chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
168 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Exhorder - Slaughter In The Vatican

Chronique

Exhorder Slaughter In The Vatican
Que nous cache le Vatican ?

La voilà, la tagline scandaleuse qui vaut aux affiches promo du nouveau film de Ron Howard d'être bannies des rames de métro de la capitale. Une mesure préventive visant à ne pas choquer les culs bénis dont on se serait bien passé, même si la simple évocation de Tom Hanks (oscar de la plus grosse endive dont a accouché le cinoche ricain, ex aequo avec Bretzel Washington) suffit à me coller la sclérose en plaques. Le film étant à coup sûr une daube fumante, on passera outre cet élan zélé de politiquement correct mais on conseillera aux amateurs de gros thrash qui tache de filer sans plus attendre chez leur disquaire, des fois que « Slaughter In The Vatican », premier full length d'EXHORDER, soit à son tour frappé d'excommunication.

Car aussi surprenant que cela puisse paraître, EXHORDER est de retour ! A nouveau actif depuis mai 2008, la bande à Kyle Thomas (ex-FLOODGATE, ex-ALABAMA THUNDERPUSSY) et Vinnie LaBella passe à la vitesse supérieure en 2009 avec un nouvel album en prévision, mélange de nouvelles compos et de réenregistrements des classiques d'antan, le groupe ayant toujours vivement regretté les conditions dans lesquelles «The Law » (1992) et surtout « Slaughter In The Vatican » (1990) ont été enregistrés. Forts de deux démos, « Get Rude » (1986) et « Slaughter In The Vatican » (1988), EXHORDER dispose alors d'un budget minimal et se voit contraint et forcé de collaborer avec Scott Burns, il est vrai plus connu pour donner dans le pur death metal. Peu désireux de sonner comme SEPULTURA sur « Beneath The Remains », EXHORDER hérite donc d'une production similaire à celle de ... « Harmony Corruption » de NAPALM DEATH ! Morrisound power, quand tu nous tiens ... Réputé pour n'être qu'une pâle transcription de la démo originelle, « Slaughter In The Vatican » reste tout de même un pur album de thrash incisif et frondeur, dont les atours death métalliques ne trouvent de prolongement que dans certains accents tardy-esques de son chanteur. Egalement au coeur d'une polémique visant à déterminer qui de PANTERA ou des thrashers de Louisiane a donné naissance au groove thrash, EXHORDER attendra la sortie de « The Law » pour faire parler la southern vibe, combinant les riffs incisif d'un EXODUS et le feeling exceptionnel des compos des cowboys de l'enfer, « Cemetery Gates » en tête. On laissera à Keyser le soin de trancher la question dans une prochaine chronique, « Slaughter In The Vatican » jouant lui clairement la carte de la rapidité à tout crin.

Affligée du trompe l'oreille introductif de rigueur, « Death In Vain » est parfaitement représentative de ce qui vous attend sur le reste de l'album ; tempo majoritairement rapide, double pédale omniprésente sur les parties plus lentes, solis éruptifs et hurlants typés Gary Holt/Kerry King, sans oublier l'apport indéniable d'un chanteur au registre plutôt extrême pour l'époque, aussi à l'aise dans la cadence infernale (le final de « Desecrator ») chère au genre pratiqué que dans certaines variations (sur « The Tragic Period »), bien plus affirmées sur un « The Law » propice aux expérimentations. Typiquement frontal, ce premier essai thrash ne passe pas par quatre mains mortes pour vous décrocher la mâchoire, le tracklisting très resserré (seulement huit titres) ne laissant guère de place aux tentatives de percée mélodiques, sinon au démarrage de « The Tragic Period », qu'on jurerait emprunté au TESTAMENT de « The New Order ». Mais qu'on se rassure, la bataille rangée reprend vite ses droits et Chris Nail, préposé à la baston derrière les fûts, n'a de cesse d'enfoncer le clou (oh-oh-oh) et d'atomiser la résistance à l'aide d'une frappe lourdissime, relayant à merveille les riffs inspirés de la paire Ceravolo/LaBella, en trop grand nombre ici pour être tous cités. Il faudra attendre les ultimes secondes du title-track (ultra rapide et violent, une vraie boucherie!), pour se délecter de délicieux arpèges évoquant immanquablement le jeu d'un certain Dimebag Darrell, annonçant en quelque sorte l'album à venir (bon ok, fallait être un devin pour anticiper un chef d'oeuvre comme « The Law »). Proposant des compositions assez longues (qui dépassent allègrement les cinq minutes de durée, à l'exception des plus directes « Homicide » et « Anal Lust ») mais toujours très percutantes, « Slaughter In The Vatican » forme un album très dense et homogène, exécuté dans l'urgence et affublé d'un artwork bien affreux, comme toute vieillerie thrash qui se respecte. En attendant le retour définitif d'EXHORDER, le premier bon film de Tom Hanks ou la pendaison en place publique de ce cher Benoît 1664, faîtes main basse sur ce premier album ô combien redoutable, les années écoulées n'ayant en rien altéré son potentiel de destruction.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

alkemist citer
alkemist
28/04/2021 14:38
note: 7/10
à l'époque acheté pour la pochette marrante, jamais été grand fan, sans plus, mais ensuite est arrivé le Pantera nouveau (tm) et là bin chapeau Exhorder d'avoir su susciter un tel objet commercial sans le vouloir (enfin, peut-être)
hurgh citer
hurgh
07/08/2013 15:48
note: 9/10
J'ai déjà dit à quel point j'aime cet album, et je le redis. Je suis en pleine écoute et bordel, même 20 ans après je m'en prends plein la gueule. Mais putain ce riff à 4'40 dans The Tragic Period, j'ai la bistouque toute dure à chaque fois. Et ce passage à la fin du même morceau : "Heeeear, the toll of the iron beeeeeells ! Et les tagada tagada tagada de l'intro de Légions Of Death, c'est du grand art !
C'est dingue, j'ai jamais écouté le 2ème album du groupe... Juste un titre sur une vieille compile, "Monsters Of Death.
MONVMAINA citer
MONVMAINA
30/04/2009 11:30
note: 9/10
De la bombe ce disque
Niktareum citer
Niktareum
23/04/2009 17:16
note: 7.5/10
Yes très bon ce SITV Headbang mais je lui préfère aussi "The Law", allez zou au boulot Keyser! Clin d'oeil
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
23/04/2009 13:56
note: 8/10
hurgh a écrit : J'adore vraiment cet album truffé de bon riffs, violent et très groovy (proche de Pantera parfois). "Desecrator" et "The tragic Period" comptent vraiment parmis mes morceaux thrash/death préferés. Et je suis vraiment heureux de leur retour, merci de l'info mister Thomas !

Hé hé, de rien Hurgh ! Bon leur bassiste est en tôle et ils sont en pleine écriture des nouveaux titres, toutes les infos sur leur myspace.
hurgh citer
hurgh
23/04/2009 13:52
note: 9/10
J'adore vraiment cet album truffé de bon riffs, violent et très groovy (proche de Pantera parfois). "Desecrator" et "The tragic Period" comptent vraiment parmis mes morceaux thrash/death préferés. Et je suis vraiment heureux de leur retour, merci de l'info mister Thomas !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
23/04/2009 13:26
note: 8/10
Moi je l'aime bien la prod. Elle me rappelle des albums qui me tiennent à coeur comme "Harmony Corruption", "Beneath The Remains" ou "Slowly We Rot". Bon j'espère que tu lui colleras au moins 8 à "The Law", il mérite !
Keyser citer
Keyser
23/04/2009 12:28
note: 7/10
J'aime bien cet album mais ce n'est pas un chef d'oeuvre pour moi. Une prod 80s aurait mieux convenu que cette prod un peu trop grosse/propre pour du thrash. Enfin les compos envoient la purée et et on remarque bien que Kyle Thomas est la grosse influence d'Anselmo. Comme toi je préfère un The Law plus marquant (sans que ce soit un chef d'oeuvre toutefois).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exhorder
Thrash metal
1990 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.08/10
Webzines : (10)  8.45/10

plus d'infos sur
Exhorder
Exhorder
Groove Thrash/Thrash Metal - 1985 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Death In Vain
02.  Homicide
03.  Desecrator
04.  Exhorder
05.  The Tragic Period
06.  Legions Of Death
07.  Anal Lust
08.  Slaughter In The Vatican

Durée : 41:46

line up
voir aussi
Exhorder
Exhorder
The Law

1992 - Roadrunner Records
  
Exhorder
Exhorder
Mourn The Southern Skies

2019 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Sodom
Sodom
Genesis XIX

2020 - Steamhammer Records (SPV)
  
Testament
Testament
Return To The Apocalyptic City (EP)

1993 - Atlantic Records
  
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  
The Haunted
The Haunted
The Haunted

1998 - Earache Records
  
Megadeth
Megadeth
Rust In Peace

1990 - Capitol Records
  

The Agony Scene
Get Damned
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Nekromantheon
Visions Of Trismegistos
Lire la chronique
Spellforger
Upholders Of Evil (EP)
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - Gormenghast
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Invincible Force
Decomposed Sacramentum
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast