chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soilwork - Verkligheten

Chronique

Soilwork Verkligheten
Le double pavé The Living Infinite n’était pas qu’un simple coup d’éclat, son successeur The Ride Majestic enfoncera le clou avec une ambiance mélancolique jusque-là inédite pour Soilwork. Oui, les Suédois ont bien repris leur trône. Coup de grâce avec ce onzième opus Verkligheten (« réalité » dans leur langue natale) ? Toujours sans bassiste fixe, « exit » cette fois Dirk Verbeuren après 12 ans de bons (plutôt sur la fin nous dirons) et loyaux services, devenu batteur officiel de Megadeth. C’est son élève le Danois Bastian Thusgaard (Dawn Of Demise, The Arcane Order) qui reprendra le flambeau. La production (mixage et mastering compris) revient cette fois à Thomas "PLEC" Johansson (Miseration, Unmoored, Torchbearer, Mors Principium Est, Slumber) et la belle pochette « Sci-fi colorée » à Valnoir (Metastazis).

Après un The Riding Majestic version affutée et ambiancée du death mélodique moderne de The Living Infinite, que pourrais bien nous proposer Soilwork ? L’ouverture direct (« Arrival ») dans la lignée de ses prédécesseurs ne chamboulera pas l’adepte mais ne le comblera pas non plus car bien moins efficace qu’un « Spectrum of Eternity » ou un « The Ride Majestic ». Une chute de studio peut-être. On y découvre ainsi la vélocité du jeune Bastian derrière les fûts, une vélocité qui n’a rien à envier à son professeur : blasts couillus et ultra carrés (« When The Universe Spoke », « Needles And Kin »). Pour les subtilités de jeux il faudra malheureusement bien tendre l’oreille, peu à grignoter. Quant à ses frappes de brute (malgré son gabarit), comme Dirk elles ne colleront pas forcément aux riffs et à l’atmosphère… Mais mieux vaut oublier les passages pêchus à la limite du death/black de The Ride Majestic ou son atmosphère glacial. C’est un retour « lumineux » dans l’esprit d’un Figure Number Five et aux appétences rock en premier plan.

Le side-project hard-rock The Night Flight Orchestra (dont le quatrième album est sorti l’été dernier) de Speed et du guitariste David Andersson a inéluctablement déteint sur Soilwork. D’ailleurs pour cet album Andersson semble être le compositeur des ¾ de la galette. Si le groupe s’est métamorphosé depuis son arrivée (The Living Infinite), il ne s’agit malheureusement pas du meilleur présage car ses morceaux figuraient pour ma part souvent parmi les plus faibles. Place à des compositions bien moins riches, peu de riffs et souvent assez lambda, rattrapées par un break (le planant « Bleeder Despoiler ») ou un refrain imparable. Pas vraiment acceptable pour nos vétérans (l’introduction du vide de « Full Moon Shoals » (au clip atroce)) après deux albums haut de gamme. Typiquement un morceau comme « Stålfågel » (« oiseau d’acier ») qui ne tient que par son hymne méchamment « catchy » (à noter la présence en fond d’Alissa White-Gluz d’Arch Enemy pour la version « iTunes ») et son solo. D’ailleurs quid de notre frenchie Sylvain Coudret ? Peut-être quelques riffs et soli disséminés mais j’ai du mal ici à entendre sa patte…

Non, Verkligheten est surtout transcendé par les prouesses vocales de son frontman historique. La meilleure performance au chant clair de Speed à ce jour, ce type de vocalise prendra autant de place que ses hurlements désormais mis de côté (aux modulations moins nombreuses malheureusement) et devient l’artère principale de leur death mélodique. Mais Verkligheten aura un net regain d’intérêt en fin de parcours, ou l’association de leads mélodiques et refrains sera beaucoup plus homogènes (la patte Strid ?). En témoigne le versatile « Witan », le hit « Needles And Kin » (épaulé pour les vers gutturaux de Tomi Joutsen d’Amorphis) ou l’entraînant « You Aquiver » (et son lead entêtant).

Le death mélodique sombre et relativement « violent » de The Ride Majestic n’est plus, Soilwork revient avec une œuvre des plus lumineuses et accessibles. Les premières écoutes seront malgré tout assez décevantes, priorité aux vocalises de Speed, les instrumentations paraîtront un peu « light » et inégales après deux précédents opus à la fois fouillé et accrocheur. L’album gagnera finalement notre intérêt par ses refrains à la précision chirurgicale et ses compositions beaucoup plus abouties en fin de galette. Verkligheten reste moins bon que ses deux prédécesseurs mais d’un niveau tout autre que cette période maussade de 2005-2010.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
24/01/2019 10:23
Je suis un fan inconditionnel de soilwork, et pourtant je suis sur ma faim depuis 3 albums. ce côté mielleux m'insupporte de plus en plus, il n'y a plus de puissance, de hargne mêlée à la mélodie, c'est mou du genou, et surtout en manque d'originalité.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
23/01/2019 13:50
note: 7/10
Point de vue intéressant, je je trouve assez différent de ses prédécesseurs effectivement mais moi j'interprète plus ça comme un changement de cap pour le groupe. On s'éloigne du melodeath pour se diriger vers une sorte de metal alternatif, qui pose plus une ambiance assez particulière... qui passe très bien perso, effectivement TNFO semble avoir beaucoup déteint ahah.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soilwork
Death mélodique moderne
2019 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (3)  6.83/10
Webzines : (16)  7.66/10

plus d'infos sur
Soilwork
Soilwork
Death mélodique moderne - 1996 - Suède
  

vidéos
Full Moon Shoals
Full Moon Shoals
Soilwork

Extrait de "Verkligheten"
  
Stålfågel
Stålfågel
Soilwork

Extrait de "Verkligheten"
  
Witan
Witan
Soilwork

Extrait de "Verkligheten"
  

tracklist
01.   Verkligheten  (01:44)
02.   Arrival  (03:47)
03.   Bleeder Despoiler  (03:36)
04.   Full Moon Shoals  (04:46)
05.   The Nurturing Glance  (05:24)
06.   When the Universe Spoke  (05:22)
07.   Stålfågel  (04:25)
08.   The Wolves Are Back in Town  (03:24)
09.   Witan  (03:47)
10.   The Ageless Whisper  (05:01)
11.   Needles and Kin  (04:57)
12.   You Aquiver  (04:03)

Durée : 50:16

line up
parution
11 Janvier 2019

voir aussi
Soilwork
Soilwork
A Predator's Portrait

2001 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
Steelbath Suicide

1998 - Listenable Records
  
Soilwork
Soilwork
The Early Chapters (EP)

2003 - Listenable Records
  
Soilwork
Soilwork
The Ride Majestic

2015 - Nuclear Blast Records
  
Soilwork
Soilwork
The Living Infinite

2013 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
MyGrain
MyGrain
MyGrain

2011 - Spinefarm Records
  
Zonaria
Zonaria
The Cancer Empire

2008 - Century Media Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  
Cipher System
Cipher System
Central Tunnel 8

2004 - Lifeforce Records
  
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  

Witching Hour
Rise Of The Desecrated
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast