chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
119 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Centinex - Doomsday Rituals

Chronique

Centinex Doomsday Rituals
C’est désormais officiel, après un retour complètement raté il y a deux ans (ma plus grosse déception de 2014), la lueur d’espoir pour les adeptes du ressuscité Centinex s’éteint définitivement. Le line-up de Redeeming Filth identique et toujours mené par le fondateur Martin Schulman présageait cela dit du pire pour ce neuvième album… O combien frustrant pour un groupe qui n’aura jamais pu réellement percer malgré des membres relativement connus (Interment, Carnal Forge), un label imposant (Candlelight Records) et surtout quelques pépites oubliées à l’instar de leur EP Bloodhunt (figurant parmi mes albums de chevet, rien que ça) ou Hellbrigade. Comme son prédécesseur, les Suédois arrivent à aguicher l’auditeur et jouer sur l’effet du « teasing », un artwork magnifique de l’Indonésien surdoué Bahrull Marta (retenez bien ce nom, il risque de revenir) et des extraits « surprotéinés » à gober sans utiliser le moindre neurone.

Le constat est désormais irréfutable, sans ses anciens acolytes (le guitariste Kenneth Wiklund en tête de liste, Jonas Kjellgren ou Johan Jansson) le bassiste Martin Schulman n’arrive plus à composer un death metal tout juste « passable ». Déjà en manque d’inspiration dans la nouvelle formule Demonical (mais néanmoins efficace), le gaillard s’entête à continuer sur la voie des débuts pointant Subconscious Lobotomy comme référence (Grave du pauvre, c’est dire) : un death primitif paroxysmique (rogné jusqu’à la moelle) mid-tempo aux fortes influences floridiennes 90’s. Soit. Reste que Redeeming Filth avait évité de peu le gouffre grâce à de rares passages efficaces (quelques secondes), sur Doomsday Rituals il n’y a absolument rien à retenir. Les minutes défilent dans l’indifférence la plus totale et même en fond sonore cela demeure fatiguant. Le niveau de composition descend encore un cran dans son élaboration, on arrive ainsi au « chromosome 21 » du death metal. De vulgaires riffs juxtaposés pondus un soir de beuverie par des amateurs sans une once d’accroche, de brutalité ou d’ambiance. Plat au possible et problématique pour une musique dorénavant purement mid-tempo. Exceptés peut-être les vocaux grassouillets d’Alexander Högbom (et encore, aussi monotones que la musique), aucun musicien n’est à sauver, pas même le pépère Kennet Englund aux fûts. Il suffit de réécouter le récent méfait d’Interment Scent Of The Buried pour comprendre le fossé. Un jeu de débutant sous Lexomil malgré un timide sursaut sur « Sentenced To Suffer » (avec même un solo pas vilain) qui vient brusquement vous sortir de la léthargie. Certains apprécieront peut-être ce vide intersidéral masqué par une production obèse du Wing Studio (Demonical, Diabolical), moi je passe mon tour.

« Facepalm ». Centinex ou le nouveau Six Feet Under suédois ? Le groupe arrive à faire pire que Redeeming Filth, du death metal de sixième zone inacceptable. La note n’est pas volée… Les éloges de certains webzines ou commentaires me paraissent ahurissant. Triste à accepter mais de mon côté le divorce semble définitivement acté, ce sera ma dernière chronique du groupe… A moins qu’un revirement de situation se fasse (de nouveaux ou anciens membres ?) mais je n’y crois que moyennement. Pour les lecteurs étonnés de ce « bashing », je vous invite à lire mes précédentes chroniques et tenter leurs anciens méfaits, peut-être comprendrez-vous ma déception. R.I.P² Centinex.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/07/2016 13:33
note: 4/10
Le précédent était déjà foireux et totalement ennuyeux, là on se retrouve avec exactement la même chose, à savoir un disque sans idées, répétitif au possible et avec la désagréable impression que les mecs ont écrit les morceaux à l'arrache et les ont enregistrés dans la foulée.

Bref à oublier !
Streker citer
Streker
20/07/2016 20:57
Écouté 2 fois...t'as été gentil !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Centinex
Death Metal
2016 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs : (1)  4/10
Webzines : (14)  6.51/10

plus d'infos sur
Centinex
Centinex
Death Metal - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   Flesh Passion  (03:15)
02.   From Intact to Broken  (02:36)
03.   Dismemberment Supreme  (03:21)
04.   Generation of Flies  (03:46)
05.   The Shameful Few  (03:38)
06.   Doomsday  (02:09)
07.   Exist to Feed  (03:16)
08.   Death Decay Murder  (03:44)
09.   Sentenced to Suffer  (02:44)
10.   Faceless  (03:41)

Durée : 32:10

line up
parution
8 Juillet 2016

voir aussi
Centinex
Centinex
World Declension

2005 - Regain Records
  
Centinex
Centinex
Subconscious Lobotomy

1992 - Memento Mori
  
Centinex
Centinex
Malleus Maleficarum

1996 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Bloodhunt / Reborn Through Flames (Compil.)

2003 - Candlelight Records
  
Centinex
Centinex
Diabolical Desolation

2002 - Candlelight Records
  

Essayez plutôt
Zealotry
Zealotry
The Charnel Expanse

2013 - Autoproduction
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Domination

1995 - Earache Records
  
Krypts
Krypts
Remnants Of Expansion

2016 - Dark Descent Records
  
Unleashed
Unleashed
Odalheim

2012 - Nuclear Blast Records
  
Bastard Priest
Bastard Priest
Ghouls Of The Endless Night

2011 - Pulverised Records
  

Vader
Necropolis
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique