chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Overkill - The Years Of Decay

Chronique

Overkill The Years Of Decay
Si OVERKILL stagne un peu musicalement depuis la sortie de son dernier bon album en date, « Killbox 13 » (le seul fait notable concernant le départ du batteur Tim Mallare), on n'en voudra pas trop aux new-yorkais, leur longue carrière étant jalonnée de nombreux changements de cap stylistiques ; parfois violents (l'atypique « I Hear Black » en 1993), souvent plus légers comme sur l'excellent « The Killing Kind », qui voit la bande à Blitz et D.D. Verni appuyer un peu plus ses rythmiques et injecter à son thrash metal une bonne dose de groove. OVERKILL, groupe parfois inégal mais généreux (comptez le nombre de sorties un peu pour voir), a eu plusieurs vies, marchant tout d'abord dans le sillage du ANTHRAX survitaminé de « Spreading The Disease » avant de diriger son embarcation heavy thrash vers des rivages plus sombres et progressifs à l'orée des années 90.

Attendues, les vingt premières minutes de « The Years Of Decay » sont dans la droite lignée de l'effort précédent, « Under The Influence », qui souffrait quelque peu d'une production brouillonne et de l'absence de riffs marquants. Sauf qu'avec Terry Date (PANTERA, DEFTONES) aux manettes, rien à craindre niveau son et comme D.D. Verni est un peu le Steve Harris du thrash, la basse fait jeu égal avec les guitares tranchantes de Bobby Gustaffson et le druming carré de Sid Falck. Niveau compos, si « I Hate » est assez anecdotique, les redoutables « Nothing To Die For » (refrain parfait, guitares catchy au possible) et « Elimination » (un des titres les plus violents composé par le groupe, le riff principal rappelant fortement celui de "Master Of Puppets") déploient tout l'éventail thrash qu'on est en droit d'attendre de leur part : des tempos rapides, du chant en cadence et des solis sur la corde raide, avant que Bobby « Blitz » Ellsworth n'achève les survivants d'un de ces cris inimitables dont il a le secret (sur « Elimination », à 4:24). Du bon, du très bon OVERKILL même, qui fait preuve d'une plus grande maturité de jeu en soignant ses breaks et son tracklisting, pour le coup extrêment bien pensé.

Car après avoir rassuré les bourrins de service que nous sommes, OVERKILL prend le risque de se saborder en enchaînant quasiment trois titres de plus de 8 minutes, « Playing With Spiders/Skullkrusher » émargeant même à 10:09 ! Inhabituel pour du thrash, même si METALLICA a montré l'exemple auparavant sur « ... And Justice For All » et même « Master Of Puppets ». OVERKILL n'étant pas METALLICA, il y avait fort à craindre de cette soudaine incursion en territoire Black Sabbathien, autre influence majeure du groupe après MOTÖRHEAD. En confiance, la chauve souris à tête de mort signe pourtant là trois chefs d'oeuvre de lourdeur, qui mettent particulièrement en avant la voix singulière de Blitz. Comme un poisson dans l'eau dans ces morceaux à tiroirs à l'atmosphère lugubre, Bobby apparaît comme possédé dans les pièces les plus hantées du manoir « The Years Of Decay ». Le plus gros poltergeist ? La déchirante variation à 8:34 sur « Playing With Spiders », ou encore l'intégralité de la power ballade « The Years Of Decay », traversée de formidables moments de renoncements ; une veuve noire au parfum nostalgique fatal dont on retrouvera, deux ans plus tard, les effluves sur les deux derniers titres de « Horroscope » (« Nice Day ... For A Funeral » et « Soulitude »). En passant sans préavis d'un thrash frondeur à une musique plus atmosphérique, aux relents quasi funèbres, OVERKILL confère à ce quatrième album une aura singulière qui le place dans le trio de tête de ses productions les plus mémorables, ne serait-ce pour son estoquade finale : happé par les effluves mélancoliques du title track, l'auditeur se fera bien vite reprendre de volée par un dernier titre thrash foudroyant d'efficacité, « Evil Never Dies », officieusement « Overkill IV », qui fait la part belle aux riffs d'acier et aux breaks les plus radicaux, avant une reprise diffuse du riff originel. La coupure finale, très sèche, achève de convaincre qu'on a affaire à un skeud bien plus habité que la moyenne, à l'image de lyrics en rupture des clichés du genre.

And the days became the weeks
And the weeks the years
And no one remembers that very first day
Or how it slipped away.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
17/10/2011 00:02
note: 8/10
J'aurai toujours une préférence pour "Horrorscope" c'est certain, mais cet album bute! Bourré de classiques ("Elimination", "Nothing to die for") et avec deux titres d'intro qui mttent d'entrée de jeu tout le monde d'accord! Headbang
hurgh citer
hurgh
08/12/2008 16:59
note: 9/10
Mon album préferé du groupe ! Pas de temps morts, chaque compo est excélente (même "I Hate"...). Un classique du thrash à découvrir absolument.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/12/2008 15:44
note: 8.5/10
vsgreg a écrit : Le meilleur album du groupe sorti au cœur de l'explosion thrash en 1989 et qui a transformé OVERKILL en supergroupe en Allemagne principalement.

Le disque est royal du début à la fin; les riffs sont purement thrash avec Bobby Gustaffson qui défonce tout sur son dernier disque pour Overkill.
Une remarque sur le kro : "I hate" n'est pas anecdotique


Mouais, elle passe "I Hate" mais par rapport aux autres morceaux je la trouve un ton en dessous. Après c'est sûr, elle est loin d'être nulle.
citer
vsgreg
08/12/2008 13:16
Le meilleur album du groupe sorti au cœur de l'explosion thrash en 1989 et qui a transformé OVERKILL en supergroupe en Allemagne principalement.

Le disque est royal du début à la fin; les riffs sont purement thrash avec Bobby Gustaffson qui défonce tout sur son dernier disque pour Overkill.
Une remarque sur le kro : "I hate" n'est pas anecdotique
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/12/2008 13:24
note: 8.5/10
cglaume a écrit : Aargh, dire que je ne connais toujours pas ce classique!! Il faut vraiment que je me bouge !

Un chouia en dessous de "Horroscope" mais ça se joue à rien, à un fast track d'anthologie comme "Coma" par exemple.
cglaume citer
cglaume
05/12/2008 13:20
Aargh, dire que je ne connais toujours pas ce classique!! Il faut vraiment que je me bouge !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Overkill
Thrash metal
1989 - Atlantic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.56/10
Webzines : (5)  8.35/10

plus d'infos sur
Overkill
Overkill
Thrash - 1980 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Time To Kill  (06:16)
02.   Elimination  (04:35)
03.   I Hate  (03:46)
04.   Nothing To Die For  (04:22)
05.   Playing With Spiders/Skullkrusher  (10:15)
06.   Birth Of Tension  (05:03)
07.   Who Tends The Fire  (08:09)
08.   The Years Of Decay  (08:00)
09.   E.Vil N.ever D.ies  (05:47)

Durée : 56:22

line up
parution
13 Octobre 1989

voir aussi
Overkill
Overkill
Immortalis

2007 - Bodog Music
  
Overkill
Overkill
The Killing Kind

1996 - Edel Music
  
Overkill
Overkill
Ironbound

2010 - Nuclear Blast Records
  
Overkill
Overkill
I Hear Black

1993 - Atlantic Records
  
Overkill
Overkill
The Grinding Wheel

2017 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Tankard
Tankard
Stone Cold Sober

1992 - Noise Records
  
Witching Hour
Witching Hour
Rise Of The Desecrated

2009 - Evil Spell Records
  
Megadeth
Megadeth
Rust In Peace

1990 - Capitol Records
  
Anthrax
Anthrax
The Greater Of Two Evils (Compil.)

2004 - Nuclear Blast Records
  
Entombed
Entombed
Morning Star

2001 - Music For Nations
  

Exodus
Bonded By Blood
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast