chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immolation - Majesty and Decay

Chronique

Immolation Majesty and Decay
Dans la série « on prend les mêmes et on recommence », je demande Immolation. Le groupe n'a jamais vraiment fait évoluer sa recette et j'ai envie de dire tant mieux, car plutôt que de s'aventurer sur des terrains musicaux glissants, le combo New-Yorkais a toujours joué la sécurité en élevant à la perfection ce Death Metal si particulier, qui joue de ses dissonances sans pour autant renier l'aspect mélodique, en gardant l'envie de jouer vite et fort comme quand on avait encore 20 ans *soupirs*.

Je ne surprendrai donc personne en qualifiant « Majesty & Decay » de « Shadows In the Light » / « Harnessing Ruins » bis ; à l'exception près que cette fois-ci, et pour la première fois depuis « Unholy Cult », la production de l'album est bonne ! Les 2 derniers albums étaient à mon sens des semi déceptions, car des compos parfois excellentes étaient gâchées par une production qui les desservait totalement. Il m'en aura fallu des écoutes pour apprécier à sa juste valeur « Shadows in the Light » ! Heureusement, et pour la première fois depuis 2002, Immolation a convaincu ce satané Paul Orofino, producteur historique du groupe, de monter un peu plus haut le potard des percussions, donnant enfin au jeu de Steve Shalaty la possibilité d'exprimer toute son ampleur. Sans atteindre la puissance et l'originalité de feu-Alex Hernandez, force est de reconnaître que le bougre a su faire ses preuves et développer un jeu à la hauteur des riffs complexes et torturés du combo. Les guitares de Vigna et Taylor ont été mixées un tout petit échelon en dessous, histoire de se faire oublier le temps de prendre à revers via quelques maléfiques leads l'auditeur qui se perdrait dans un pattern de batterie atypique. Chapeautant l'ensemble, le prédicateur Dolan assène ses paroles sententiaires d'un ton implacable, brocardant comme à l'accoutumée le Christianisme (on ne change pas une recette qui marche).

Au-delà de la qualité de la production, on sent également ici Immolation plus confiant dans son exercice : le groupe revient pour notre plus grand bonheur à des compositions plus efficaces et directes, à l'image de « The Plague », « Token of Malice » ou « Power and Shame » qui ne se s'encombrent pas de fioritures et déboulent à 100 à l'heure pour rappeler qu'à la base Immolation est un groupe de Death Metal, avec majuscules s'il vous plait. On oublie donc le coté épique légèrement lourd des 2 derniers albums, qui se perdait parfois dans des détours mélodiques quelque peu hors sujet. On retrouve aussi les riffs atypiques qui ont fait la renommée du groupe, preuve en est l'exceptionnel « The Comfort of Cowards » (Immolation ne rate jamais une fin d'album. Jamais) ou le titre éponyme dont l'écrasant riff principal fait déjà office de futur classique. Les mélodies fantomatiques issues du cerveau dérangé du duo Vigna / Taylor sont plus discrètes que d'habitude, et c'est donc avec un plaisir tout particulier qu'on se délectera des quelques envolées mélodiques d' « A Glorious Epoch » ou « The Rapture of Ghosts ».

Les fondamentaux du groupe sont donc une nouvelle fois bien mis en valeur, au service d'un album qui surpasse nettement ses 2 prédécesseurs. Car malgré une baisse de régime arrivé à mi-parcours (on a connu le groupe plus inspiré que ce qu'il propose sur « In Human Form » ou « Divine Code »), la plupart des titres ouvrant et concluant l'album ont cette petite étincelle qui distingue Immolation de votre groupe de DM lambda. Pour autant, on ne peut que se dire que le meilleur du groupe est derrière lui, car depuis « Unholy Cult » cette étincelle d'excellence qui faisait de la période 2000-2002 un grand cru est définitivement éteinte. Bien que toujours au dessus du lot, le groupe ne renouera probablement jamais plus avec l'ambiance démoniaque d'antan… Estimons nous malgré tout heureux que le groupe n'ai pas sombré dans la médiocrité ou dans l'auto parodie tristounette, comme tant de groupes qui faisaient il y a peu de temps encore notre fierté d'écouter du métal extrême. Immolation assure en définitive une nouvelle fois le strict minimum, avec en bonus la petite touche personnelle offerte par la maison qui évitera qu'on les taxe de grosses feignasses faisant du CTRL C / CTRL V depuis 10 ans. Ou alors des grosses feignasses oui, mais encore sacrément talentueuses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (23)  8.02/10
Webzines : (36)  8.33/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
A Glorious Epoch
A Glorious Epoch
Immolation

Extrait de "Majesty and Decay"
  

tracklist
01.   Intro  (01:19)
02.   The Purge  (03:18)
03.   A Token Of Malice  (02:41)
04.   Majesty And Decay  (04:29)
05.   Divine Code  (03:38)
06.   In Human Form  (04:04)
07.   A Glorious Epoch  (04:37)
08.   Interlude  (02:04)
09.   A Thunderous Consequence  (03:58)
10.   The Rapture Of Ghosts  (05:19)
11.   Power And Shame  (03:44)
12.   The Comfort Of Cowards  (05:52)

Durée : 45:03

line up
parution
5 Mars 2010

voir aussi
Immolation
Immolation
Shadows In The Light

2007 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Unholy Cult

2002 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Dawn of Possession

1991 - Roadrunner Records
  
Immolation
Immolation
Here In After

1996 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Kingdom of Conspiracy

2013 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues

2016 - Cyclone Empire Records
  
Totten Korps
Totten Korps
Supreme Commanders Of Darkness

2015 - Apocalyptic Productions
  
Bone Gnawer
Bone Gnawer
Feast Of Flesh

2009 - Pulverised Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Ten Commandments

1991 - R/C Records
  
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Darkness (Split 12")

2014 - Iron Bonehead Productions
  

Album de l'année
Dark Order
Cold War Of The Condor
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique