chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Obscura - Omnivium

Chronique

Obscura Omnivium
Attention, le contenu de cette chronique ne reflète que l'avis de son rédacteur, et n'engage pas la responsabilité de Thrashocore, ses dirigeants, ses actionnaires et ses ayants-droit. Toute réclamation concernant cette publication, toute lettre d'insulte et tout colis piégé est à envoyer directement à Chris, après tout, c'est lui qui est à l'origine de tout ça.

Souvenez-vous, la chronique de Cosmogenesis a maqué un tournant dans l'histoire de Thrashocore, notre beau webzine au poil soyeux qui est à la pointe en matière de death technique depuis que votre serviteur a rejoint ses rangs. C'était en effet la première fois qu'un extrait d'une de nos chroniques figurait sur un sticker promotionnel de la version française d'un cd, joie un peu entachée par le fait que la phrase en question était une pure invention d'un chargé de comm' probablement défoncé au schnaps et qui n'avait rien trouvé de mieux que de mal orthographier le nom de Thrashocore. On pouvait donc y lire « Le meilleur album de métal de l'année – Trashcore webzine », ce qui était plutôt cocasse sachant que je n'écris jamais metal avec un accent et que je m'avance rarement à faire des conjectures hasardeuses sur notre bilan annuel alors que février ne touche même pas à sa fin. Mais le temps aura au moins donné raison à cette prophétie éthylisée, puisque Cosmogenesis a été littéralement plébiscité par la rédaction et nos lecteurs, et à juste titre puisqu'il a marqué un retour en force du véritable death technique à l'ancienne, aussi efficace et direct que mélodique et accessible. Et bien cette fois-ci, aucune raison de mal orthographier Thrashocore : je peux vous garantir que je ne figurerai pas sur le sticker.

Je ne vous laisse pas dans l'expectative plus longtemps car vous le savez si vous lisez notre forum, Omnivium, le troisième album de nos camarades d'outre-Rhin est pour moi une véritable déception. Mais qui dit déception ne dit pas forcément mauvaise qualité, et gardez à l'esprit tout au long de cette chronique que d'aucuns pourraient juger assassine que cet album est très loin d'être mauvais, il est même par bien des aspects excellent, voire exceptionnel. Non, Omnivium n'est « que » décevant car, bien que partant des mêmes bases, il n'arrive jamais à retrouver la grâce naturelle de Cosmogenesis. Le trio Thesseling/Muenzner/Grossmann entourant Kummerer abat toujours un travail considérable, Obscura a toujours ces accents de death technique à la fois rétro et extrêmement travaillé, l'enchaînement des riffs est toujours aussi naturel, les solos sont délectables, la basse est encore une fois le joyau de cet album... Bref, a priori, pas de quoi déverser mon fiel légendaire sur un groupe que j'ai, et à juste titre, encensé au même titre que la plupart de mes confrères rédacteurs du net – incluant même certains sachant de quoi ils parlent – il y a de cela à peine plus de deux ans. Mais si les lieux semblent toujours aussi beaux et que l'état de sortie est impeccable, il faut dévisser la tuyauterie et ressortir les photos du précédent locataire pour se rendre compte qu'il y a bel et bien un vice caché.
Que pouvait-on objectivement reprocher à Cosmogenesis ? Pas grand chose, hormis une légère propension à la redondance, une digestion pas tout à fait complète de ses influences les plus évidentes (le parfait Individual Thought Patterns en tête) et un mixage peut être un poil déséquilibré au profit de la basse. Qu'à cela ne tienne, Obscura a bien pris en compte ces quelques critiques, et en plus de revenir avec une production en béton armé totalement irréprochable, Omnivium est imprégné du maître mot qui fonde toute sa logique : diversité. Finies les comparaisons incessantes avec Death et Cynic, même si les Allemands font toujours dans le death technique véloce et ultra mélodique, les tempos sont désormais plus variés, et par « variés » il faut comprendre alternativement « vachement plus lent » ou « contrastés au sein d'un même titre », puisque si le pachydermique « Ocean Gateways » ne décolle jamais, un titre comme « Velocity » ne conserve quant à lui jamais le même débit de notes plus de vingt secondes de suite. Même Kummerer a décidé de plus varier ses vocaux, démontrant des capacités impressionnantes aussi bien dans son chant extrême de toujours très haute qualité que dans ses voix claires qu'il expérimente désormais beaucoup plus, au risque de déplaire aux moins tolérants d'entre nous. Et c'est exactement ce qui se produit.

En voulant à tout prix éviter d'emprunter le même chemin que son prédécesseur, Omnivium n'en hérite pas du trait principal : son efficacité. Alors que Cosmogenesis, en mettant constamment en avant ses racines death metal était d'un entrain perpétuel, ce nouvel opus peine fortement à entretenir l'envie de headbanguer passés ses deux meilleurs titres, « Septuagint » et « Vortex Omnivium ». Cette fois-ci Obscura se perd dans des considérations plus expérimentales : on pense aux incessantes arpèges disgracieuses du passable « Velocity », ou plus simplement à une visée nouvelle et plus bassement terre à terre qui tombe complètement à plat, comme le riff d'intro de « A Transcendental Serenade » ou cette horreur de « Ocean Gateways ». J'étais à mille lieues de m'imaginer, avant d'écouter ce titre, que les Allemands pourraient verser dans ce genre de rythmique horriblement bas de gamme, à la lourdeur à ce point démesurée qu'elle n'en est même pas contrebalancée d'une mélodie correcte et à l'intérêt rythmique tellement inexistant qu'il n'en fera même pas mouiller les amoureuses du djent. Je n'ose évoquer le nom du groupe français auquel je me réfère bien trop souvent comme synonyme de médiocrité, je vais donc reprendre une comparaison tout à fait justifiée avec « Where The Slime Live » de Morbid Angel. Oui, le seul titre raté de la carrière de l'ange morbide, un gros vide qui n'arrive même pas à groover correctement et qui n'a rien d'autre que la voix de celui-qui-les-a-vu pour le maintenir à flow (attention, ceci est un jeu de mots). Voilà vers quoi Obscura a décidé de diversifier son style, le death metal dans ce qu'il a de plus médiocre et facile ; un comble quand toute la promotion du groupe est basée sur le renouveau du death technique. Cela passerait si seul « Ocean Gateways » – dont il n'y a presque rien à sauver hormis le pont qui précède un solo effroyablement chiant – était aussi insupportable, mais le problème c'est qu'à partir de cet instant chaque titre de l'album dévoilera avec une jubilation malsaine digne du pire exhibitionniste vétéran de guerre son moment de laideur caractéristique, en étant souvent mis en avant par des arrangements les plus bas (tant dans l'instrumentation que dans la voix) possibles, voire par l'absence des subtilités qui enrobent habituellement presque tous les riffs du groupe.

On pourrait alors penser que la cohérence et l'efficacité perdues sont compensées par un travail de composition plus minutieux, un souci plus grand accordé au détail et une démarche ancrée dans une mouvance plus progressive. Et bien ce n'est pas le cas : bien que Omnivium donne une impression de complexité à l'auditeur peu attentif il suffit là encore de le comparer avec son prédécesseur pour comprendre qu'il procède d'une logique complètement différente. Le leitmotiv de Cosmogenesis était simple : des structures simples sur lesquelles viennent se greffer des riffs relativement compliqués, à la manière de ce qu'a toujours fait Death par exemple. Ce nouvel opus ne reprend pas cette recette éprouvée et tente, parfois avec succès comme sur « Celestial Spheres », de rendre sa structure moins intuitive, sans toutefois en arriver à des extrémités à la Theory In Practice. Effort qui serait louable en soi si les riffs ne donnaient pas aussi souvent l'impression d'être bêtement divisés en deux : le rythmique et le mélodique. C'est à se demander, quand on écoute « Prismal Dawn » ou « Revum » si l'on parle bien du groupe qui a composé des titres comme « Universe Momentum » ou « Cosmogenesis ». Heureusement ce n'est pas constant, mais la simplification des riffs n'est que rarement compensée par des trouvailles structurelles ou des moments de grâce d'un des quatre musiciens.
Et en plus des rythmiques ignobles que j'évoquais précédemment, un autre élément participe de ce sentiment de simplification de la musique de nos camarades germaniques : les arrangements, qui s'avèrent être soit assez redondants (comptez le nombre de fois où une guitare en arpèges créée seule la mélodie, c'est impressionnant) soit un peu faciles par rapport à ce à quoi le groupe nous avait habitué. Où sont passés en effet les merveilleux accords slidés de Thesseling qui faisaient tout le sel de « Anticosmic Overload » ou de « Incarnated » ? Même Muenzner, pourtant irréprochable sur Cosmogenesis – où le meilleur solo est tout de même à mettre au crédit du génial Ron Jarzombek – se perd dans des solos disgracieux sur « Ocean Gateways » ou pire, sur « Velocity », alors qu'il s'essaye à une technique de tapping à huit doigts audacieuse qui n'apporte strictement rien hormis une pointe de vitesse d'autant moins appréciable que la mélodie est ratée. Si vous vous attendiez à un plan de tapping avec un éclair de génie créatif à la Mithras vous repasserez, Muenzner n'a définitivement pas la vision de Leon Macey. Sur Omnivium il n'y a en fait que Grossmann qui apporte plus de subtilité dans son jeu qu'auparavant, bien aidé par les variations et les changements de tempo qui sont désormais bien plus nombreux. Il est juste dommage que, comme Kummerer, on ait l'impression que ses gimmicks prennent le pas sur son inventivité, tant ils me paraissent faire tous deux faire la même chose à chaque accélération, à tort la plupart du temps.
Car oui, j'oubliais dans ma longue liste de griefs cette sale manie que semble avoir Obscura de ne pas pouvoir se défaire de gimmicks de composition : chaque accélération, chaque reprise ou presque a le même impact, et les variations sont anticipables dès la première écoute pour peu que l'on ait suffisamment assimilé Cosmogenesis. Ce qui paraissait auparavant être un hommage à la norme du death technique commence à sentir quelque peu l'absence de prise de risque, et ce alors même que la diversification des sonorités du groupe plaiderait en faveur d'un renouvellement que l'on ne ressent pas malgré son évidence.

Et c'est là le véritable malheur de Omnivium : alors qu'on imaginait aisément Obscura s'engouffrer dans une voie plus progressive, en poursuivant sa route sur les pas des derniers Death, de Cynic, de Atheist, voire de groupes comme Blotted Science ou Exivious, c'est vers la simplification et le death metal presque bas du front que le groupe élargit son horizon. Pourtant ce nouvel album parvient parfois à innover, conserver son impact et son incroyable travail mélodique ; on pense particulièrement à la fin de « Prismal Dawn », l'approche harmonique atypique de « Celestial Spheres », la construction de « A Transcendental Serenade » et surtout la merveilleuse progression au milieu de « Vortex Omnivium », qui marquent toutes un pas intelligent dans l'évolution de Obscura. Savoir que le groupe peut avoir de pareilles inspirations qui confinent au génie me rend un titre comme « Ocean Gateways » encore plus insupportable, et le grand écart stylistique ne passe vraiment pas quand on alterne ainsi le talent et la facilité. Il est dommage de constater que Omnivium est un album de death technique qui oublie tour à tour d'être du death metal et d'être mélodique, là où la force du groupe (et du death technique en général) est de réunir les deux en même temps !
Il n'en reste pas moins que la patte Obscura est bien là, que la plupart des phrases mélodiques sont superbes, que l'agencement des plans de chaque musicien est aussi naturel que délectable et qu'au final Omnivium est un très bon album – il est même encore meilleur quand on saute la piste 3. Mais Cosmogenesis lui est supérieur en tous points quand, comme moi, vous attendez un véritable album de death technique, et pas cet ersatz de death-technique-progressif-mais-aussi-un-peu-lourd-quand-même qui a le cul entre deux chaises et chute lourdement alors même qu'il vient d'inviter l'excellence au restaurant du coin pour se remémorer le bon vieux temps sans se rendre compte qu'il venait de passer la porte d'un fast food au lieu de celle d'un trois étoiles. Il faudrait vraiment méconnaître la profondeur et la qualité de cette scène pour prétendre que ce nouvel essai d'Obscura en est un des meilleurs représentants. Si j'étais mesquin, j'évoquerais pour expliquer cette contreperformance l'incompatibilité des contrats des labels qui obligent les groupes à sortir un album tous les deux ans avec le processus de composition d'une musique aussi travaillée. Le temps du contrat n'est pas celui du death technique, et il n'est pas rare de voir des formations talentueuses partir en roue libre après un premier essai qui a mis du temps à parvenir à maturité et un second écrit dans la précipitation imposée par une stipulation contractuelle. Omnivium est l'archétype de l'album sorti un peu trop vite et que le groupe, sans toutefois le renier, regrettera de ne pas avoir pu finaliser dans ses futures interviews. En attendant, la machine promotionnelle fonctionne à plein régime, le monde du metal extême s'enthousiasme à nouveau pour ces Allemands qui savent si bien faire du death technique en oubliant un peu vite que leur véritable chef d'œuvre est – pour l'instant – derrière eux (tiens j'ai déjà l'impression d'avoir dit ça d'un autre groupe...). La différence c'est que cette fois-ci, je me demande vraiment comment les chargés de promotion de Relapse vont réussir à me faire dire que Omnivium est l'album de l'année...

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obscura
Death Technique
2011 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (33)  7.97/10
Webzines : (30)  8.34/10

plus d'infos sur
Obscura
Obscura
Progressive / Technical Death Metal - 2002 - Allemagne
  

tracklist
01.   Septuagint
02.   Vortex Omnivium
03.   Ocean Gateways
04.   Euclidean Elements
05.   Prismal Dawn
06.   Celestial Spheres
07.   Velocity
08.   A Transcendental Serenade
09.   Aevum

Durée : 54:15

line up
parution
29 Mars 2011

voir aussi
Obscura
Obscura
Diluvium

2018 - Relapse Records
  
Obscura
Obscura
Cosmogenesis

2009 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Crypt Of Kerberos
Crypt Of Kerberos
World Of Myths

1993 - Adipocere Records
  
Decrepit Birth
Decrepit Birth
Diminishing Between Worlds

2008 - Unique Leader Records
  
Veil Of Maya
Veil Of Maya
The Common Man's Collapse

2008 - Sumerian Records
  
Gorod
Gorod
Neurotripsicks

2005 - Willowtip Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Whisper Supremacy

1998 - Century Media Records
  

Album de l'année
Raw Power
Trust Me!
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique