chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
157 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Destruction - Sentence Of Death

Chronique

Destruction Sentence Of Death (EP)
J'hésite. Parmi les pochettes d'albums cultes, laquelle est la plus moche, celle de notre trio satanique permanenté ou celle d'INRI de Sarcófago? Choix difficile tant les deux sont risibles. Mais contrairement à aujourd'hui où les pochettes d'albums sont en général belles et travaillées mais la musique souvent mauvaise, c'est ici inversement proportionnel à la qualité du produit. Cette photo représente de toute façon bien l'état d'esprit de l'époque et c'est toujours mieux que casquette sur le côté et baggy!

Pas encore d'albums de Destruction chroniqués sur Thrashocore? Il était donc temps de retourner en cette glorieuse année 1984 qui a vu ma naissance, et ainsi dépoussiérer ce vieux classique de Sentence Of Death, première sortie des Allemands et une des toutes premières du thrash teuton. Bref, cet EP fait partie de l'histoire, "25 years of German Thrash Metal" comme ils disent.

Même si encore un peu immature et son potentiel destructeur pas tout à fait à plein régime, Destruction sort avec Sentence Of Death un premier essai plus que convaincant. La patte Destruction est déjà bien présente malgré les influences revendiquées (tout le monde veut faire comme Venom et Slayer après tout) et un logo différent du classique. Destruction c'est quoi alors? C'est du thrash, plutôt extrême pour l'époque (quoique moins que Kreator et Sodom même si certains n'hésitent pas à parler de thrash/black, mouais) à la fois typiquement allemand pour son côté "raw" mais aussi emprunt d'un parfum plus typé Bay Area par une certaine virtuosité mélodique (beaucoup de soli de shredder avec une apogée sur l'énorme intro de "Black Mass" ou à partir de 2'43 sur "Satan's Vengeance" démontrant un certain touché/feeling), des structures plus complexes que la moyenne (du chuka-chuka mais pas seulement, Destruction n'ayant jamais été le groupe le plus pressé), des riffs incisifs mémorables signés Mike Sifringer (rha ce "Total Desaster" de folie!), un attirail vestimentaire outrancier fait de pantalons ultra moulants, de perfectos, de clous et de cartouchières, des paroles satanistes à mort, et bien sûr la voix jouissive, écorchée et nasillarde de Marcel "Schmier" Schirmer qui donne tout son caractère extrême au groupe. L'un des meilleurs chanteurs thrash de tous les temps, qui ne pousse toutefois pas encore ici ses cris aigus pour lesquels il deviendra célèbre. La production, typique des 80s avec la batterie surmixée de Tommy Sandmann, le chant au léger effet d'écho trop mis en avant, la guitare en manque de volume mais dont le son rappelle bien pourquoi cette musique porte le nom de métal, donne aussi ton son charme à l'EP. Avec aussi un bon point bonus grâce à la basse de Schmier qui ressort bien de temps en temps, notamment sur l'ouverture de "Devil's Soldiers", néanmoins le titre le plus faible de l'album avec sa rythmique quelque peu bancale. Dernier ingrédient qui rend définitivement culte ce Sentence Of Death, la présence de "Mad Butcher", l'hymne de notre trio infernal avec son génial riff mélodique encore dans toutes les têtes. Pas le meilleur morceau du combo allemand toutefois pour moi (ce serait plutôt "Bestial Invasion" ou "Life Without Sense") ni même de l'opus (ma préférence allant à "Total Desaster").

Sentence Of Death peut sonner vieillot aujourd'hui, immature même (une "Intro" assez ridicule et caricaturale notamment), il n'en demeure pas moins un classique du thrash, une partie de l'histoire que tout bon thrashos se doit d'avoir dans sa collection. Le talent de composition de Destruction n'est pas encore exploité à fond avec encore quelques riffs qui se ressemblent mais la bande à Schmier sort déjà du lot en posant les bases de son style. Et putain quelle voix de dément! "Total Desaster", "Black Mass", "Mad Butcher": que des classiques intemporels encore joués en live par les Teutons qui sortiront dès l'année suivante leur chef d'œuvre, Infernal Overkill.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
30/06/2009 22:55
Jamais écouté cet EP je crois bien... Embarassé
crocoscar citer
crocoscar
30/06/2009 13:48
note: 4/5
Raaaaaaaaah quelle tuerie, du vrai thrash pur jus !
cglaume citer
cglaume
30/06/2009 13:41
J'ai découvert cet EP en même temps que "Eternal Devastation" et "Infernal Overkill", autant dire qu'il ne m'a pas laissé un grand souvenir en comparaison...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Destruction
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs : (7)  4.07/5
Webzines : (6)  4.21/5

plus d'infos sur
Destruction
Destruction
Thrash Metal - 1983 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Intro  (01:14)
02.   Total Desaster  (04:06)
03.   Black Mass  (04:00)
04.   Mad Butcher  (03:31)
05.   Satan's Vengeance  (03:16)
06.   Devil's Soldiers  (03:26)

Durée : 19:33

line up
parution
10 Novembre 1984

voir aussi
Destruction
Destruction
Eternal Devastation

1986 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Day Of Reckoning

2011 - Nuclear Blast Records
  
Destruction
Destruction
Mad Butcher (EP)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Born To Perish

2019 - Nuclear Blast Records
  
Destruction
Destruction
Release From Agony

1988 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez aussi
The Pestilence Choir
The Pestilence Choir
Gravity Hits

2012 - Sacrifice Records
  
Witchery
Witchery
Witchkrieg

2010 - Century Media Records
  
Denial
Denial
Antichrist President

1991 - Colossal Records
  
Testament
Testament
The Formation Of Damnation

2008 - Nuclear Blast Records
  
Besieged
Besieged
Victims Beyond All Help

2010 - Autoproduction
  

Terror 2000
Faster Disaster
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique