chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Atheist - Elements

Chronique

Atheist Elements
Des trois premiers albums d’Atheist, c’est-à-dire de ceux qui ont vraiment comptés, Elements est celui que j’aime le moins. Certains risquent de s’en étrangler mais c’est comme ça. J’ai découvert les Floridiens à travers la compilation Masters Of Brutality et je reste donc particulièrement attaché à l’excellent "Your Life’s Retribution" et à l’album dont il est tiré, l’incontournable Unquestionable Presence. De la même manière, Piece Of Time et son côté beaucoup plus Thrashy me parle davantage. Mais rassurez-vous, ce n’est pas très grave et surtout cela ne veut pas dire que je n’apprécie pas Elements.
Réglé comme une horloge suisse, Atheist sortira ce troisième album le 30 août 1993, deux ans jour pour jour après Unquestionable Presence, quatre ans, là aussi jour pour jour, après Piece Of Time. Une régularité plutôt surprenante liée dans le cas présent à cet engagement contractuel avec le label Music For Nations. Engagement qui aura ainsi contraint Kelly Shaefer à reformer Atheist dans l’urgence la plus totale. Cette reformation va alors s’accompagner de l’arrivée d’un nouveau batteur (Josh Greenbaum) mais aussi et surtout d’un troisième guitariste en la personne de Frank Emmi. Si cela peut sembler saugrenu c’est malheureusement pour faire face à quelques soucis de santés (problème de canal carpien) rencontrés par Kelly Shaefer désormais dans l’incapacité de livrer leads et autres soli mais aussi et surtout parce qu’initialement Randy Burkey n’était pas sensé participer à l’enregistrement (ce dernier avait quitté le groupe afin de reprendre ses études)... Bref, un beau micmac qui n’a pourtant pas perturbé plus que cela Atheist puisqu'Elements aura été composé, enregistré et produit en tout juste quarante jours. Et oui, vous avez le droit de soupirer... Enfin, signalons que l’artwork est l’œuvre de Necrolord (Emperor, Dark Funeral, Dissection, Necrophobic, Sacramentum...)

Comme ses prédécesseurs, Elements va lui aussi bénéficier d’une seconde jeunesse grâce à une réédition que l’on doit une fois de plus au label Relapse. Outre un remastering complet, celle-ci est agrémentée de six titres live enregistrés en 1992 lors du passage d’Atheist à la BBC. Pour compléter cette réédition, quelques photos d’époques ainsi que deux textes dont un de Shaefer au sujet de l’appel de Music For Nations exigeant la sortie d’un nouvel album, de cette deadline de quarante jours et de tout ce stress généré par l’écriture, l’enregistrement et la production en un temps records de ce disque inattendu.

On pourrait alors légitimement penser que toute cette précipitation visant à donner un successeur à Unquestionable Presence aurait pu avoir un effet néfaste sur ce Elements. Et bien c’est mal connaître Atheist qui jamais durant ces quarante et une minutes ne donne le sentiment d’être à côté de la plaque ou de ne pas avoir fait les choses avec le sens du détail qu’on leur connaît. Une fois encore, il y a de quoi être particulièrement bluffé lorsque l’on sait que ce disque a été bouclé intégralement, de la composition à la production finale en seulement quarante jours. Quarante putain de jours !
Pour autant, cet album s’éloigne quelque peu de ses prédécesseurs. Car si les Américains continuent d’emprunter ce chemin qu’ils ont eux-mêmes tracé, celui d’un Death Metal technique ultra personnel, les moyens pour y arriver ne sont plus tout à fait les mêmes ici. Pour commencer le rythme s’est subtilement assagit. Le groupe a ainsi abandonné la frénésie de ses débuts au profit d’une approche plus en retenue, élaborée essentiellement autour de rythmes jazzy complexes que l’on doit à ce nouveau batteur, Josh Greenbaum et qui transparaissent bien plus distinctement que par le passé notamment à travers plusieurs breaks disséminés ici et là. Une baisse d’intensité qui en soit ne porte pas préjudice à la qualité intrinsèque de ces compositions mais tend, en ce qui me concerne, à les rendre moins marquantes, moins immédiates. C’est là un choix audacieux de la part d’Atheist qui, sans sacrifier à son identité (bien au contraire), semble tendre vers une musique plus progressive et moins radicale. L’autre sujet de discorde concerne ces quelques sonorités salsa/latinos qui viennent ponctuer ce Elements. Originaire de Floride, on imagine bien l’influence, même indirecte, qu’a pu avoir cette musique exotique, chaleureuse et colorée sur chaque membre du groupe et notamment Tony Choy qui lui-même est originaire de Cuba. De fait, ces ajouts semblent presque naturels et viennent apporter quelque chose de nouveau et de très différent à ce Death Metal déjà si atypique. En tous les cas, c’est suffisamment bien amené et avec ce qu’il faut de parcimonie pour que cela ne viennent pas faire tâche dans ces compositions déjà suffisamment originales et difficiles à digérer. Ce sont donc là les deux griefs retenus contre Atheist et plus précisément Elements au moment de sa sortie (j’imagine la tête de ceux qui ont entendu "Samba Briza" pour la première fois après avoir acheté le disque...). Si les deux sont bien évidemment recevables, il n’y a bien que le premier qui chez moi justifie que cet album soit relégué en troisième position derrière ses deux prédécesseurs.

Car pour ce qui est du reste on retrouve (presque) tout ce qui faisait déjà le charme d’Atheist à commencer par un sens atypique de la composition. Qualité majeure évoquée un nombre incalculable de fois, c’est cette approche novatrice qui va faire tout le sel des Floridiens. Une originalité que le groupe continue de cultiver ici à travers des séquences, certes moins hystériques, mais non dénuées de groove et d’énergie pour autant. Entre cette basse frétillante, ces trois guitares aux mélodies enivrantes et cette batterie syncopée, difficile de résister à une telle démonstration de talent qui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, n’a rien d’ostentatoire ni de vain. Ainsi, tout s’imbrique avec une aisance déconcertante. Ces lignes de basse au groove irrésistibles dégoulinent ainsi avec générosité sur ces riffs vifs et plus catchy qu’il n’y parait. L’ensemble est chahuté par une batterie épileptique qui, tel un électron libre, suit sa course selon ses propres envies. Tout cela pourra sembler terriblement abscons même si paradoxalement Elements possède un côté étrangement addictif. Le talent, une fois de plus... Côté chant, on retrouve la voix éraillée et arrachée de Kelly Shaefer qui n’a pas beaucoup changé même si je la trouve tout de même un peu moins agressive qu’auparavant. Mais rien de rédhibitoire, rassurez-vous.

Les quelques titres bonus dispensés avec cette réédition sont loin d’être indispensables même si la qualité du son les rends tous particulièrement agréables à écouter. Il s’agit en effet de morceaux enregistrés lors du passage d’Atheist sur la BBC en 1992. Du live sans l’atmosphère du live en quelque sorte. Du coup, hormis quelques légères différences avec les morceaux figurant sur les deux premiers albums, il n’y a bien que les prises de paroles de Kelly Shaefer présentant ainsi chaque titre pour nous rappeler qu’il s’agit ici de prise directes dans les célèbres studios de la radio anglaise. Bref, à réserver aux fans purs et durs même si cela permet également de constater que le niveau technique est strictement le même que sur album. En cela, ces vingt minutes supplémentaires sont tout à fait impressionnantes.

Ayant rempli (haut la main) ses engagements contractuels, Atheist finira inévitablement par se séparer quelques semaines après la sortie de ce troisième album. Le pire dans toute cette histoire c’est que ces gars iront pour la plupart se perdre dans des projets sans noms, totalement inintéressants et surtout bien loin de l’excellence, de l’originalité et de l’avant-gardisme de ce groupe qui continue aujourd’hui de me subjuguer. Il faudra alors attendre dix-sept ans pour les voir revenir sur le devant de la scène avec un album jugé par la plupart en demi-teinte, le pourtant très bon Jupiter. En attendant, s’il sera toujours sujet à discussion parmi les amateurs d’Atheist, Elements n’en reste pas moins un album incroyable de par l’histoire qui l’a vu naître. Peu de groupe et de musiciens peuvent se targuer aujourd’hui d’avoir pondu un disque de cette qualité en un délai aussi court. On pourra alors reprocher aux Américains ce que l’on veut : une baisse de régime sensible, la mise en avant trop importante d’éléments progressifs et/ou jazz et/ou salsa..., il n’en reste pas moins que vingt-trois ans plus tard on tient là entre les mains l’un des albums les plus originaux, aventureux et pourtant cohérent enfanté par la scène Death Metal.

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

von_yaourt citer
von_yaourt
11/05/2016 13:46
note: 9/10
Pas loin d'être mon Atheist préféré, même si les tubes de Unquestionable Presence emportent une plus grande approbation de ma part au final. J'adore cet album, sa thématique et sa progression, en plus d'explorer des sonorités vraiment originales à l'époque. On s'éloigne du death, mais avec talent.

Album ajouté au dossier death tech, au passage !
Sreen citer
Sreen
30/04/2016 20:22
Je me sens un peut moin seul à préférée Jupiter à celui-ci ..
AxGxB citer
AxGxB
30/04/2016 10:36
note: 8.5/10
xjieffx a écrit : Cet album m'avait bien marqué à l'époque, et si mes souvenirs sont bons , je pense qu'il n'y a aucune phase à la double pédale sur l'album ,à souligner pour du "Death-Metal"
Death - Metal qui n'en n'est plus vraiment en fait, mais un très bon disque malgré tout!


Effectivement, on s'en éloigne grandement avec ce disque qui d'ailleurs est en écoute intégrale sur Bandcamp.
xjieffx citer
xjieffx
29/04/2016 18:22
Cet album m'avait bien marqué à l'époque, et si mes souvenirs sont bons , je pense qu'il n'y a aucune phase à la double pédale sur l'album ,à souligner pour du "Death-Metal"
Death - Metal qui n'en n'est plus vraiment en fait, mais un très bon disque malgré tout!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atheist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.67/10
Webzines : (7)  7.71/10

plus d'infos sur
Atheist
Atheist
Techno-death/thrash - 1987 - Etats-Unis
  

formats
  • CD / 1993 - Music For Nations
  • CD / 2005 - Relapse Records

tracklist
01.   Green  (03:22)
02.   Water  (04:29)
03.   Samba Briza  (01:58)
04.   Air  (05:35)
05.   Displacement  (01:25)
06.   Animal  (04:11)
07.   Mineral  (04:34)
08.   Fire  (04:37)
09.   Fractal Point  (00:44)
10.   Earth  (03:53)
11.   See You Again  (01:18)
12.   Elements  (05:35)
13.   Unquestionable Presence  (04:02)
14.   On They Slay  (03:47)
15.   Enthralled In Essence  (04:31)
16.   The Formative Years  (03:38)
17.   Mother Man  (04:32)
18.   Retribution  (03:11)

Durée : 65:22

line up
parution
30 Août 1993

voir aussi
Atheist
Atheist
Unquestionable Presence

1991 - Roadrunner Records
  
Atheist
Atheist
Piece Of Time

1989 - Active Records
  
Atheist
Atheist
Jupiter

2010 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Extermination Revelry

2003 - Moribund Records
  
Morbid Illusion
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled

2018 - Immortal Souls Productions
  
Ritual Necromancy
Ritual Necromancy
Oath Of The Abyss

2011 - Dark Descent Records
  
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Cemetery Urn

2017 - Hells Headbangers Records
  
Faceless Burial
Faceless Burial
Grotesque Miscreation

2017 - Blood Harvest Records
  

Slayer
Hell Awaits
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique