chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
192 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Megadeth - So Far, So Good.... So What?

Chronique

Megadeth So Far, So Good.... So What?
« So Far, So Good….So What ! ».. ‘Tain j‘adore ce titre. Sa lecture interpelle, et j’aime cette petite touche « punk je-m’en-foutiste » qui s’en dégage. Attitude punk qui se retrouve aussi dans la musique, Mustaine ayant ici affirmé au grand jour son amour de la scène de l’époque, les Sex Pistols en tête.

Plaçons déjà la chose dans son époque : Megadeth vient de sortir « Peace Sells… But Whose Buying ? », album qui permit de faire circuler le nom du groupe en dehors de San Francisco. On ne va pas encore parler de succès (celui-ci arrivera auprès de la frange thrasheuse avec « Rust in Peace » en 90, et auprès d’un public encore plus large sur les albums suivants), mais bon le groupe commence à prendre ses marques. Du coup, cet album, coincé entre un second album mythique et un « Rust in Peace » qui fait partie des références du genre, est passablement l’oublié de la discographie du groupe.

Pourtant, « So Far, So Good.. » présente une nouvelle facette du groupe de Megadave, et rien que pour ça il a autant sa place dans le panthéon des meilleurs albums du groupes que les autres... Là ou « Peace Sells » sentait le pur Speed Metal propre sur lui, bien technique et mélodique, « So Far.. » est donc son pendant Punk / Metal tout crasseux. Fini les jolies mélodies qui font bien et les solos de 3 minutes de long, ici on joue sale, on fhrache autant qu’il faut, et bien sur on ne fait pas de politiquement correct au niveau des paroles.

« Peace Sells » montrait déjà un Mustaine déchaîné envers la société et grand amateur de termes occultes et de récits de serial killers, mais « So Far » va encore plus loin. Qu’il aborde son addiction aux drogues douces (bien qu’on sache qu’il ne se soit pas arrêté à ça…) avec « Mary Jane », le suicide avec « In My Darkest Hour » ou la censure dans la musique avec la terrible « Hook in Mouth », on sent que Mustaine est déchaîné et qu’il tient à le faire savoir. Prenez cette ligne dans « Hook in Mouth » : « …in the land of the free and the home of the brave… », si l’ironie pouvait tuer y’aurait eu un sacré nivellement dans la pyramide des ages (humour d’économiste hahaha). « Set the World Afire » et ses paroles nihilistos-apocalyptiques n’est pas en reste, et parce qu’un skeud de ce genre ne serais pas vraiment complet sans une chanson anti-flics « 502 » (le numéro de code des bavures policières me semble-t-il, si quelqu’un peut confirmer / infirmer cela..) est là pour respecter le quota.

Ainsi donc les Megadeth are back, et ils ne sont pas content. Enfin, « ils », c’est seulement la moitié du line-up de « Peace Sells », Gar Samuelson et Chris Poland ayant été virés entre-temps par un Mustaine décidément pas très conciliant, qui recrutera deux seconds couteaux pour les remplacer, qu’on ne reverra de toute façon plus après cet album. Mais bon, des paroles bien vindicatives ne font pas tout, il faut que la zik assure derrière. Et là pas de doutes Mustaine s’est déchiré. Unique auteur de 6 des 8 titres (Ellfson ayant participé à « Liar » et « Hook in Mouth »), il nous livre ici quelques unes de ses meilleurs compositions. Première surprise, c’est un instrumental qui ouvre l’album, la surpuissante « Into the Lungs of Hell », ou comment en 87 Mustaine avait décidé de surpasser « Call of Ktulu » de « qui-vous-savez » en tentant de faire encore plus glauque, encore plus puissant et encore plus mélodiquement accrocheur. Résultat ça fonctionne, et même si vous ne compterez pas sur moi pour départager les deux titres, « Into the Lungs.. » est une pure tuerie.

On continue dans le grand art avec « Set the World Afire », le titre le plus thrashisant de l’album et qui me laisse toujours sur le cul lorsque tout s’emballe à 2min52 : le rythme s’accélère soudainement, la voix de Mustaine se remplit de hargne et le titre ne semble plus vouloir s’arrêter. Un détail tout con mais qui m’a marqué pour toujours : les paroles de ce passage font « The arsenal of MEGADETH can’t be rid they say », et je sais pas vous, mais j’ai toujours trouvé énorme le fait qu’un chanteur calle le nom de son groupe dans une chanson… c’est bête mais j’adore ça, et c’est pas si courant au bout du compte.
Je vous parlais des Sex Pistols un peu plus tôt, ce n’était pas innocent vu qu’une reprise speedée du célèbre « Anarchy in the UK » arrive juste après. Que dire, si ce n’est que le titre colle parfaitement à l’esprit de l’album et reste un des classiques du groupe sur scène.
« In My Darkest Hour » fait office de « ballade », malgré son accélération en fin de titre, et aura même droit aux honneurs d’un clip, malgré sa faible diffusion due aux paroles jugées trop choquantes par la puritaine Amérique…

Paradoxalement, « So Far, So Good…So What » est souvent considéré par une frange des fans comme l’album le plus faible de la discographie du groupe (enfin, c’est quand même un autre niveau que « Risk » on est d’accord..), Mustaine lui-même a reconnu avoir tout composé à la va-vite et être assez déçu du résultat (et du désastreux mixage)… Pourtant, cette spontanéité qui se dégage de l’ensemble constitue pour moi l’un des points forts de cet opus, indépendamment de la qualité indéniable des compos. Simple et efficace, inspiré mais précipité, « So Far, So Good… So What » a en définitif surtout pour défaut d’être coincé entre deux albums majeurs du groupe…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
25/10/2019 16:53
note: 8/10
Celui-ci c'est leur plus décontracté du gland, le meilleur je trouve. Ensuite vient Cryptic Writings, pour le côté lover. Rust In Peace il est un peu trop guitar hero, mais ça reste un excellent album de sci-fi metal, genre Total Recall avec Dave dans le rôle de Schwarzy, merveilleux.
Solarian citer
Solarian
25/10/2019 13:27
Très bon oui, mais pour moi Rust in Peace est à Megadeth ce que Seasons in the Abyss est à Slayer : définitivement intouchable et le sommet absolu de leur disco.
Scodrom citer
Scodrom
24/10/2019 20:15
note: 10/10
dead-stroy a écrit : Excellent album....Sinon le meilleur....

Pas mieux ! Le meilleur de Megadeth ! Quelle rage, quelle puissance.

Le remaster par contre dénature et ruine totalement l'album. A éviter et préférer la version original avec ce son plein de réverb.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
28/01/2009 19:33
note: 9.5/10
Sorti d'un "502" passable, le reste est carrément mythique. C'est d'assez loin l'album de Megadeth que je réécoute le plus, notamment pour l'instru, "Set The World Afire" et "Mary Jane" qui m'arrache toujours quelques frissons. J'aime bien la prod aussi, pleine de réverb (pour masquer les pains paraît-il) mais la réédition et le remastering par Dave himself valent le détour.
citer
dead-stroy
31/01/2007 21:46
Excellent album....Sinon le meilleur....
bud citer
bud
18/12/2005 12:00
Into the Lungs of Hell est un titre que j'aurais adoré voir un skeud de metallica ! qui sait, peut etre que james le fera un jour, lui qui a tant volé dave...
Niktareum citer
Niktareum
07/11/2011 00:30
note: 9/10
J'adore cet album!! L'un des tout meilleurs de Megadeth, quais que des tubes. Il est excellent!! \m/
pj666 citer
pj666
13/12/2005 22:56
Va falloir que je le réécoute. En tout cas y a de très bonnes compos dedans !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Megadeth
Thrash / Punk
1988 - Capitol Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (25)  8.36/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Megadeth
Megadeth
Thrash Titans - 1983 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Into the Lungs of Hell
02.   Set the World Afire
03.   Anarchy in the UK
04.   Mary Jane
05.   502
06.   In My Darkest Hour
07.   Liar
08.   Hook in Mouth

line up
voir aussi
Megadeth
Megadeth
Cryptic Writings

1997 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
Killing Is My Business...
(and Business Is Good!)

1985 - Combat Records
  
Megadeth
Megadeth
United Abominations

2007 - Roadrunner Records
  
Megadeth
Megadeth
Peace sells ... but who's buying ?

1986 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
Risk

1999 - Capitol Records
  

Essayez aussi
Sacrilege
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness

1985 - Children Of The Revolution
  
Necromessiah
Necromessiah
The Last Hope Of Humanity

2013 - Punishment 18 Records
  
Toxic Holocaust
Toxic Holocaust
Chemistry Of Consciousness

2013 - Relapse Records
  

Misery Index
Discordia
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast