chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mors Principium Est - Seven

Chronique

Mors Principium Est Seven
Sur son lit de mort, tout prêt d’être débranché après le départ de ses deux guitaristes en 2011, Mors Principium Est (MPE) aura été sauvé in extremis par le jeune (24 ans à l’époque) Britannique multi-instrumentiste surdoué Andy Gillion (merci aux réseaux sociaux). Andy, sorte de “geek” à l’humour communicatif, est devenu ainsi le groupe MPE à lui tout seul, groupe désormais duo depuis cette année, du line-up historique il ne restera plus désormais que son frontman Ville Viljanen, le batteur fondateur et le bassiste quittant l’aventure peu après la sortie de Embers Of A Dying World. Pour ce septième album tout simplement intitulé Seven et pour confirmer la géolocalisation en Finlande, MPE rappellera le batteur de session Marko Tommila présent sur Liberation = Termination.

... And Death Said Live devait répondre aux attentes des adeptes de MPE, en confirmant son talent de composition pour délivrer une musique répondant aux codes tout en étant efficiente, Andy n’a plus les mains liées. Le guitariste a pu ainsi ensuite libérer ses appétences aux claviers et à la programmation d’orchestration. Pas forcément le plus friand de ses expérimentations “eurodance” ou son piano parfois kitsch au possible (plus particulièrement sur Embers Of A Dying World), le gaillard ne les gomme pas encore (constat dès l’introduction de “A Day For Redemption”) mais remettra sa guitare au front. Une six cordes qui ne se limite pas qu’à des démonstrations de soli (syndrome Arch Enemy), place à un réajustement de la dose death/thrash suédois sous perfusion. Un résultat affuté pour secouer notre coupe mulet (oui plus beaucoup de cheveux sur le dessus à nos âges) : “Lost In A Starless Aeon”, “In Frozen Fields”, l’imparable “Rebirth” ou un très “catchy” “The Everlong Night”... Finalement je pourrais citer tout l’album, l’accroche est totale. Evidemment tout cela encore ponctué d’élans heavy/power virtuoses d’Andy mais finement dosés.

Principal responsable du rendu final, Andy n’est pourtant pas seul sur l’embarcation. Le jeu martial et véloce de Marko donnera un véritable coup de fouet à la musique de MPE. Pour l’occasion je me suis remis Liberation = Termination (un peu dur sur la chronique à sa sortie je dois avouer) et on retrouve typiquement l’impact d’un “cyber At The Gates bodybuildé”. Rappelez vous des morceaux “Finality” (oh que c’est bon !) ou “Sinners Defeat”. Mettez ensuite la casse nuque “Rebirth” (véritable retour en 2007), les frappes musclées de “Master Of The Dead” ou les blast beats sur le final “My Home, My Grave”. Comme un air de famille ! Comme à son habitude depuis 17 ans, rien à redire sur le chant du vétéran et porte étendard de l'héritage MPE, Ville Viljanen, quitte même à tenter de l’imiter sur certains refrains (“Rebirth” encore lui : “Arise !”) !

A l’image du retour en trombe sur ... And Death Said Live en 2012, Mors Principium Est semble de nouveau rajeuni et sort reboosté par une rythmique percutante. Comme d’habitude le boulot de composition d’Andy est juste hallucinant mais plutôt que des patés d’orchestrations et de soli étouffant, le retour des guitares incisives à l’efficacité antérieure changera la donne. Du death mélodique haut de gamme garanti sans temps mort, impensable pour ce genre éteint à notre époque. Un compagnon qui plus est parfait pour ce confinement, comme quoi cette fin d’année n’est pas si noire que ça.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
01/03/2021 08:40
note: 8.5/10
En rétrospective, j’ai passé tout l’hiver a écouter cet album, il était quand même temps que je me le prenne officiellement (même si le craquage pour l’édition avec la reprise de Muse fait un peu mal Mr Green )
Et je me range définitivement dans le camp des messages précédents : le death mélo, c’est plus trop ma came mais quand c’est autant une putain d’usine à tubes avec une patate monstre, ben ça poutre !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
26/01/2021 19:17
note: 8.5/10
Gros coup de coeur. Ca fait longtemps que je n'avais pas autant pris mon pied sur du Death mélo !!
Solarian citer
Solarian
26/11/2020 19:06
note: 9/10
Pas vraiment client du style, je dois pourtant avouer que cet album m'a mis littéralement K.O.
Alors que les précédents depuis la réactivation en 2012 étaient assez bof, ce dernier rejeton met dans le mille avec une fougue peu commune et hautement communicative. Une putain d'inspiration au service d'une énergie de tous les instants; aucun titre faible, une prod moderne et évidemment plastoc mais ici osef car ça fonctionne, des mélodies néo-classiques absolument imparables, des riffs qui font mouche à tous les coups... bref, un grand coup de pompe mélo-death dans le derche (un peu comme celui que m'avait asséné un certain Wintersun en 2004, c'est dire si ça remonte loin...) !

9 titres = 9 branlées + une excellente reprise du tubesque Uprising de Muse qui clôture à merveille ce bouillonnement créatif. Très rarement un machin estampillé "mélo" m'a vraiment obligé à changer de calbut dans l'heure, là oui ^^
Du grand art !
donvar citer
donvar
13/11/2020 17:47
note: 8/10
Beau boulot, moins cheap que le précédent. Il manque peut-être encore un poil d’homogénéité, de finition mais bon ...
Et belle reprise, une fois de plus (Muse cette fois-ci) !
Mitch citer
Mitch
09/11/2020 10:53
note: 8/10
Ah non, bonne surprise que ce nouveau DT de mon côté (dans un style différent). Clin d'oeil
Mera citer
Mera
09/11/2020 08:20
note: 8.5/10
Ça faisait longtemps que j'avais pas écouté un album de death mélo avec un minimum de plaisir ! Sourire (petit tacle par avance au futur DT Mr Green )

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mors Principium Est
Death mélodique
2020 - AFM Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8.31/10
Webzines : (5)  7.99/10

plus d'infos sur
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Death mélodique - 1999 - Finlande
  

tracklist
01.   A Day for Redemption  (05:03)
02.   Lost in a Starless Aeon  (05:09)
03.   In Frozen Fields  (05:02)
04.   March to War  (04:58)
05.   Rebirth  (03:29)
06.   Reverence  (02:06)
07.   Master of the Dead  (06:38)
08.   The Everlong Night  (04:16)
09.   At the Shores of Silver Sand  (05:09)
10.   My Home, My Grave  (06:20)

Durée : 48:10

line up
parution
23 Octobre 2020

voir aussi
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Embers Of A Dying World

2017 - AFM Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Inhumanity

2003 - Listenable Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
...and Death Said Live

2012 - AFM Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era

2014 - AFM Records
  

Essayez aussi
Enforsaken
Enforsaken
Sinner's Intuition

2006 - Crash Music
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
At The Gates
At The Gates
Slaughter Of The Soul

1995 - Earache Records
  
Bloodshoteye
Bloodshoteye
An Unrelenting Assault

2006 - Galy Records
  
Skyfire
Skyfire
Esoteric

2009 - Pivotal Rockordings
  

Surprise de l'année
Mekong Delta
Lurking Fear
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Invincible Force
Decomposed Sacramentum
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique