chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Overkill - Ironbound

Chronique

Overkill Ironbound
Certains (à commencer par mon ami Toto) avaient bien cru avoir perdu à tout jamais OVERKILL avec un « Immortalis » bien faiblard qui nous montrait un groupe semblant un peu à bout de souffle, resté en panne sèche sur l'autoroute de l'inspiration. Le terminus d'une lente décomposition progressive depuis « Killbox 13 » qui restait comme le dernier bon album de la bande à Bobby Ellsworth. Alors que fallait-t-il attendre de ce nouvel opus?... Une nouvelle dégringolade vers la cave des "anciens bons groupes"? Ou au contraire un coup de collier altier afin de remonter vers des surfaces plus dignes d'intérêt qu'ils n'auraient jamais dû quitter? Il ne faudra pas beaucoup d'écoutes pour se convaincre qu'il s'agit ici de la deuxième option. « Ironbound » marque en effet le retour des papys américains à un thrash beaucoup plus véloce et mordant que sur leurs dernières et fades productions. Guitares aux riffs acérés, batterie survitaminée, soli inspirés et parfois surprenant de finesse (le début floydien de celui du titre éponyme vaut son pesant de cachuètes), un Blitz qui a retrouvé toute sa verve et même quelques petits clins d'oeil, Overkill est bel et bien back in business!

Et bien malins ceux qui auront anticipé pareille résurrection après une décennie entière qui a vu les new-yorkais s'empétrer avec obstination (d'aucuns parleront d'acharnement stérile) dans un thrash mid tempo sans saveur et terriblement redondant. Pour être franc, seule l'annonce d'une surprenante collaboration avec la tête pensante de PAIN et HYPOCRISY (Peter Tägtgren se chargeant de mixer leur nouvelle offrande aux studios Abyss) pouvait laisser espérer autre chose qu'un énième skeud fadasse avec un artwork classieux en guise de cache misère. L'ami Peter a donc sauvé le soldat vieillissant OVERKILL ? En vérité, les américains se sont surtout sauvés eux même puisque rien n'a fondamentalement changé chez la chauve souris verte en terme d'écriture – D.D. Verni et Bobby Ellsworth ont, comme de coutûme, tout composé – ou de line-up sur un « Ironbound » à la fois nettement plus fécond et rapide que ses tristes prédécesseurs. La old school vibe est donc largement de retour sur un « Ironbound » où les réminiscences du bon vieux thrash d'antan sont légion, le groupe empruntant autant à ses propres productions (le riff très wide fuckin' open de « Give A Little », le refrain de « Necroshine » recyclé sur le title track, le côté progressif de « The Years Of Decay » sur l'excellent titre fleuve « The Green And Black ») qu'aux géants METALLICA et IRON MAIDEN. La rythmique de bête de somme qui mule jusqu'à plus soif sur une « Bring Me The Night » en forme d'hommage à MOTÖRHEAD rappelle d'ailleurs fortement « The Prince », la reprise survitaminée de DIAMOND HEAD par des Four Horsemen dont on retrouve également à 4 :37 un des riffs de « Phantom Lord » sur l'excellente « The Goal Is Your Soul ». Un titre qui renoue avec le côté sombre de productions comme « Horrorscope » et « The Years Of Decay » et dont l'accélération lumineuse en fin de parcours sur fond de leads n'a pas fini de vous hanter (Let His People Go !!!).

Déjà le troisième paragraphe et j'ai pas encore dit le quart de tout le bien que je pense de cet album, peut être le meilleur toutes périodes confondues tant le groupe s'est appliqué à faire la synthèse de tout ce qui symbolise OVERKILL en terme de jeu, du groove thrash de « From The Underground And Below » - sur « Give A Little » et « In Vain » - à la pesanteur d'une « The Head And Heart » rappelant leurs productions récentes. IRON MAIDEN vous disais-je ? Quelle heureuse surprise, pour ne pas dire plus, que de voir OVERKILL se frotter avec un bonheur sans égal à un registre super heavy (les refrains fantastiques d'un Bobby enfin retrouvé sur « The Green And Black » et « Ironbound » vous arracheront des frissons de plaisir en la matière) sur la fantastique, non, n'ayons pas peur des mots, la sublime « Endless War » où Dave Linsk, impressionnant d'aisance au poste de guitariste lead, n'a pas fini de vous en faire baver. MAIDEN donc, et on aurait dû le voir venir dès le wo-ho-ho dickinsonien de rigueur invoqué par Bobby à 2 :05, qui voit son riff légendaire de « The Trooper » violenté à l'envi par la paire Derek Tailer/Dave Linsk passé une orgie de solis à faire rougir de honte les vieilles gloires en perdition Hammett/King et Hanneman. De la référence à go-go donc mais pas seulement puisque non content de se présenter sous leur meilleur jour, les new-yorkais renouent enfin avec une vitesse d'exécution qui leur faisait cruellement défaut depuis « W.F.O. », même sur des réussites du calibre de « Bloodetting » ou « From The Underground And Below ». C'est l'album parfait alors ? Les fidèles de la maison ne le savent que trop, OVERKILL ne serait plus OVERKILL sans que quelques habituelles scories ne viennent entâcher une partition vraiment pas loin d'être sans tâche, le groupe relâchant un peu trop la pression dans un final correct mais loin d'être inoubliable.

Et c'est un peu le revers de la médaille lorsque l'on propose une entame d'album aussi bonne (un quasi sans faute jusqu'à « In Vain » inclue) que la suite, toute aussi bonne soit-elle, paraisse malgré tout en dessous du reste. Mais, me direz-vous, après « In Vain » il ne reste guère que « Killing For A Living » et « The SRC »! Exact. Deux titres un poil moins inspirés en guise de conclusion, avouons que l'on a déjà connu bien pire (d'autant plus que l'on reste loin des bouses que le groupe nous avait parfois infligées, « Killing For A Living » étant tout à fait honorable) et on a largement eu de quoi mouiller le caleçon avant ça, utilisons donc ces deux derniers afin de prendre le temps de s'essuyer. Revenons maintenant quelques instants sur le tas de graine évoqué plus haut car s'il est vrai que la collaboration, une fois passé le cap de l'étonnement, pouvait laisser présager d'un son bien moderne dont le bonhomme a le secret, restait encore à savoir si tout cela collerait ou pas à la musique des vieux américains. Personnellement je reste assez mitigé sur le résultat car certes si on reconnaît quand même aux premières notes la basse incisive du sieur DD Verni, si les guitares sont effectivement survitaminées comme on pouvait s'y attendre, la batterie l'est tout autant et c'est là que le bas blesse. Les fûts de Lipnicki, qui réalise ici une prestation tout à fait correcte (même si Tim Mallare manque à certains...) sonnant résolument trop mécanique, il ressort au final de cette prod un côté bien trop moderne et qui ne sied que moyennement à « Ironbound ». Bien ouais il faut bien lui trouver quelques défauts à cet album quand même! Car en dehors de ça c'est du bonheur en rondelle, jetez-vous dessus!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

wademercenary citer
wademercenary
25/04/2015 14:16
excellent ! rien à dire !
cglaume citer
cglaume
22/01/2013 16:15
note: 9/10
Niktareum a écrit : Mort de Rire On est en 2013 maintenant mon lapinou! Mr Green

Ouais mais j'accroche depuis avant noël 'spèce d'evil Dr Nikta !
Niktareum citer
Niktareum
22/01/2013 15:46
note: 9/10
cglaume a écrit : Niktareum a écrit : T'inquiète lapinou ce sera certainement l'un de tes albums coup de coeur de 2012. Mr Green

Diable: il avait raison Mr Green !

Mort de Rire On est en 2013 maintenant mon lapinou! Mr Green
cglaume citer
cglaume
22/01/2013 14:12
note: 9/10
Niktareum a écrit : T'inquiète lapinou ce sera certainement l'un de tes albums coup de coeur de 2012. Mr Green

Diable: il avait raison Mr Green !
Invité citer
Crom-Cruach
08/04/2012 11:35
Sur les conseils tes Nikta j'vais essayer "Ironbound" alors
Invité citer
Niktareum
07/04/2012 22:24
Ouais "The electric age" est assez solide (chro a venir dans la quinzaine), mais pour moi quand même en dessous de ce "Ironbound" qui restera leur meilleure livraison de ces 10 dernières années. Un album vraiment excellent!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
07/04/2012 10:32
Crom -Cruach a écrit : Dis donc me suis envoyé le petit dernier sans trop y croire... ben depuis Horrorscope (paie ton coup de vieux) je les pensais morts et putrifiés.
Kross surprise !! Papi fait d'la résistance !!!


Bah c'est Overkill quoi! 2 ou 3 albums bien fades et puis d'un coup, la résurrection! Le groupe revient fort depuis deux albums et "Ironbound" est clairement leur meilleur skeud depuis un bail. Mais le petit dernier se défend bien aussi.
Invité citer
Crom -Cruach
06/04/2012 21:11
Dis donc me suis envoyé le petit dernier sans trop y croire... ben depuis Horrorscope (paie ton coup de vieux) je les pensais morts et putrifiés.
Kross surprise !! Papi fait d'la résistance !!!
cglaume citer
cglaume
26/02/2010 22:22
note: 9/10
Niktareum a écrit : cglaume a écrit : Reçu hier. Hâte de m'envoyer ça !!
T'inquiète lapinou ce sera certainement l'un de tes albums coup de coeur de 2012. Mr Green


Vil moqueur ! Sourire
Niktareum citer
Niktareum
26/02/2010 13:27
note: 9/10
cglaume a écrit : Reçu hier. Hâte de m'envoyer ça !!
T'inquiète lapinou ce sera certainement l'un de tes albums coup de coeur de 2012. Mr Green
cglaume citer
cglaume
26/02/2010 09:29
note: 9/10
Reçu hier. Hâte de m'envoyer ça !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Overkill
Thrash metal
2010 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  9/10
Webzines : (39)  8.46/10

plus d'infos sur
Overkill
Overkill
Thrash - 1980 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.  The Green And The Black
02.  Ironbound
03.  Bring Me The Night
04.  The Goal Is Your Soul
05.  Give A Little
06.  Endless War
07.  The Dead And Heart
08.  In Vain
09.  Killing For A Living
10.  The SRC

Durée : 58:04

line up
parution
9 Février 2010

voir aussi
Overkill
Overkill
W.F.O.

1994 - Atlantic Records
  
Overkill
Overkill
The Wings Of War

2019 - Nuclear Blast Records
  
Overkill
Overkill
I Hear Black

1993 - Atlantic Records
  
Overkill
Overkill
The Years Of Decay

1989 - Atlantic Records
  
Overkill
Overkill
Horrorscope

1991 - Megaforce Records / Atlantic Records
  

Essayez aussi
Xanadoo
Xanadoo
This Demo Is Shit (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Harm
Harm
October Fire

2016 - Battlegod Productions
  
Hellish
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls

2018 - Unspeakable Axe Records
  
Algebra
Algebra
Pulse?

2019 - Unspeakable Axe Records
  
Harm
Harm
Demonic Alliance

2011 - Battlegod Productions
  

Album de l'année
God Forbid
IV: Constitution Of Treason
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique