chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vale Of Pnath - II

Chronique

Vale Of Pnath II
Adeptes d'astiquage de manche titilleur, réjouissez-vous. Seulement quelques semaines après la sortie du pavé Dasein des bourreaux de neurones First Fragment (que l'on commençait à peine à digérer), nouvelle livraison tardive pour cet été au rayon death technique moderne à tendance mélodique. Et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit (enfin) du deuxième album (sobrement intitulé II) de mes chouchous Vale Of Pnath (certifiés Willowtip Records, label de plus en plus discret mais encore gage de qualité) soutenus par plus de 8000$ grâce aux contributeurs de Kickstarter. Absents de la circulation depuis 2011 (malgré pas mal de dates US), les Américains nous avaient laissé sur leur premier opus The Prodigal Empire après un EP éponyme "décoiffe postiche" qui m'aura entièrement converti à leur cause. Un retour malheureusement ponctué par de nombreux changements au sein du line-up puisque la bande changera deux fois de suite son hurleur (son quatrième donc au final) ainsi que son deuxième guitariste (perdant ainsi un de ses fondateurs)… Alors quid de ce Vale Of Pnath remodelé ?

Ne ressortez pas l'aspirine, malgré un style (sur le papier) et un artwork au dessinateur identique (Sam Nelson) à Dasein, II ne joue clairement pas dans la même cour… L’écoute sera plutôt aisée et la galette très vite assimilée. Toujours fortement imprégnés de la scène death technique moderne (Necrophagist en tête, Gorod, Obscura, Anata) et guidés par leur guitariste Vance Valenzuela, les Américains mutent leur musique pour quelque chose de moins alambiqué et de plus accrocheur que sur The Prodigal Empire. Des morceaux globalement rognés à la structure relativement binaire et une fibre mélodique encore plus prononcée. Résultat, des titres directs quasi sans temps morts aux riffs à la précision chirurgicale taillés pour agripper la nuque (« Klendathu » et « Heart Of Darkness » en haut de la pile). Le chant modulé caricatural (manquant de coffre mais au débit prononcé) et le At The Gates hybride, forcément on pensera à une sorte de The Black Dahlia Murder plus technique (l’intro de « A Nightmare Phantasm » est plus que flagrante) qui aurait laissé son guitariste Ryan Knight (ex-Arsis) aux manettes. Rien de très primaire ou de formaté pour autant, le groupe a bossé sa copie, un lot de riffs complexes et leads épiques (à deux) plutôt conséquent dans un cadre « up tempo » mais jouant sur les variations de débit (effet « yoyo ») et breaks redoutables (ah ce « The Serpent’s Lair » à 2:22). L’étiquette « death technique » n’est pas biaisée.

Comme ornements, outre les passages acoustiques coutumiers, Vale Of Pnath continue à placer de timides passages ambiancés horrifiques aux touches de claviers (intro et outro) afin de respecter leur thématique basée en partie sur Lovecraft. Sans tomber dans le kitsch ni dans le pompeux, l’intégration avec son death se fait plutôt bien et la fluidité subsiste... Presque entièrement. La galette n'échappe pas malgré tout à quelques légers moments de flottement, je pense au titre d'ouverture (« Blacker Than ») pas des plus renversants, un « The Horror In Clay » un peu moins inspiré ou un« Reaver » sans réelle accroche. Finalement ce sera la fin de la galette moins tapageuse qui sera le plus intéressant et remontera d’un gros cran l’album. Vale Of Pnath ose finalement sur « The Serpent’s Lair » et « Unburied », combinant aspects progressifs, brutaux et mélodiques pour un rendu des plus efficaces. Peut-être une nouvelle direction pour la prochaine sortie ? Je l’espère car on sent le potentiel des musiciens, encore trop dans la retenu. Il manque ce brin de folie et de pèche… Lâchez-vous les gars ! II ne sera pas non plus aidé par la production compressée habituelle du Flatline studio (qui suit le groupe depuis le début) de Dave Otero (Cattle Decapitation, Cephalic Carnage). Trop lisse et synthétique, particulièrement sur la batterie qui gâche les passages « rentre dedans » (l’introduction bridée de « Heart Of Darkness »).

Difficile de passer juste après le mastodonte First Fragment… Pourtant Vale Of Pnath arrive à faire son effet dans un registre totalement différent et nettement plus accessible. 40 minutes parfaitement affûtées qui passent d'une traite et accrochent nos tympans tout le long. Objectif rempli. Comme son prédécesseur The Prodigal Empire, le groupe ne se mouille pas des masses et livre un death technique mélodique qui rentre dans les cases du genre… Jusqu’à l’avant dernier morceau. Espérons que le troisième essai suivra cette voie et caressera moins dans le sens du poil. On pourrait se poser la question sur la longévité de la galette ? Le temps nous le dira mais pour le moment mes oreilles s’en délectent encore. Un CD de plus pour accompagner votre été.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vale Of Pnath
Death mélodique technique
2016 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (5)  8.1/10

plus d'infos sur
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Death mélodique technique - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Blacker Than  (05:52)
02.   A Nightmare Phantasm  (03:25)
03.   Klendathu  (04:34)
04.   The Horror in Clay  (03:02)
05.   Reaver  (05:37)
06.   Heart of Darkness  (03:41)
07.   The Serpent's Lair  (05:00)
08.   Unburied  (07:40)

Durée : 38:51

line up
parution
10 Juin 2016

voir aussi
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
The Prodigal Empire

2011 - Willowtip Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath (EP)

2008 - Autoproduction
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Accursed (EP)

2019 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
Under A Western Sun

2014 - Autoproduction
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave
When Legends Become Dust

2009 - Sumerian Records
  
With Passion
With Passion
What We See When We Shut Our Eyes

2007 - Earache Records
  
Catalyst
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords

2019 - Great Dane Records
  

All That Remains
Overcome
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique