chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vader - Tibi Et Igni

Chronique

Vader Tibi Et Igni
Crevons de suite l’abcès : Vader n’a pas recruté de chanteuse lyrique ni intégré un intermède samba entre deux brûlots thrash / death. Je sais, le choc est de taille mais faites vous y. Vous n’êtes pas sans savoir que rien n’est plus similaire à un album de Vader qu’un autre album de Vader : la question, quand on en chronique un, n’est donc pas de savoir ce qui change (la réponse étant RIEN), mais où se situe l’album vis-à-vis de ses semblables. En effet, si vous êtes là à lire cette chronique, c’est soit parce que celle du dernier Dead Congregation n’était pas atteignable en raison d’un trop grand nombre de lecteurs ayant joui à sa lecture, soit que vous voulez savoir si vous pouvez intégrer « Tibi et Igni » à votre sélection Death / Thrash quand vous êtes en mode random, et passer un aussi bon moment que si c’était « Litany » ou « Black to the Blind » que le hasard choisissait.

Analysons un peu la bête, et commençons si vous le voulez bien par le line up, qui s’il ne subit pas de changements drastiques (Peter aux commandes, Spider qui a validé son droit de séjour pour un 3e album consécutif grâce à des solos convaincants, un bassiste polak dont on aura oublié l’existence au prochain album), marque quand même un peu de renouveau avec l’arrivée, qu’on espère aussi éloigné que possible d’un départ, de James Stewart, jeune batteur Anglais (une première pour le groupe) de 23 ans, et qui a l’insigne honneur de devenir marteleur de fûts en chef des Deatheux Polonais.

Et c’est une première victoire du camp « bon album », car son jeu a le mérite d’être parfaitement adapté au groupe, avec une vigueur nécessaire dans les passages blastées, mais surtout une finesse de jeu sur les midtempos (« Triumph of Death ») et dans les tempos thrashisants qui fait du bien, après des années à subit un Daray très rapide, mais manquant cruellement d’originalité. Espérons qu’il passe le cap du premier album et nous régale encore de son jeu sur les albums à venir.

Musicalement parlant, et rétrospectivement à l’excellent « Welcome to the Morbid Reich », j’ai trouvé « Tibi … » un peu plus rapide, avec un réel sentiment d’urgence (les compos s’enchaînant sans répit si l’on excepté une minute ou deux d’arrangements orchestraux au début de « Go to Hell » et de « The Eye of the Abyss ») et comprenant légèrement plus de riffs différents d’un titre à l’autre. Alors oui, le titre « pied au plancher 2 mn top chrono », classique Vader-ien s’il en est, est toujours présent dans l’effectif (« When Angels Weep », plus typique tu meurs), le mid tempo bien burné aussi (« Triumph of Death » aux solos magistraux), mais voilà t’y pas que s’est caché dans la tracklist un morceau que j’oserai qualifier d’épique (chuis un dingue) : « Hexenkessel », qui du haut de ses 5 mn a suffisamment de place pour démarrer de façon magnificente, avant d’aborder un virage thrash bien headbanguant et se finir son tour de piste à fond la caisse, sur un riff un brin plus « habité » que les ritournelles d’ordinaire, un bon point supplémentaire. La suite est plus classique (malgré un « Worms of Eden » qui se la joue ambiancée, cris torturés sur un gros accord de Mi en guise d’intro avant d’embrayer la seconde), et on en arrive bien à la fort bien nommée « The End », qui a comme une odeur de fin d’album. Mélodique à souhait, couplets parlés et non plus hurlés de Peter, on touche une seconde fois quelque chose d’un peu « neuf » chez Vader, en espérant que les paroles ne soient pas prophétiques (« Is this the end now ? NO !!! »). Non, Peter, tu me dois encore des années de plaisir et de bons albums comme ça, n’arrête pas maintenant.

Car oui, cher lecteur, au moment de conclure cette fabuleuse chronique, je n’ai qu’un sentiment à exprimer : « Tibi et Igni » mérite sa place aux côtés de ses grands frères, et peut faire partie de ta liste de lecture aléatoire « Death Thrash que maman n’aime pas » sur Itunes. Peut être un brin, mais alors juste un brin pas assez spontané, mais c’est vraiment pour pinailler. Sinon je sais qu’il va beaucoup tourner cet été (du Vader en bagnole à 140, y’a rien de mieux), et j’espère que chez vous aussi. Et je finirai avec ce proverbe Thrashocorien, pour remercier les courageux qui seront allés au bout de cette chronique :

« Tibi et Igni sont dans un bateau
Igni tombe à l’eau
Tibi en l’air
Se la dresse bien fier »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Orel Lion citer
Orel Lion
07/06/2014 12:06
Je te rejoins notamment sur le morceau "Hexenkessel", épique et quel final sur ce morceau! Un des meilleurs de l'album.

Par contre j'ai moins accroché à "Triumph of Death" qui, malgré des soli bien exécutés, est trop répétitif à mon goût.

Pour finir: super album! Au même niveau que son prédécesseur pour ma part. Du Vader à 100%.
Invité citer
Dismembouille
06/06/2014 22:19
"du Vader en bagnole à 140, y’a rien de mieux"

Je confirme ! Excellent album et l'un des meilleurs pour ma part.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vader
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  7.64/10
Webzines : (33)  8.29/10

plus d'infos sur
Vader
Vader
Death Metal - 1983 - Pologne
  

vidéos
Where Angels Weep
Where Angels Weep
Vader

Extrait de "Tibi Et Igni"
  

tracklist
01.   Go to Hell
02.   Where Angels Weep
03.   Armada on Fire
04.   Triumph of Death
05.   Hexenkessel
06.   Abandon All Hope
07.   Worms of Eden
08.   The Eye of the Abyss
09.   Light Reaper
10.   The End

line up
parution
2 Juin 2014

voir aussi
Vader
Vader
Necropolis

2009 - Nuclear Blast Records
  
Vader
Vader
Litany

2000 - Metal Blade Records
  
Vader
Vader
The Beast

2004 - Metal Blade Records
  
Vader
Vader
Welcome to the Morbid Reich

2011 - Nuclear Blast Records
  
Vader
Vader
Impressions In Blood

2006 - Regain Records
  

Essayez aussi
Venefixion
Venefixion
Defixio (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  
Fleshtized
Fleshtized
Here Among Thorns

2001 - Mighty Music
  
Torture Rack
Torture Rack
Malefic Humiliation

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Misery Index
Misery Index
The Killing Gods

2014 - Season Of Mist
  
Gods Forsaken
Gods Forsaken
Smells Of Death

2019 - Soulseller Records
  

Kreator
Coma Of Souls
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Night In Gales
Dawnlight Garden
Lire la chronique
Obszön Geschöpf
Lire le biographie
Amorphia
Merciless Strike
Lire la chronique
Scène Franc-Comtoise
Lire le dossier
Dawnbreath
Creatures Of The Damned
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique