Split-CD)

2002 - Willowtip Records
  
Misery Index
Misery Index
The Killing Gods

2014 - Season Of Mist
  
Misery Index
Misery Index
Live In Munich (Live)

2013 - Season Of Mist
  
Misery Index
Misery Index
Rituals of Power

2019 - Season Of Mist
  
Misery Index
Misery Index
Dissent (EP)

2004 - Anarcho Records
  

Essayez aussi
Dying Fetus
Dying Fetus
Purification Through Violence

1996 - DieHard Music
  
Pilori
Pilori
À Nos Morts

2020 - Terrain Vague / APB Records / Coups de Couteau
  
Gorezone
Gorezone
Brutalities Of Modern Domination

2009 - Xtreem Music
  
Lykathea Aflame
Lykathea Aflame
Elvenefris

2000 - Obscene Productions
  
Nolentia
Nolentia
Sell Your Soul To Grind N' Roll! (Démo)

2008 - Autoproduction
  

Album de l'année
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique