chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
110 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Heaven Shall Burn - Wanderer

Chronique

Heaven Shall Burn Wanderer
Ma fidélité au groupe depuis la découverte d’Antigone en 2004 (merci Century Media) n’a pas encore failli. Tout à son honneur, Heaven Shall Burn fait partie des seuls rescapés du metalcore européen (plus précisément allemand, terreau du style sur le vieux continent) qui n’aura jamais osé l’immondice du refrain FM (Caliban) et aura survécu à l’essoufflement du genre (feu Maroon). Déjà sept (!) albums et les plus gros festivals retournés chaque année (Hellfest en juin dernier). Plutôt curieux d’entendre ce nouvel opus, trois ans et demi après un Veto parfaitement calibré dans l’accroche (dont on ne retiendra finalement pas grand-chose) et qui redonnera le sourire suite au médiocre Invictus. Mais pour cette nouvelle cuvée la routine se brise pour les adeptes de la première heure puisque la bande de Thuringe se sépare de son batteur fondateur Matthias Voigt (17 années de bons et loyaux services), remplacé par Christian Bass, musicien au CV plutôt fourni (ex-Der Weg einer Freiheit, ex-Night In Gales, ex-Deadsoil).

L’apaisante et étonnante pochette de Wanderer pouvait laisser présager d’une musique plus atmosphérique ou alors progressive mais vous êtes habitués depuis le temps, aucun bouleversement dans le style hybride direct (metalcore et death metal) et les paroles engagées de Heaven Shall Burn. Le groupe continue sur la voie (très) mélodique de Veto (le plus facile d’accès à ce jour) et ne tombera toujours pas dans le mièvre horripilant. Ouf. On retrouvera même la fibre du milieu des années 2000 voire carrément du metalcore US à écouter en short/havaianas (« Passage Of The Crane » et « A River Of Crimson » exposant au mieux ces deux contrastes). Pas étonnant que le groupe ait ainsi invité l’ex-guitariste d’As I Lay Dying Nick Hipa sur « Save Me ». Malheureusement après plusieurs écoutes les compositions paraîtront nettement moins inspirées et accrocheuses que sur son prédécesseur. Malgré tout la première moitié de galette demeure sympathique, je retiens « Bring The War Home » (leads de fin titilleurs) ou le premier extrait dévoilé « Downshifter » et son refrain efficace… Puis l’auditeur commencera à piquer du nez. « Save Me » qui démarre de façon assez épique ou les bribes intéressantes de riffs sur « A River Of Crimson » ne suffiront pas.

Pour autant Heaven Shall Burn ne renie pas ses premiers amours velus, la bande possède toujours son socle extrême paré pour déchaîner la fosse. Gros écart ainsi avec les invités de prestige tel que Frank Blackfire (ex-Kreator, ex-Sodom) sur la reprise du cultissime « Agent Orange » mais aussi Corpsegrinder (oui vous avez bien lu !) sur le fond de tiroir « Prey To God » (bien vide, quel gâchis…). Sauf que l’impact qu’on connait de la bande (je vous laisse ressortir Deaf To Our Prayers) n’y est pas, trop gentillet et caressant dans le sens du poil, les modulations de Marcus(le job est fait comme à son habitude) et les grognements du père cannibale Georges dans le lot. La coutumière production outrancière (encore plus compressée cette fois) sous stéroïdes (toujours épaulé du fidèle Tue Madsen pour le mixage) n’y changera rien. Mélodique mais pas assez, violent mais pas trop… Quoi donc pour se sustenter ? Les maigres arrangements électro ou au piano de côté, les Allemands oseront ici une reprise de My Dying Bride. Sept minutes pour le morceau final « The Cry Of Mankind » accompagné du chant clair de Aðalbjörn Tryggvason (Sólstafir). Un léger vent de fraîcheur mais trop maigre et trop tard pour relever le tout. A l’instar de Veto (ah Blind Guardian !), ce seront tristement les « covers » que l’on retiendra le plus…

Heaven Shall Burn suit la direction mélodique de Veto mais dans une version à l’efficience et au travail de composition amoindris. La force de frappe antérieure un gros cran dessous, l’album aura bien du mal à capter toute notre attention, particulièrement la seconde moitié de la galette. Le groupe connait bien sa recette et délivre le strict minimum dans un « package » attirant, en « live » le résultat devrait néanmoins être différent mais l’écoute au casque restera elle plutôt monotone…. Trop inégal et lisse, Wanderer demeure l’un des moins bons albums de leur longue discographie. Vous pouvez retourner à leur époque pré-Deaf To Our Prayers (inclus évidemment).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Heaven Shall Burn
Metalcore / Death mélodique
2016 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (20)  8.05/10

plus d'infos sur
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Metalcore / Death mélodique - 1997 - Allemagne
  

vidéos
Passage of the Crane
Passage of the Crane
Heaven Shall Burn

Extrait de "Wanderer"
  

tracklist
01.   The Loss of Fury  (02:21)
02.   Bring the War Home  (04:20)
03.   Passage of the Crane  (03:57)
04.   They Shall Not Pass  (05:32)
05.   Downshifter  (05:59)
06.   Prey to God  (03:08)
07.   Agent Orange (Sodom cover)  (06:08)
08.   My Heart Is My Compass  (01:10)
09.   Save Me  (04:57)
10.   Corium  (05:27)
11.   Extermination Order  (03:20)
12.   A River of Crimson  (04:47)
13.   The Cry of Mankind (My Dying Bride cover)  (07:34)

Durée : 58:40

line up
parution
16 Septembre 2016

voir aussi
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Deaf To Our Prayers

2006 - Century Media Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Whatever It May Take

2002 - Lifeforce Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Veto

2013 - Century Media Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Iconoclast
(Part One : The Final Resistance)

2008 - Century Media Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Invictus
(Iconoclast III)

2010 - Century Media Records
  

Essayez plutôt
Bloodshoteye
Bloodshoteye
An Unrelenting Assault

2006 - Galy Records
  
Fall Of Serenity
Fall Of Serenity
The Crossfire

2007 - Lifeforce Records
  
Misery Speaks
Misery Speaks
Catalogue Of Carnage

2008 - Drakkar Entertainment
  
Neaera
Neaera
Omnicide
(Creation Unleashed)

2009 - Metal Blade Records
  
Stigma
Stigma
When Midnight Strikes!

2008 - Pivotal Rockordings
  

Himsa
Summon In Thunder
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report
L'aigle n'est pas réservé aux NAZIS !!!
Lire le podcast
PPCM #27 - Atheist, quand la Floride apporte le meilleur du Death Metal !
Lire le podcast
Bloody Alchemy
Reign Of Apathy
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast