chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hour Of Penance - The Vile Conception

Chronique

Hour Of Penance The Vile Conception
L'année 2005 s'était achevée avec une agréable découverte nous venant d'Italie : Hour Of Penance. Leur deuxième album « Pageantry for Martyrs » nous présentait une formation hargneuse qui semblait promis à un avenir glorieux. Et il s'en est passé des choses en l'espace de 3 ans, du bon comme du moins bon avec le départ du beugleur Alex « Necrotorture » Manco accompagné du guitariste Enrico Schettino. Mais il en faut bien plus pour déstabiliser nos transalpins, jugez plutôt : de nouvelles recrues arrivent (Francesco Paoli et Silvano Leone respectivement au chant et à la basse), et un promo 3 titres sort l'année dernière pour partir à la pêche aux labels. Grâce à ce promo montrant une musique d'une brutalité se situant un bon cran au-dessus de Pageantry, le groupe assure la promotion de ce dernier, notamment au Deathfeast Open Air avec une prestation magistrale (j'en ai encore mal aux cervicales). Quoi de plus normal donc, que de voir le quatuor romain décrocher un contrat sur Unique Leader, label qu'on ne présente plus (d'ailleurs je ne vais pas le faire, démerdez-vous).

C'est après cette signature et une grosse année de composition que sort ce « The Vile Conception », témoin d'une évolution remarquable car si « Pageantry for Martyrs » n'était déjà pas un disque à passer en maison de retraite, « The Vile Conception » serait la plus grande cause de mortalité juste après la retraite. La première écoute de la galette est relativement intense à cause du son énorme mais aussi de la cadence de feu qui l'est tout autant. Çà joue bien, fort et vite mais ça hurle aussi très vite. Le remplaçant de Mister Necrotorture officie dans un genre moins « sanglier mécontent » que son prédécesseur car sa voix se fait plus rauque et hargneuse. Mais c'est surtout le débit du gaillard qui nous met une véritable tempête en pleine figure, le flot de paroles est impressionnant et il suffit d'essayer de suivre les paroles sur le livret pour comprendre : il en reste alors que la chanson est finie.

Brutal disais-je avec un son puissant et sombre, tout est gavé de graves à faire trembler les murs surtout les guitares qui ont parfois une pesanteur digne d'un « Gateways To Annihilation » (je ne présenterai pas non plus cet album, faut pas pousser). Les titres sont en général assez expéditifs avec une moyenne de 3 minutes, le tout dans un style aussi fluide que les structures des compositions car c'est du brutal death à l'ancienne avec un « à l'ancienne » synonyme de véritables chansons et pas un gros collage de breaks à vous filer la nausée. Il faut reconnaitre que tout ça a de la gueule, le cd passe très bien et nous montre un groupe au meilleur de sa forme.

Or il y a un "MAIS".

Bien que la première écoute fasse l'effet d'un catapultage de 30 tonnes de parpaings dans la mâchoire, on ne retrouve pas cette sensation en multipliant les écoutes. Il y a quelque chose de dérangeant dans cet album, comme une impression de déjà entendu quelque part : la manière de placer les breaks, le format parfois calibré des titres, le côté impérial des riffs, tout ceci fait furieusement penser... à Behemoth. Le début de « Conjuration Sworn », les solos qui ne feraient pas tâche sur un « Demigod » sont quelques preuves flagrantes du spectre polonais. Ce n'est pas vraiment un défaut en soi puisque les riffs restent suffisamment intéressants mais la personnalité fait défaut à plusieurs reprises.

Certains titres manquent également de variations et sonnent trop calibré comme « Hideously Conceived ». Je trouve aussi dommage que la batterie sonne trop synthétique, j'aimerais tout de même comprendre cette espèce de « tendance » de faire sonner les toms et la caisse claire de la même façon... Les rythmiques sont parfois un petit peu trop hachées à mon gout mais ça n'entache en rien la fluidité des morceaux, je regrette cependant que certains soient trop classiques. En clair, la contenu reste brutal et explosif, mais il gagnerait à être un peu moins répétitif et plus varié.

Mais que l'on ne s'y trompe pas « The Vile Conception » est un album efficace et sans concession montrant une des meilleurs formations italiennes de death métal, et qui aura le mérite de vous filer une raclée comme vous n'en n'avez jamais eu. Mais à côté de ça l'album manque par moment de réelle personnalité. On retrouve tout de même cette grosse chape de riffs lourds et épais, caractéristiques du groupe, ainsi qu'une brutalité impériale qui fait très très mal en live (c'est ceux qui vont au Neurotic qui vont s'en prendre plein les esgourdes). Bien que la concurrence soit rude et la note un peu sévère, « The Vile Conception » prouve que cette année 2008 est un très bon millésime pour le death metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hour Of Penance
Brutal death metal
2008 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (19)  8/10
Webzines : (9)  8.17/10

plus d'infos sur
Hour Of Penance
Hour Of Penance
Death Metal - 1999 - Italie
  

tracklist
01.   Misconception
02.   Liturgy of Deceivers
03.   Hideously Conceived
04.   Drowned in the Abyss of Ignorance
05.   Absence of Truth
06.   Slavery in a Deaf Decay
07.   The Holy Betrayal
08.   From Hate to Suffering
09.   Conjuration Sworn
10.   Hierarchy of the Fools

Durée : 36'39

line up
parution
23 Février 2008

voir aussi
Hour Of Penance
Hour Of Penance
Cast the First Stone

2017 - Prosthetic Records
  
Hour Of Penance
Hour Of Penance
Pageantry For Martyrs

2005 - Xtreem Music
  
Hour Of Penance
Hour Of Penance
Regicide

2014 - Prosthetic Records
  
Hour Of Penance
Hour Of Penance
Sedition

2012 - Prosthetic Records
  
Hour Of Penance
Hour Of Penance
Paradogma

2010 - Unique Leader Records
  

Essayez aussi
Insidious Decrepancy
Insidious Decrepancy
Extirpating Omniscient Certitude

2009 - Brutal Bands
  
Orthodox
Orthodox
Forever Not Yet

2011 - Darzamadicus Records
  
Disentomb
Disentomb
The Decaying Light

2019 - Unique Leader Records
  
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Gradually Melted (EP)

1995 - Wild Rags Records
  
Devourment
Devourment
Butcher The Weak

2005 - Autoproduction
  

Album de l'année
Power Trip
Nightmare Logic
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique