chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
93 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sacred Reich - Independent

Chronique

Sacred Reich Independent
1993, époque bénite où Best Of Trash (ou ce qui en était alors les prémices car je n’arrive pas à trouver la date exacte à laquelle cette émission a véritablement débuté) était diffusée à pas d’heure sur M6, obligeant le collégien que j’étais à enregistrer religieusement sur VHS ces émissions hebdomadaires dans l’espoir d’y découvrir le lendemain des groupes qu’à treize ans on trouvait forcément incroyables. Si dans le lot il y avait pourtant quelques trucs à jeter, j’ai néanmoins fait pas mal de découvertes pendant ces quelques années. Découvertes qui d’ailleurs sont aujourd’hui toujours sur mes étagères. D’Acid Bath à Orange 9mm en passant par 59 Times The Pain, Beastie Boys ou Refused, le gamin que j’étais a ainsi bâti un bout de sa culture musicale grâce à ces quelques clips. Alors pourquoi évoquer plus particulièrement l’année 1993 en guise de préambule ? Tout simplement parce que c’est à cette époque j’ai découvert Sacred Reich avec le clip d’"Independent", seul single de ce troisième album sorti non pas sur Metal Blade Records mais sur Hollywood Records.

Mais ce changement n’est pas le seul à marquer la sortie de ce troisième album. En effet, les Américains ont également dû faire face au départ de Greg Hall, batteur historique du groupe en place depuis 1985, remplacé ici par ce qui n’était alors qu’un illustre inconnu du nom de Dave McClain (avant que celui-ci aille rejoindre Machine Head cinq ans plus tard). Sacred Reich va également choisir de se passer des services du producteur Bill Metoyer avec qui il collaborait depuis ses débuts sur Metal Blade au profit de Dave Jerden connu pour son travail avec Alice In Chains, Anthrax, Spinal Tap, The Rolling Stones ou bien encore David Bowie. Forcément, quand vous avez derrière vous un label qui appartient à Disney Music Group, on vous donne généralement les moyens de réussir. Et il est vrai que l’un des atouts premiers d’Independent est très certainement sa production puissante et incisive qui va donner un sérieux coup de fouet aux compositions des Américains qui jusque-là n’avaient pourtant pas spécialement à rougir du travail effectué sur leurs différents albums. Un travail soigné qui, encore aujourd’hui, reste des plus pertinents. Pas mal pour un album qui a célébré cette année ses vingt-cinq ans.

Amorcé depuis la sortie de The American Way trois ans plus tôt, le virage Power/Thrash opéré par Sacred Reich se confirme bel et bien ici, laissant définitivement sur le carreau certains fans de la première heure peu ouverts à ce genre de transition qu’ils considérent en quelque sorte comme une trahison. Il est vrai qu’en choisissant de privilégier le groove à la vitesse et d’apporter autant d’attention à la nature plus mélodique de leurs compositions (quitte à nous gratifier de quelques balades à l’image de l’instrumental "If Only" ou "I Never Said Goodbye", titre un peu plus musclé mais au coeur tendre), les Américains s’inscrivent dans une démarche relativement similaire à celle de groupes tels que Metallica sur son album éponyme, Megadeth sur Countdown To Extinction, Anthrax sur Sound Of White Noise ou Exodus sur Force Of Habit pour ne citer que les plus connus parmi tous ces groupes de Thrash (Testatment, Kreator, Demolition Hammer, Epidemic...) ayant décidé de mettre un peu (voir beaucoup pour certains) d’eau dans leur vin à l’orée des années 90. Une fatalité qui n’en est pas forcément une dans le cas présent (l’album conserve à mes yeux une certaine sympathie dû mon histoire avec lui) mais qui, encore une fois, aura entériné pour une partie de leurs auditeurs cette scission entamée depuis The American Way.

Si les riffs de la paire Wiley Arnett/Jason Rainey conservent évidement de leur mordant (il suffit d’écouter les attaques sur ces quelques titres incisifs rappelant les débuts des Américains que sont "Independent", "Supremacy", "Pressure", "Do It" ou encore la toute dernière partie de "Free" pour s’en rendre compte), si la voix si particulière de Phil Rind n’a pas changé d’un pouce malgré les années et si les sujets abordés par le groupe restent les mêmes à savoir des sujets de sociétés (liberté de parole, de penser, place de l’individu dans le monde d’aujourd’hui), il est clair que Sacred Reich a pourtant revu sa copie, distillant désormais de gros riffs rythmiquement bien plus marqués sur fond de mid-tempo taillés la plupart du temps pour briser des nuques ("Just Like That", "Crawling" et ses accointances Stoner Rock dont les riffs bien lourds pourraient avoir été composés par Down ou Corrosion Of Conformity, le très Pantera "Product" pour rester dans les comparaisons impliquant Phil Anselmo...). Sur ces séquences mid-tempo, le chant de Phil Rind s’il conserve ce grain et cette intonation si particulière va malgré tout prendre une tournure plus mélodique, presque Heavy Metal avec quelques montées dans les aiguës et surtout une cadence naturellement moins soutenue.
Mais bien que cet album conserve à mes yeux un très fort capital sympathie, cela ne l’empêche pas d’avoir quelques défauts, notamment face à ses prédécesseurs. Car en dépit de leur efficacité incontestable, je trouve tout de même les morceaux les plus Thrash un poil anecdotiques. Le groupe nous balance des riffs Punk ultra simples joués à toute berzingue sur une rythmique menée la tête dans le guidon mais sans réelle profondeur ou moment véritablement marquant... De même, la fin de l’album tend dans l’ensemble à s’essouffler (notamment à partir de "I Never Said Goodbye") et n’apporte au final pas grand-chose si ce n’est la sensation de remplir pour remplir.

Rétrospectivement, je ne suis pas certain que si j’avais découvert Independant aujourd’hui je lui trouverais beaucoup de charmes. Certes, l’ensemble est bien fichu, il n’y a pas de moments vraiment gênants ou de morceaux mal composés mais à la différence de ses prédécesseurs, l’album ne brille en rien, à aucune occasion. Entre Thrash et Power/Thrash typiquement US, ce troisième album s’inscrit dans ce qui se faisait à l’époque sans avoir pour lui la capacité de se distinguer véritablement de la masse. Certes il y a la voix de Phil Rind, toujours aussi remarquable mais en toute honnêteté, l’ensemble n’est pas aussi mémorable qu’un The American Way et surtout qu’un Ignorance qui est probablement l’un des plus efficaces albums de Thrash de la fin des années 80. Un album à conseiller aux nostalgiques de cette époque, rien d’autre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
03/07/2018 13:55
note: 8/10
Il est vachement fun celui-ci et pour moi aussi il mérite un peu mieux que cette note tristounette. Après j'ai jamais écouté les autres albums.
AxGxB citer
AxGxB
03/07/2018 08:13
note: 6.5/10
coreandcoupdate a écrit : Ça fait des années que je ne l'ai pas écouté. Mais dans mes souvenirs (nostalgiques?) il valait quand même mieux que ce petit 6.5... Faut que je le ressorte!

C'était un peu mon cas également mais au final, je le trouve justement moins bons que dans mes souvenirs et il ne tient pas aussi bien la comparaison face aux précédentes sorties du groupe. Maintenant que cette chronique est bouclée, je sais que je n'y retournerai pas tout de suite...
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
03/07/2018 06:34
Ça fait des années que je ne l'ai pas écouté. Mais dans mes souvenirs (nostalgiques?) il valait quand même mieux que ce petit 6.5... Faut que je le ressorte!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sacred Reich
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  5.34/10

plus d'infos sur
Sacred Reich
Sacred Reich
Thrash-Metal - 1985 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Independent  (03:38)
02.   Free  (04:34)
03.   Just Like That  (05:42)
04.   Supremacy  (02:37)
05.   If Only  (03:46)
06.   Crawling  (06:30)
07.   Pressure  (02:47)
08.   Product  (03:44)
09.   I Never Said Goodbye  (07:46)
10.   Open Book  (04:21)
11.   Do It  (02:24)

Durée : 47:29

line up
parution
23 Février 1993

voir aussi
Sacred Reich
Sacred Reich
The American Way

1990 - Metal Blade Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
Heal

1996 - Metal Blade Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)

1988 - Metal Blade Records
  
Sacred Reich
Sacred Reich
Ignorance

1987 - Metal Blade Records
  

Essayez plutôt
Metallica
Metallica
Kill 'Em All

1983 - Megaforce Records
  
Death Power
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)

2016 - Triumph Ov Death
  
Dew-Scented
Dew-Scented
Incinerate

2007 - Nuclear Blast Records
  
Devastatiön
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)

2017 - Empire Records (Belgium)
  
Target
Target
Mission Executed

1987 - Aaarrg Records
  

Protector
A Shedding Of Skin
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Jt Ripper
Gathering Of The Insane
Lire la chronique
Redvced To Ashes Tovr
Bleeding Gods + Pestilence
Lire le live report
French Black Metal : la collection de digis
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 2 - Blitzkrieg d'Amour.
Lire le podcast
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Chainbreaker
Lethal Desire
Lire la chronique
PPCM #8 - Attends, tu connais pas BoB ?!
Lire le podcast
Malevolent Creation
The 13th Beast
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 1 - Descente aux Enfers.
Lire le podcast
Meshuggah
Contradictions Collapse
Lire la chronique
Maligner
Attraction To Annihilation
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique