chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immolation - Shadows In The Light

Chronique

Immolation Shadows In The Light
Immolation, c'est un peu comme Incantation. Un groupe culte qui n'a jamais eu la même reconnaissance que les Morbid Angel, Cannibal Corpse et autres Deicide. C'est aussi un style particulier, garant d'un death métal pur et dur. Les années passent mais la mentalité reste la même, sans aucun regard pour les sonorités modernes. Plus de 20 ans après leur formation, les New-Yorkais reviennent mettre le feu avec leur 7ème album, le bien nommé Shadows In The Light. Et si son prédecesseur Harnessing Ruins avait quelque peu divisé les hordes de fans, le petit nouveau devrait rétablir la cohésion.

Pas de révolution bien sûr ici, Immolation reste dans la droite lignée de ce qu'il a toujours su faire (et bien faire), c'est à dire un death métal brutal entièrement dédié à l'anti-christianisme. Mais pas à un anti-christianisme primaire, non. Un anti-christianisme intelligent et sûr de son fait. L'art d'Immolation c'est cette capacité à instaurer une ambiance blasphématoire sans artifice, capable de reléguer à ses chères études n'importe quel groupe de black métal soit-disant satanique. C'est cette capacité à jouer sur les dissonances, les harmoniques sifflantes qui feraient saigner les oreilles du moindre prêtre s'approchant trop près de cette oraison démoniaque. Et c'est tout simplement cette capacité à nous offrir de la putain de bonne musique.

Et si les albums d'Immolation ont toujours été difficiles à digérer pour le simple mortel, notamment à cause de productions "spéciales" souvent raillées par la pseuso-élite du métal extrême et qui sont pourtant toutes aussi responsables de l'atmosphère si délicieusement sombre de la musique des Américains, le talent de composition du quatuor fait que la plupart des leads darks vous restent dans la tête de façon rédhibitoire. Je pense surtout à cette petite mélodie sournoise et entêtante de "World Agony", LE hit de l'opus et sans aucun doute l'un des meilleurs titres jamais composés par la formation. En gros, Immolation sait se faire accrocheur malgré la lourdeur ambiante, les riffs atypiques de Vigna et les patterns de batterie à contre-courant de Steve Shalaty, remplaçant d'Alex Hernandez depuis deux albums.

Immolation ne serait toutefois pas Immolation sans une autre donnée: la voix de son musclé leader, Ross Dolan. Ce dernier restera sans doute comme l'un des tout meilleurs vocalistes du métal de la mort. A la fois très grave et parfaitement compréhensible, le chant de fin du monde de Dolan est pour beaucoup dans l'atmosphère sombre et sacrilège de ce Shadows In The Light. Et du reste de la discographie du combo d'ailleurs. Satan is real!

Shadows In The Light n'est cependant pas exempt de tout reproche. A savoir qu'Immolation fait du Immolation, quitte à se répéter. Je n'en tiens pas vraiment rigueur au groupe car je ne le fais pas non plus pour Incantation, mais il est indéniable que les New-Yorkais ont parfois du mal à éviter l'auto-plagiat. Les morceaux se structurent toujours de la même façon avec une grosse prédominance pour les mid-tempos plus ou moins rapides et très appuyés par la batterie. Une batterie qui, si elle ne joue jamais la surenchère de blast-beats ou de plans ultra techniques comme il est répandu dans la scène death d'aujourd'hui, reprend également souvent les mêmes plans. Le roulement y est roi, un peu trop même. Shalaty blaste aussi, pas d'inquiétude là-dessus, mais il pourrait varier un peu plus son jeu. Un sentiment de monotonie peut ainsi faire son apparition, sans que celà ne gâche trop le plaisir celà dit.

Shadows In The Light est donc un Immolation très bon cru qui ne fera pas tâche dans la discographie du groupe. Au contraire, je le classerais même sur le podium, un podium toujours dominé par l'indéboulonnable Close To A World Below. Du blasphème, de la brutalité (écoutez moi le chaos final sur "Whispering Death"!), des mélodies sombres et insidieuses, des vocaux impressionnants, les fans retrouveront tout ce qu'ils aiment chez la formation américaine. A l'inverse, ceux qui n'ont jamais accroché à Immolation risquent une nouvelle fois de s'y brûler les doigts. Quoi qu'il en soit, Immolation perpétue avec toujours la même conviction son propre style, fait assez rare en death pour être souligné et applaudi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
Death Metal
2007 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (20)  7.63/10
Webzines : (25)  8.11/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Hate's Plague  (02:50)
02.   Passion Kill  (03:41)
03.   World Agony  (03:54)
04.   Tarnished  (03:35)
05.   The Weight Of Devotion  (04:20)
06.   Breathing The Dark  (03:59)
07.   Deliverer Of Evil  (03:44)
08.   Shadows In The Light  (03:45)
09.   Lying With Demons  (04:31)
10.   Whispering Death  (05:58)

Durée : 40:17

line up
parution
10 Mai 2007

voir aussi
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Dawn of Possession

1991 - Roadrunner Records
  
Immolation
Immolation
Atonement

2017 - Nuclear Blast Records
  
Immolation
Immolation
Harnessing Ruin

2005 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Horrendous
Horrendous
Idol

2018 - Season Of Mist
  
Dismember
Dismember
Indecent & Obscene

1993 - Nuclear Blast Records
  
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  
Bloodsoaked
Bloodsoaked
Religious Apocalypse (EP)

2014 - Comatose Music
  
Stench Of Decay
Stench Of Decay
Where Death And Decay Reign (Démo)

2009 - Detest Records
  

Kreator
Outcast
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique