chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kreator - Terrible Certainty

Chronique

Kreator Terrible Certainty
Carrière en trois temps pour KREATOR avec un jeu de chaises musicales hasardeux dans les années 90 qui a failli causer leur perte - passer sans transition du thrash frontal de « Cause For Conflict » à la sauce gothico-déprimante de « Outcast »/ « Endorama », fallait oser - suivi d'un comeback thrash mélodique réussi sous l'impulsion du génial six-cordiste de WALTARI, Sami Yli-Sirniö. Mais le premier temps qui nous intéresse ici, lequel a marqué plusieurs générations de thrashers au fer rouge d'un « Pleasure To Kill » toujours aussi chaud bouillant 25 ans après sa parution, est symptomatique de la lente formation du son KREATOR, forgé dans la douleur d'un « Endless Pain » trop juvénile et immature pour convaincre pleinement à la croisée des années 80.

Car après avoir appris à jouer plus vite que SODOM et SLAYER réunis sur un « Pleasure To Kill » ultra bourrin mais bordélique au possible, Milland Petrozza et les assassins en puissance Rob Fioretti (basse), Jurgen Reil aka Ventor (batterie) et Jörg Trzebiatowski (guitare), une fois hissé au plus haut l'étendard de la haine, passent à l'étape supérieure : sur ce « Terrible Certainty » qui voit KREATOR lâcher Harris Johns pour le producteur Roy Rowland, il est grand temps d'apprendre à poser une rythmique ! Et c'est chose faîte, avec brio, sur un album transitionnel dans le bon sens du terme puisque les allemands corrigent sur « Terrible Certainty » un de leurs défauts majeurs, une certaine propension à la débauche instrumentale qui ne les avait pas empêché de causer un maximum de dégâts à force de canarder tout azimuth sur ce qui restera comme un des plus gros pugilats métalliques de l'histoire (réécouter « Rippin Corpse » et « The Pestilence » pour s'en convaincre). Rythmiquement parlant, ces huits nouveaux brûlots sont donc bien plus carrés que leurs devanciers, sans qu'on y perde pour autant grand-chose en matière de barbarie ; avec les jeux du cirque d'une « Blind Faith » qui a sans doute bercé l'enfance de Nergal en ouverture …

« The lions come storming in, the spectacle begins
The crowd is as one on their feet – See Christians bleed ! »


… KREATOR n'essaie même plus de cacher le sien à l'aide d'une « intro » en forme de trompe l'œil, ça charcle d'entrée et salement, les moins résistants dans le public mordant la poussière dès la première accélération lâchée dans l'arène à 0 :12 ! Un très bon titre d'ouverture sur lequel Mille Petrozza, non content de trouver définitivement sa « voix », affine le tranchant de ses riffs en attendant de passer à l'étape supérieure niveau leads. Les solis ? Une boucherie à faire grincer une convention de dentistes, comme précédemment, qui contraste sévèrement avec un ensemble ou le groupe se révèle en net progrès sur bien des plans. Mais plus que le détartrage sauvage promis au détour de chaque break, on retiendra l'application quasi-chirurgicale du groupe à pulvériser la résistance à l'aide de rythmiques d'enfer sur d'authentiques incitations à l'émeute du calibre de « Terrible Certainty », « Storming With Menace » ou encore « Behind The Mirror » sur lesquels les allemands ne donnent pas leur part aux lions. Le meilleur exemple d'un KREATOR formellement plus mature mais versant avec toujours autant de complaisance dans l'excès ? Certainement « Toxic Trace », de loin le morceau le plus redoutable de l'album malgré le statut de classique du title track. Détentrice des meilleur riff, refrain et break (les salves de double à contre temps de Ventor font des ravages), « Toxic Trace » marque vraiment le passage du groupe à l'échelon supérieur, au même titre qu'une « Behind The Mirror » à l'entame foudroyante – et aux superbes arpèges introductifs - malheureusement plombée à mi parcours par une atteinte à l'ordre soloïsant à faire regretter les errances passées et futures d'un Rick Rozz. C'est à peu près le seul défaut d'un album où KREATOR s'essaye avec un certain succès au mid tempo sur « As The World Burns » et « No Escape », même si leur statut d'anonymes du back catalogue reste entièrement justifié. Moins intense et plus posé que « Pleasure To Kill » malgré une propension à la désobéissance civile jamais prise en défaut, « Terrible Certainty » est donc le point de passage idéal vers son successeur, un « Extreme Aggressions » toujours brutal mais qui verra KREATOR franchir un cap décisif sur le plan des … des … solis. Merci Keyser, y en a au moins un qui lâche pas l'affaire, c'est rassurant. Rassurant comme ce troisième très bon album dont pas mal de titres gagneraient à être défendus plus souvent sur les planches (« Toxic Trace » et « Behind The Mirror » en tête, suivis de « Blind Faith ») en lieu et place des sempiternelles « Riot Of Violence », « Terrible Certainty » ou « Betrayer ».


Sur la version remasterisée de l'album, on trouve également l'EP "Out Of The Dark ... Into The Light" (1988) en bonus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MaxKreator_MT citer
MaxKreator_MT
24/07/2016 04:04
note: 9/10
J'adore ! Le son est pas encore au top du top mais on en prend plein la gueule donc ça compense

Behind the Mirror sans doute une de leurs meilleures chansons elle est extra !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kreator
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  8.5/10
Webzines : (14)  8.41/10

plus d'infos sur
Kreator
Kreator
Thrash - 1984 - Allemagne
  

tracklist
01.  Blind Faith
02.  Storming With Menace
03.  Terrible Certainty
04.  As The World Burns
05.  Toxic Trace
06.  No Escape
07.  One Of Us
08.  Behind The Mirror

Durée : 35:56

line up
voir aussi
Kreator
Kreator
Extreme Aggression

1989 - Noise Records
  
Kreator
Kreator
Enemy Of God

2005 - SPV
  
Kreator
Kreator
Renewal

1992 - Noise Records
  
Kreator
Kreator
Endorama

1999 - Drakkar Entertainment
  
Kreator
Kreator
Hordes Of Chaos

2009 - SPV
  

Essayez aussi
Maligner
Maligner
Attraction To Annihilation

2018 - Blood Harvest Records
  
Overkill
Overkill
The Wings Of War

2019 - Nuclear Blast Records
  
Mortal Scepter
Mortal Scepter
As Time Sharpens The Sentence (EP)

2015 - Unspeakable Axe Records
  
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Survive

1988 - Under One Flag / I.R.S. Records
  
Grip Inc.
Grip Inc.
Incorporated

2004 - Steamhammer Records (SPV)
  

Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast