chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vale Of Pnath - II

Chronique

Vale Of Pnath II
Adeptes d'astiquage de manche titilleur, réjouissez-vous. Seulement quelques semaines après la sortie du pavé Dasein des bourreaux de neurones First Fragment (que l'on commençait à peine à digérer), nouvelle livraison tardive pour cet été au rayon death technique moderne à tendance mélodique. Et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit (enfin) du deuxième album (sobrement intitulé II) de mes chouchous Vale Of Pnath (certifiés Willowtip Records, label de plus en plus discret mais encore gage de qualité) soutenus par plus de 8000$ grâce aux contributeurs de Kickstarter. Absents de la circulation depuis 2011 (malgré pas mal de dates US), les Américains nous avaient laissé sur leur premier opus The Prodigal Empire après un EP éponyme "décoiffe postiche" qui m'aura entièrement converti à leur cause. Un retour malheureusement ponctué par de nombreux changements au sein du line-up puisque la bande changera deux fois de suite son hurleur (son quatrième donc au final) ainsi que son deuxième guitariste (perdant ainsi un de ses fondateurs)… Alors quid de ce Vale Of Pnath remodelé ?

Ne ressortez pas l'aspirine, malgré un style (sur le papier) et un artwork au dessinateur identique (Sam Nelson) à Dasein, II ne joue clairement pas dans la même cour… L’écoute sera plutôt aisée et la galette très vite assimilée. Toujours fortement imprégnés de la scène death technique moderne (Necrophagist en tête, Gorod, Obscura, Anata) et guidés par leur guitariste Vance Valenzuela, les Américains mutent leur musique pour quelque chose de moins alambiqué et de plus accrocheur que sur The Prodigal Empire. Des morceaux globalement rognés à la structure relativement binaire et une fibre mélodique encore plus prononcée. Résultat, des titres directs quasi sans temps morts aux riffs à la précision chirurgicale taillés pour agripper la nuque (« Klendathu » et « Heart Of Darkness » en haut de la pile). Le chant modulé caricatural (manquant de coffre mais au débit prononcé) et le At The Gates hybride, forcément on pensera à une sorte de The Black Dahlia Murder plus technique (l’intro de « A Nightmare Phantasm » est plus que flagrante) qui aurait laissé son guitariste Ryan Knight (ex-Arsis) aux manettes. Rien de très primaire ou de formaté pour autant, le groupe a bossé sa copie, un lot de riffs complexes et leads épiques (à deux) plutôt conséquent dans un cadre « up tempo » mais jouant sur les variations de débit (effet « yoyo ») et breaks redoutables (ah ce « The Serpent’s Lair » à 2:22). L’étiquette « death technique » n’est pas biaisée.

Comme ornements, outre les passages acoustiques coutumiers, Vale Of Pnath continue à placer de timides passages ambiancés horrifiques aux touches de claviers (intro et outro) afin de respecter leur thématique basée en partie sur Lovecraft. Sans tomber dans le kitsch ni dans le pompeux, l’intégration avec son death se fait plutôt bien et la fluidité subsiste... Presque entièrement. La galette n'échappe pas malgré tout à quelques légers moments de flottement, je pense au titre d'ouverture (« Blacker Than ») pas des plus renversants, un « The Horror In Clay » un peu moins inspiré ou un« Reaver » sans réelle accroche. Finalement ce sera la fin de la galette moins tapageuse qui sera le plus intéressant et remontera d’un gros cran l’album. Vale Of Pnath ose finalement sur « The Serpent’s Lair » et « Unburied », combinant aspects progressifs, brutaux et mélodiques pour un rendu des plus efficaces. Peut-être une nouvelle direction pour la prochaine sortie ? Je l’espère car on sent le potentiel des musiciens, encore trop dans la retenu. Il manque ce brin de folie et de pèche… Lâchez-vous les gars ! II ne sera pas non plus aidé par la production compressée habituelle du Flatline studio (qui suit le groupe depuis le début) de Dave Otero (Cattle Decapitation, Cephalic Carnage). Trop lisse et synthétique, particulièrement sur la batterie qui gâche les passages « rentre dedans » (l’introduction bridée de « Heart Of Darkness »).

Difficile de passer juste après le mastodonte First Fragment… Pourtant Vale Of Pnath arrive à faire son effet dans un registre totalement différent et nettement plus accessible. 40 minutes parfaitement affûtées qui passent d'une traite et accrochent nos tympans tout le long. Objectif rempli. Comme son prédécesseur The Prodigal Empire, le groupe ne se mouille pas des masses et livre un death technique mélodique qui rentre dans les cases du genre… Jusqu’à l’avant dernier morceau. Espérons que le troisième essai suivra cette voie et caressera moins dans le sens du poil. On pourrait se poser la question sur la longévité de la galette ? Le temps nous le dira mais pour le moment mes oreilles s’en délectent encore. Un CD de plus pour accompagner votre été.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vale Of Pnath
Death mélodique technique
2016 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (5)  8.1/10

plus d'infos sur
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Death mélodique technique - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Blacker Than  (05:52)
02.   A Nightmare Phantasm  (03:25)
03.   Klendathu  (04:34)
04.   The Horror in Clay  (03:02)
05.   Reaver  (05:37)
06.   Heart of Darkness  (03:41)
07.   The Serpent's Lair  (05:00)
08.   Unburied  (07:40)

Durée : 38:51

line up
parution
10 Juin 2016

voir aussi
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath (EP)

2008 - Autoproduction
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Accursed (EP)

2019 - Willowtip Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
The Prodigal Empire

2011 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Within The Ruins
Within The Ruins
Invade

2010 - Victory Records
  
Arsis
Arsis
United In Regret

2006 - Willowtip Records
  
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
Under A Western Sun

2014 - Autoproduction
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Omen (EP)

2011 - Victory Records
  
Equipoise
Equipoise
Demiurgus

2019 - The Artisan Era
  

She Said Destroy
This City Speaks in Tongues
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast