chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Emeth - Telesis

Chronique

Emeth Telesis
Emeth avait tout pour réussir. Une envie furieuse de bourriner, un plaisir certain à donner dans le complexe et le technique, un univers bien particulier, une mentalité exemplaire et de grosses bites. Les Belges avaient franchit pas à pas les marches de la gloire depuis leur 1er album Insidious. Il n'en restait plus qu'une, la dernière, celle qui devait conforter à jamais Emeth dans son statut de groupe qui compte. Seulement voilà, la formation a achoppé et a dévalé l'escalier du succès et de la reconnaissance bien plus vite qu'elle ne l'avait monté. Une chute aussi brutale qu'inattendue...

Bon dit comme ça on a l'impression que Telesis, le nouvel album de la bande à Tom Kimps, tient de la bouse intersidérale, ce qui n'est évidemment pas le cas. Mais il fallait bien romancé l'immense déception causée par une nouvelle orientation musicale tellement facile...

Telesis ne sent donc pas complètement la matière fécale. Le fumet savoureux de l'ancien Emeth effleure par moment nos narines sevrées par tant de fadeur inhabituelle de la part d'un cuisinier si prometteur. Le groupe n'a ainsi pas perdu son envie de taper vite et fort, les blast-beats imposant ici très souvent leur loi implacable. Avec une production nickel chrome, croyez bien qu'on mange et qu'on est plusieurs fois resservi. Le quotient brutalité n'affiche donc pas encore le zéro pointé. Nos oreilles, mises à mal par trop de sonorités banales pour un maître son de si bonne réputation, goûtent d'autant plus la joie procurée par des soli épicés et cuits à point. Elles frétillent également à l'écoute d'une basse au caractère bien trempé qui a su s'imposer dans le mix. Peu étonnant lorsque l'on sait que monsieur Erlend Caspersen (Blood Red Throne) lui-même en a pris le manche! Le rythme lui garde encore un peu de son tempérament endiablé et dynamique (du blastage en pagaille on l'a dit), souvent agrémenté de rythmiques thrashy qui font toujours leur petit effet et parfois de passages plus lents et lourds afin de varier les saveurs. Emeth avait aussi reçu des lauriers pour ses paroles profondes et intellectuelles sur la société et l'esprit humain, lauriers qu'on ne lui retirera pas tant les lyrics se révèlent écrites avec le même talent. Les qualités techniques des Flamands ne pourront non plus être remises en cause, les onze titres deTelesis, composés et ficelés de mains de maître montrant un groupe mature, professionnel et sûr de ses acquis. Certains riffs, placés ici et là comme les derniers soubresauts d'un géant à l'agonie, s'avèrent même presque au niveau des albums précédents. Et bien sûr, on retrouve le chant surpuissant de Tom Kimps qui a décidé de reprendre un peu de ses growls d'Insidious qu'il avait laissés de côté sur Reticulated pour des vocaux moins gutturaux et plus arrachés, clairement plus hardcore. Le bonhomme nous offre ainsi une prestation fort couillue à mi-chemin entre les deux premiers opus.

Et des passages précis remarquables, je pourrais également vous en citer quelques uns, comme la fin jazzy de "Silence Goes Unheard", le break ultra calorique de "Telesis" avec une basse jouissivement vrombissante, le génial solo tourbillonant de "Monolith", la basse qui fait encore des siennes sur "The Doer Alone Learneth", le magnifique instrumental d'obédience old-school avec arpèges sombres sur son crachotant intitulé "Aquarian" ou encore la furie démente de blasts vers la fin de "Will To Power", sur lequel le chanteur de Leng Tch'e, Boris Cornelissen, se trouve d'ailleurs invité. Voyez donc que ce Telesis ne manque pas de qualités, ce pourquoi j'ai dû canaliser ma colère et ma déception afin de mettre une note juste.

Mais je ne puis pardonner la trahison à laquelle s'est livrée Emeth sur cet opus. Au revoir l'intense brutalité d'Insidious, adieu technique complexité de Reticulated, place désormais est faîte à un death métal moderne fade et sans âme qui n'a finalement plus grand chose de death métal. Hé oui, Emeth a répondu aux sirènes malveillantes de la mode et du conformisme. Bien navrant de la part d'une formation aussi talentueuse. A croire que le passage du guitariste Matty Dupont chez Aborted l'a complètement changé puisque le rapprochement entre la nouvelle incarnation d'Emeth et la bande à Sven s'avère désormais tout à fait pertinent. Le nouveau guitariste, Valéry Bottin (qui a remplacé Peter Goemaere parti chez...Aborted), n'a lui semble t-il pas eu trop d'influence puisqu'il n'a participé à la composition que de deux morceaux. Enfin bref, quelles que soient les raisons de cette nouvelle orientation musicale, le fait est là, nous avons perdu l'Emeth qu'on aimait. Nous avons maintenant le droit à une production certes aussi puissante qu'un réacteur de fusée mais complètement aseptisée avec une batterie triggée à mort. Viennent également parasiter ces saccades rythmiques typiques du modern death, proches des mosh-parts du hardcore. Si elle ne dérangent pas chez certains groupes, leur présence ici me fait de la peine. Et pour couronner le tout, Telesis se termine par un instrumental, "Aum", totalement inutile même si son ambiance tribale de guerre impose une menace plutôt bien ressentie. Mais sur près de 3 minutes avec quelques samples de mauvais goût, je dis non.

Il fallait peut-être s'en douter dès la mise en ligne de l'artwork très moderne (et pas terrible du tout) ou dès l'avertissement de collègues webzineux/forumers suite à de nouveaux morceaux joués sur scène. En tout cas, moi, ça m'est tombé dessus sans que je m'y attende vraiment. Je me demande ce qu'Emeth fait sur Brutal Bands maintenant! Heureusement, on n'est pas encore au niveau du retournement de veste d'un Infected Malignity ou d'un Cryptopsy, tout n'est pas perdu! Comme je l'ai dit Telesis a plein d'atouts intéressants à faire valoir et le groupe devrait faire tout un tas de nouveaux adeptes plus sensibles à une accessibilité directe. Mais moi, ce n'est pas vraiment ce que j'attendais de mon Emeth...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Emeth
Modern Death Metal
2008 - Brutal Bands
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (7)  6.29/10
Webzines : (8)  7.65/10

plus d'infos sur
Emeth
Emeth
Brutal Death - 1997 - Belgique
  

écoutez
tracklist
01.   Silence Goes Unheard
02.   Anochi Kofer
03.   Telesis
04.   SoulStorming Echoes
05.   Folly And Weakness
06.   Monolith
07.   Existence Beyond Being
08.   The Doer Alone Learneth
09.   Aquarian
10.   Will To Power
11.   Aum

Durée : 41'10

line up
parution
4 Avril 2008

voir aussi
Emeth
Emeth
Reticulated

2006 - Brutal Bands
  
Emeth / Eternal Bleeding
Emeth / Eternal Bleeding
Nescientia - Bleed With Me (Split-CD)

2006 - Grodhaisn Productions
  
Emeth
Emeth
Aethyr

2014 - Xtreem Music
  
Emeth
Emeth
Insidious

2004 - Brutal Bands
  

Essayez plutôt
Djabah
Djabah
Danhomè

2007 - Autoproduction
  
Job For A Cowboy
Job For A Cowboy
Ruination

2009 - Metal Blade Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Sophicide
Sophicide
Perdition Of The Sublime

2012 - Willowtip Records
  
Soilwork
Soilwork
The Ride Majestic

2015 - Nuclear Blast Records
  

Déception de l'année
Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique