chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cannibal Corpse - Bloodthirst

Chronique

Cannibal Corpse Bloodthirst
Si j’ai bonne mémoire, « Gallery Of Suicide » était l’album de la première fois pour un Keyser encore vierge de toute référence death metal. Pour ma part, si « Bloodthirst » est loin d’être le premier album de la mort que je me suis envoyé au petit déj’ (la primeur pour les frenchies de MASSACRA et leur bien nommé "Enjoy The Violence"), c’est sans nul doute celui qui m’a permis d’apprécier à leur juste valeur les groupes les plus brutaux du genre DM. Death old school mis à part, à une époque où je plafonnais au rythme pépère du death mélodique suédois, passer au révélateur CANNIBAL CORPSE m’a donc fait un bien fou. Il faut dire, ce 7ème full length des Américains avait tout pour séduire, et en premier lieu son illustre producteur. Si j’avais toujours regretté certaines carences en la matière lors de mes précédentes tentatives (« Tomb Of The Mutilated », « The Bleeding » et même « Vile », malgré le bon boulot de Scott Burns), là, avec Colin Richardson aux manettes, le gros son crunchy post-« Heartwork » facilita grandement les choses. C’est une des raisons de mon attachement à « Bloodthirst », mais pas la seule.

On raille souvent Canniboule sur ses points faibles, que ce soit Paul la blastouille ou le gore grand guignol dont il a fait son cheval de bataille depuis ses débuts en 1988. L’ennui, c’est que l’on occulte bien souvent ce qui a permis à CANNIBAL CORPSE d’avoir une si riche et longue carrière : LES RIFFS. Car là où bon nombres de frères d’armes sacrifient un peu trop l’efficacité sur l’autel de la technique, avec les New-Yorkais, le quota d’hymnes est souvent garanti. Bien sûr, l’âge et l’usure allant, leurs derniers méfaits en sont dépourvus mais au moins jusqu’à « Kill », il restait largement de quoi faire. Revenons à « Bloodthirst ». Onze titres pour 33 minutes et un seul bouche trou, la peu inspirée « Sickening Metamorphosis ». Pour le reste, c’est carton plein ! Du hit à la pelle pour déterrer autant de cadavres malmenés par l’aberration de l'artwork issue du torturé Vince Locke (du temps où son cachet ne gonflait pas autant que ses chevilles). Les classiques, on les connait par cœur. Indéboulonnable de leurs setlists, « Unleashing The Bloodthirsty » et sa rythmique scie sauteuse enrayée sur os récalcitrant du plus bel effet, immédiatement suivie d’un râle vomitif de George qu’on s’est tous surpris à imiter un jour devant la glace, au volant ou en faisant la queue au supermarché. Malgré son accélération bovine à mi chemin, vu ce qui nous attend derrière, c’est la plus reposante du lot avec l’agréable « Coffinfeeder ». Car autant CANNIBAL CORPSE avait un tant soit peu varié son propos sur l’évolutif « Gallery Of Suicide », autant là, on a affaire à l’un des opus les plus hystériques qui soit ! Dès l’infernale « Pounded Into Dust », ça tronçonne à qui mieux mieux pour un rendu ultra-jouissif. Hachés menu par la science du riff d’un duo très complémentaire (Pat O’Brien pour l’épate, Jack Owen pour la patte old school), on ne peut que s’incliner devant la maestria barbare de « Dead Human Collection », « Blowtorch Slaughter » ou encore « The Spine Splitter », que ma mère a un jour confondu avec le ramdam de sa machine à laver.

Voilà pour les plus réputées/jouées par le groupe. Pour autant, il serait criminel de passer à côté de certaines perles plus méconnues comme la vicelarde « Ecstasy In Decay », signée par le duo Mazurkiewicz/O’Brien. Du riff mange méninges combiné à l’art du saucissonnage made in USA, tout un programme ! Quant à l’oubliée de service, « Raped By The Beast », ça relève de l’incompréhensible tellement elle associe à merveille tempi thrash, blasts, semi blasts et groove indécent sur son fantastique final. Les soli ? Encore suffisamment soignés pour qu’on ait le sentiment qu’ils apportent quelque chose, même si c’est avant tout pour son jusqu’au-boutisme rythmique qu’on insérera « Bloodthirst » dans la platine. Ereintant dans le bon sens du terme, l’album prend à la gorge d’entrée pour ne plus relâcher son étreinte, jusqu’à la boucherie finale d’un « Condemned To Agony » enfonçant définitivement le clou. Dans le registre catalogue de séquences brise-nuques réunies à l’intention des générations futures, « Bloodthirst » se pose donc là et suivant la date d’expiration de votre carte de membre du Chris Barnes club, il n’est pas du tout interdit d’y voir le meilleur album du groupe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cannibal Corpse
Death metal
1999 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (19)  7.63/10
Webzines : (13)  7.14/10

plus d'infos sur
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Pounded Into Dust  (02:17)
02.   Dead Human Collection  (02:30)
03.   Unleashing The Bloodthirsty  (03:51)
04.   The Spine Splitter  (03:10)
05.   Ecstacy In Decay  (03:12)
06.   Raped By The Beast  (02:34)
07.   Coffinfeeder  (03:05)
08.   Hacksaw Decapitation  (04:13)
09.   Blowtorch Slaughter  (02:34)
10.   Sickening Metamorphosis  (03:24)
11.   Condemned To Agony  (03:44)

Durée : 34:34

line up
parution
19 Octobre 1999

voir aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Worm Infested (EP)

2003 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
A Skeletal Domain

2014 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Kill

2006 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
The Wretched Spawn

2004 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Eaten Back To Life

1990 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Pestilence
Pestilence
Consuming Impulse

1989 - Roadrunner Records
  
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade Records
  
Dies Irae
Dies Irae
Immolated

2001 - Metal Blade Records
  
Gorefest
Gorefest
Rise To Ruin

2007 - Nuclear Blast Records
  

Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Affront
World in Collapse
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Jt Ripper
Gathering Of The Insane
Lire la chronique
Redvced To Ashes Tovr
Bleeding Gods + Pestilence
Lire le live report
French Black Metal : la collection de digis
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 2 - Blitzkrieg d'Amour.
Lire le podcast