chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Target - Mission Executed

Chronique

Target Mission Executed
Vous croyez toujours que le Thrash se limite à la Bay Area et au bassin de la Ruhr ? Pauvres fous... Il fût un temps, pas si éloigné que ça, où la Belgique avait encore le droit de cité. Formé en 1986, Target aura eu malheureusement une carrière de courte durée puisqu’après deux albums sortis respectivement en 1987 et 1988, le groupe choisira de tirer sa révérence dans un anonymat assourdissant. Aujourd’hui encore, le nom de Target est loin d’être connu, même parmi les amateurs de Thrash. Et c’est bien dommage car les Belges figurent en bonne place dans la liste des plus belles pépites oubliées que le genre ait porté.

Originaire de Aalst, petite ville située entre Gand et Bruxelles, Target sort sa première démo, quelques mois seulement après sa formation. Très vite, celle-ci va atterrir sur les bureaux de Aaarrg Records, jeune label allemand tout juste fondé par Bjorn Eklund (du groupe Mekong Delta) qui va s’empressé de les signer au côté d’autres groupes tels que Living Death ou Holy Moses. C’est ainsi que durant l’été 1987, Target entrera au Phoenix Studio (Kreator, Protector, Mekong Delta...) afin d’enregistrer son premier album intitulé Mission Executed. Trente ans plus tard, face à l’indécence des prix pratiqués sur le marché de la revente et toujours animé par cette noble idée de répandre la bonne parole (en amassant quand même quelques euros au passage), High Roller Records propose enfin la réédition des deux seuls albums de Target. Du putain de pain béni pour tous les amateurs de Thrash (technique).

Car vous pourrez bien vous moquer de l’artwork autant que vous voudrez, une fois lancée dans l’écoute de ce petit bijou, vous comprendrez probablement très vite que Target n’est pas là pour enfiler des perles. Alors rangez moi le petit sourire satisfait du gars qui a déjà enterré l’album sur la simple vue de cette irrésistible œuvre d’art et venez plutôt prendre votre raclée car je vous assure, vous allez dérouiller. Remasterisé par l’infatigable Patrick W. Engel (responsable d’un paquet de remastering dont certains pour Agent Steel, Asphyx, Cirith Ungol, Destruction, Exumer…), cette réédition bénéficie d’une production remise quelque peu au goût du jour. Travaillant toujours avec en ligne de mire le respect de l’œuvre originale, l’Allemand a naturellement pris soin de conserver ce qui fait de nos jours le charme de ces sorties d’antan à commencer par un grain probablement hérité des bandes de l’époque. Grâce à ce léger lifting et même si l’on devine encore aisément que les morceaux présents sur Mission Executed n’ont pas été enregistrés ces derniers jours, l’album bénéficie tout de même d’une production qui a particulièrement bien vieillit. Un atout évident pour le genre de Thrash que pratique ici Target.
S’il est moins abouti que son successeur, l’excellent et plus technique Master Project Genesis, Mission Executed n’en demeure pas moins un album de très grande qualité. Comme dans la majorité des cas, ce qui permet à Target de tirer son épingle du jeu, c’est en grande partie la qualité de son riffing. Assuré par la paire Lex Vogelaar/Franky Van Aerde, les deux hommes vont livrer ici un festival de riffs tous plus incisifs les uns que les autres. Les Belges n’ont pas la prétention de révolutionner quoi que ce soit, même à l’époque, mais ils ont au moins pour eux le sens du riff et de l’efficacité (les premières mesures de "Mission To The Andes" et "Hordes Of Insanaity", "They Walk In Front" à 0:56, les débuts de "Warriors Of The Holy One", "Under Dominion (Of Death)" ou bien "Death Blow", titre instrumental en guise de conclusion) ainsi qu’un certain niveau technique qui donne d’emblée une couleur bien particulière à l’ensemble notamment à travers une rythmique bien marquée . Enfin, pour ne rien gâcher à la fête, les solos qu’ils dispensent sont tous particulièrement bien exécutés ("Mission To The Andes" à 2:00, "Hordes Of Insanity" à 1:50, "They Walk In Front" à 0:40 et 3:22, "Warriors Of The Holy One" à 2:28, "Nuclear Waste" à 1:59...) avec en prime un petit côté mélodique pas désagréable pour un sou.
Qui dit riffs nerveux et affûtés dit également batterie bien en jambes. Et pour le coup, si le Thrash de Target n’est pas le plus véloce qu’il m’ait été donné d’écouter, cela n’empêche pas Christ Braems de cavaler à en perdre haleine le temps de séances de tchouka-tchouka menées pied au plancher. Bien sûr, celui-ci n’est pas sans ralentir la cadence de temps à autres histoire de caler quelques breaks bien sentis mais dans l’ensemble, Target est quand même plutôt du genre à foncer dans le tas tête baissée qu’à philosopher sur la qualité de ses gammes et de ses patterns dans des élans démonstratifs sans intérêts (même si encore une fois, on sent indiscutablement cette grande qualité technique chez le groupe belge).

Plus nuancé et beaucoup moins foutraque et intense que d’autres disques sortis avant lui (je pense notamment aux premiers Kreator, Sodom et autre Destruction), Mission Executed est un album qui adopte un penchant un peu plus technique et mélodique que ses contemporains. Pour autant, Target délivre ici un Thrash de haute volée, efficace d’un bout à l’autre et particulièrement inspiré. Bien sûr, il faudra s’accommoder du chant relativement haut perché et donc un poil moins agressif de Guy Degrave (ce n’est pas Bobby Ellsworth non plus mais on y trouve tout de même quelques similitudes) mais celui-ci donne un charme tout à fait particulier à l’album (ce Thrash hérité du Speed et du Heavy Metal) qui, en ce qui me concerne, est loin de me déplaire. Si on lui préférera son grand frère sorti l’année d’après, Mission Executed reste un premier de très grande qualité qui mérite que l’on y jette une oreille attentive si l’on se dit amateur de Thrash.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
09/04/2018 14:53
note: 8/10
Je sèche sur ta question. Je n'en ai aucune idée. Et comme je vais avoir bien du mal à poser mes oreilles sur la double réédition de 2009, ça va être compliqué. En tout cas, le son sur cette version est ici très bon même si on entend encore ce souffle de temps à autre.
sijj citer
sijj
09/04/2018 14:25
Excellent groupe, les 2 albums sont cultes. La question est, les 2 albums ont été remasterisés en 2009 par Erik Adam grösch, pour un un double album chez Stormspell Records et je ne vois pas la différence avec les versions proposées par High Roller, ni l'intervention de Patrick W. Engel. Si quelqu'un peut m'expliquer...
Keyser citer
Keyser
06/04/2018 21:18
note: 8.5/10
Je préfère cet album au suivant pour ma part.+ efficace tout en étant déjà bien technique. Du Speed/Thrash de haute volée.
hurgh citer
hurgh
06/04/2018 17:31
note: 9/10
Je préfère celui-ci au suivant, peut-être pour son côté un peu plus instinctif et direct, ce qui est souvent le cas pour le premier album d'un groupe. Le thrash de TARGET est hyper maîtrisé, pour moi un parfait équilibre entre technicité et efficacité. Certains riffs sont bluffants et les solos ne sont pas là pour faire du remplissage, de quoi faire triquer tous les amateurs de thrash. Et bordel, Hordes Of Insanity, quel morceau ! Ce n'est pas une chanson, c'est une oeuvre d'art, un hymne avec son refrain bien teigneux. Excellent album, vraiment, bien vu la chronique.
MoM citer
MoM
06/04/2018 17:07
note: 8/10
Ah merde, c'est vraiment cool. L'album suivant me plaît moins, mais celui-là, il a une touche, merci !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Target
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (2)  8.29/10

plus d'infos sur
Target
Target
Thrash - 1986 † 1990 - Belgique
  

tracklist
01.   Mission To The Andes  (03:28)
02.   Hordes Of Insanity  (05:14)
03.   They Walk In Front  (04:59)
04.   Warriors Of The Holy One  (04:51)
05.   Nuclear Waste  (03:39)
06.   The Gathering  (04:58)
07.   Under Dominion (Of Death)  (04:07)
08.   Death Blow  (03:33)

Durée : 34:49

line up
voir aussi
Target
Target
Master Project Genesis

1988 - Aaarrg Records
  

Essayez aussi
Abandoned
Abandoned
Thrash Notes

2006 - Dockyard 1
  
Sacrilege
Sacrilege
Within The Prophecy

1987 - Under One Flag
  
Demolition Hammer
Demolition Hammer
Tortured Existence

1990 - Century Media Records
  
Kreator
Kreator
Enemy Of God

2005 - SPV
  
Hexecutor
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation

2016 - Armée de la Mort Records
  

Vader
Live In Japan (Live)
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique
PPCM #6 - Faisons ensemble un détour... (GRAND DETOUR)
Lire le podcast
Black Metal Awards 2018 / Sakrif'or plus fort que Noël.
Lire le podcast
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
French Black Metal : des découvertes et les réponses
Lire le podcast
Le Canyon - Épisode 21 - Ballade Luciférienne.
Lire le podcast
Truent
To End an Ancient Way of Li...
Lire la chronique
Les sorties de 2018
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Metalhertz #2 - "Vers l'infini et au-delà!"
Lire le podcast
High On Fire
Electric Messiah
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Sepulcher
Panoptic Horror
Lire la chronique
Deathhammer
Chained To Hell
Lire la chronique
Arsis
Visitant
Lire la chronique
Le black metal : un monde d'autistes !
Lire le podcast
Darkness
First Class Violence
Lire la chronique