chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Father Befouled - Desolate Gods

Chronique

Father Befouled Desolate Gods
Je n'y croyais plus. Après moult déceptions, j'avais fini par me convaincre que Father Befouled et moi, c'était de l'histoire ancienne. Quel dommage qu'après un tel premier album que Obscurus Nex Cultus, une de mes sorties Incantation-worship préférées, le groupe ait petit à petit perdu l'inspiration pour devenir sur son dernier méfait Revulsion Of Seraphic Grace carrément insipide. Cinq ans après, les Américains viennent de sortir de leur grotte avec un nouvel album, Desolate Gods, toujours sur Dark Descent Records. Cette annonce n'a soulevé aucun enthousiasme de ma part, persuadé que Father Befouled était désormais condamné à errer parmi la tripotée de clones d'Incantation sans intérêt. Pourquoi ai-je quand même voulu y jeter une oreille? Pour la pochette bien dégueulasse du russe Alex Shadrin (non ce n'est pas Antichrist Kramer comme je l'avais d'abord pensé)? Pour leur donner une toute dernière chance parce que je suis un mec sympa? Parce que Dark Descent? Parce que je reste curieux, même des groupes qui n'en finissent plus de me décevoir? Il y a sans doute un peu de tout ça. Quoiqu'il en soit, je l'ai bien écouté ce Desolate Gods. Et j'ai bien fait car, contre toute attente, il bute méchamment!

Qu'est-ce qui a donc pu changer? Eh bien rien pourtant, si ce n'est le bassiste Jake Kohn, remplacé par Rhys Spencer (Abyssion, Altar Of Profanation). Ce n'est bien sûr par ce changement de personnel anodin qui se trouve à l'origine de cette bonne surprise puisque le duo d'origine Justin Stubbs et Wayne Sarantopoulos que l'on retrouve également chez Encoffination (le tribute doom/death à Incantation) reste aux manettes. La formule de Father Befouled n'a pas évolué non plus. On se retrouve toujours en face d'un death metal old-school, brutal, sombre et caverneux dont l'influence principale reste Incantation (oui, encore!). Les morceaux y sont simples, courts, directs et ils envoient la sauce. La formation propose en gros une alternance entre des riffs en tremolo dark et evil sur des passages rapides soit en skank beats (tchouka-tchouka mon amour!) soit blastouillés, et des séquences aux riffs mid-tempo plus tempérés voire carrément doomy histoire d'instaurer une ambiance des plus noires et menaçantes. Pas mal d'harmoniques sifflées et de solos chaotiques aussi pour faire saigner les oreilles des culs-bénis. Sans oublier le chant profond d'outre-tombe. Il s'agit donc d'une recette ultra classique que l'on connait depuis longtemps et pas mal à la mode ces dernières années avec tous ces adeptes d'Incantation qui ont fleuri. On sait quand le groupe va accélérer et quand il va ralentir. Il n'y a aucune originalité à attendre de ce Desolate Gods. À la rigueur deux leads sur "Ungodly Rest" (2'46) et l'instrumental "Vestigial Remains" (2'25) qui sonnent un peu différemment des autres car plus "aériennes" et "lumineuses" (notez bien les guillemets, on n'est pas non plus chez Kids United ici!). J'ai aussi senti davantage d'influences Grave Miasma sur pas mal de tremolos mid-tempo poussiéreux appuyés ("Offering Revulsion" à 0'45, "Mortal Awakening" à 2'15, , "Ungodly Rest" à 0'44, "Divine Parallels" à 0'15, "Desolate Gods" à 0'54), ainsi que du Vasaeleth quand Father Befouled bourre le plus (genre sur "Exalted Offal" à 0'48). Sinon on ne peut pas dire que le combo ait beaucoup évolué. La seule vraie différence avec les dernières réalisations décevantes, c'est en fait tout simplement l'inspiration. Et pour moi, c'est surtout ça qui compte! Le style a beau n'être pas du tout original et déjà fait des milliers de fois, les morceaux ne pas être très développés et, histoire de chercher la petite bête dans les détails, les spoken words à la fin de l'album s'avèrent plutôt incongrus tout comme "Exalted Offal" se place comme le morceau le moins passionnant car un peu vite expédié (même si ce n'est pas le plus court et qu'il passe quand même bien). Il n'empêche, Desolate Gods et ses trente petites minutes passent nickel chez moi et ce depuis la première écoute. Ça a fait tilt tout de suite, ce qui est toujours bon signe. Les écoutes suivantes ont confirmé le regain de forme des Américains. C'est efficace à mort, bien aidé par une production puissante mais suffisamment sale pour sonner honnête, l'ambiance ténébreuse prenante est bien là (l'excellente intro instrumentale "Exsurge Domine" vous plongera dedans dès le début) avec des moments écrasants bandants et des élans de brutalité foutrement jouissifs et surtout, les riffs se révèlent tout à fait satisfaisants. Vous l'aurez compris, j'ai pris mon pied à l'écoute de ce Desolate Gods qui me réconcilie enfin avec Father Befouled.

Autant dire qu'il s'agit là du meilleur album du combo d'Atlanta depuis l'excellent Obscurus Nex Cultus qui m'avait converti au groupe à l'époque avant qu'il me déçoive de plus en plus. C'est un peu comme retrouver une ex avec laquelle on a connu de bons moments mais qui n'a fait que vous casser les couilles par la suite, vous obligeant à lâcher l'affaire. On la recroise un peu par hasard des années plus tard, on commence à discuter par politesse puis on finit par se remémorer les bons souvenirs avant de la convaincre d'aller au pieu pilonner cette salope, en grand romantique fan de death metal, parce qu'elle vous a quand même bien fait chier cette conne! Father Befouled n'a rien changé à sa formule, on baigne toujours dans le Incantation-like plus bourru que jamais, il a juste retrouvé l'inspiration qui le fuyait depuis presque dix ans en sortant un opus bref et concis qui tartine et écrase comme on aime. Je trouve même Desolate Gods supérieur au pourtant pas mauvais Profane Nexus tout juste sorti par la bande à McEntee et dont je vous parlerai bientôt. Bref, si vous aimez Incantation ou des groupes plus récents comme Grave Miasma et Vasaeleth et que vous n'en avez jamais assez de ce style de death metal sombre et evil revenu à la mode depuis quelque temps, ce nouveau Father Befouled me semble faire partie des indispensables de l'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Father Befouled
Death Metal
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  6.67/10
Webzines : (10)  7.48/10

plus d'infos sur
Father Befouled
Father Befouled
Death Metal - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Exsurge Domine (Intro) (1'46)
02.   Offering Revulsion (4'53)
03.   Mortal Awakening (3'27)
04.   Exalted Offal (3'31)
05.   Ungodly Rest (5'18)
06.   Divine Parallels (3'33)
07.   Vestigial Remains of... (instrumental) (3'16)
08.   Desolate Gods (4'25)

Durée : 30'09

line up
parution
23 Juin 2017

voir aussi
Father Befouled
Father Befouled
Morbid Destitution Of Covenant

2010 - Relapse Records
  
Father Befouled
Father Befouled
Revulsion Of Seraphic Grace

2012 - Dark Descent Records
  
Father Befouled
Father Befouled
Obscurus Nex Cultus

2008 - GasMask Productions
  

Essayez aussi
Binah
Binah
Hallucinating In Resurrecture

2012 - Dark Descent Records
  
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  
Vicious Art
Vicious Art
Pick Up This Sick Child

2008 - Mighty Music
  
Aborted
Aborted
Slaughter & Apparatus
(A Methodical Overture)

2007 - Century Media Records
  
Disma
Disma
The Graveless Remains (EP)

2017 - Profound Lore Records
  

Megadeth
Super Collider
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique