chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Suffocation - Breeding The Spawn

Chronique

Suffocation Breeding The Spawn
Rares sont les groupes qui ont acquis le statut de cultes dès leur premier album. On pense à Metallica, Machine Head ou Korn mais en death, celui qui a révolutionné le genre c'est bien Suffocation, avec le cultissime "Effigy Of The Forgotten" en 1991. Deux ans après cette perle, les New-Yorkais font à nouveau parler d'eux en larguant un "Breeding The Spawn" sur une scène à jamais transformée. Autant dire que le groupe était attendu au tournant. Allaient-ils confirmer leur supériorité ou allaient-ils se contenter de sortir un "Effigy Of The Forgotten" bis? La réponse leur est largement favorable, bien qu'il faille dans un premier temps tempérer les éloges.

Et oui car à la première écoute, disons le tout de suite, cet album déçoit. Il déçoit parce qu'à cette fameuse première écoute on fait bien trop attention à un facteur capital pour notre chère musique, la production. Et cet album est en effet mal produit. "Effigy Of The Forgotten" n'était pas un modèle du genre mais là c'est vraiment médiocre. Voilà ce que c'est d'avoir laisser tomber Scott Burns! Le groupe a fait appel à Paul Bagin et le résultat s'en ressent. Les guitares sont trop en retrait, manquent de puissance et donc d'impact, ce qui vous vous en doutez nuit quelque peu à l'efficacité et au plaisir de l'écoute. Mais le pire reste la batterie. On a l'impression d'avoir affaire à un kit en plastique Playskool tellement les toms sonnent plat. En plus, la batterie est mixée bien trop en avant et c'est le fouilli le plus total sur les blast-beats... Le grand Mike Smith n'a vraiment pas eu un son à la mesure de son jeu. Il est déjà difficile de rentrer dans un album de Suffocation vu la complexité des structures et l'avalanche de riffs qui déferlent sur nous, et du coup cela devient un sacré défi.

Pourtant, petit à petit, au fil des écoutes, on s'y habitue ou plutôt on essaye d'oublier et on commence à prendre conscience du potentiel de cet opus. Le groupe continue sur la voie ouverte par son premier album et approfondit le concept de technicité: les structures des morceaux sont encore plus tortueuses, les changements de rythme incessants et inattendus encore plus nombreux, les breaks plus lourds et plus lents ("Breeding The Spawn", "Ornaments Of Decrepancy", "Ignorant Deprivation"!!), les riffs plus complexes, les harmoniques sifflantes plus utilisées (l'énorme break de "Prelude To Repulsion"), les solos, bien que toujours chaotiques, plus construits ("Anomalistic Offerings, "Ornaments Of Decrepancy"), les ambiances oppressantes plus travaillées (notamment grâce à basse). Pour faire court, les compos sont plus abouties. Et puis la production n'a pas que des mauvais côtés. Si les guitares et la batterie en ont pris un coût, le chant et la basse ont été épargnés. La voix impressionnante de Frank Mullen a évolué et prend une direction moins gutturale, plus "audible". Il a enlevé les deux mains de son micro et a ainsi gagné en puissance et en personnalité. LA voix Suffo se met en place. Mais la palme d'or (remarquez la référence subtile à l'actualité cinématographique) est décernée à un autre membre, Chris Richards, qui a entre-temps remplacé Josh Barohn au poste de bassiste. La basse est ici l'instrument qui fait toute la différence. Si vous êtes fans de quatre-cordes, vous allez prendre votre pied, je vous le garantis! Omniprésente, parfaitement mise en valeur par le mix, vagabonde, celle-ci est une pure merveille. Affranchie de toutes obligations envers les guitares, la basse se laisse aller, toute heureuse de son indépendance ("Beginning Of Sorrow", le génialissime "Breeding The Spawn", "Epitaph Of The Credulous" et "Ignorant Of Deprivation" offrent les meilleures lignes). Elle vous fera bien souvent frissoner en installant des ambiances aussi froides que la pochette de l'album.

"Breeding The Spawn" est un album qui ne s'apprécie que si vous lui laissez le temps. Sa complexité, sa richesse, sa brutalité, sa froideur et malheureusement sa production ne facilitent pas la tâche mais une fois dompté, il s'avère proprement excellent. Suffocation confirme son énorme potentiel et compte bien s'installer sur le trône pour longtemps (aucune allusion à une quelconque constipation ici je vous vois venir!). Pourtant, à cause de cette satanée production, les Américains sont passés à côté de quelque chose de vraiment très grand comme l'avait été "Effigy Of The Forgotten". Le groupe aurait mérité un son à la hauteur de son talent, pour magnifier ses géniales compos. Ce problème sera résolu avec le retour de Scott Burns sur l'album suivant, "Pierced From Within", considéré comme beaucoup comme l'un des tous meilleurs albums de death de l'histoire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suffocation
Brutal Death technique
1993 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (17)  7.76/10
Webzines : (7)  6.42/10

plus d'infos sur
Suffocation
Suffocation
Brutal Death - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Beginning Of Sorrow
02.   Breeding The Spawn
03.   Epitaph Of The Credulous
04.   Marital Decimation
05.   Prelude To Repulsion
06.   Anomalistic Offerings
07.   Ornaments Of Decrepancy
08.   Ignorant Deprivation

Durée totale: 36'00

line up
voir aussi
Suffocation
Suffocation
Human Waste (MCD)

1991 - Relapse Records
  
Suffocation
Suffocation
Souls To Deny

2004 - Relapse Records
  
Suffocation
Suffocation
The Close Of A Chapter (Live)
(Live 2005)

2006 - Autoproduction
  
Suffocation
Suffocation
Effigy Of The Forgotten

1991 - Roadrunner Records
  
Suffocation
Suffocation
Despise The Sun (MCD)

1998 - Vulture Records
  

Essayez aussi
Odious Mortem
Odious Mortem
Cryptic Implosion

2007 - Willowtip Records
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Evidence Of Inequity (EP)

2005 - Galy Records
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Transcend Into Ferocity

2004 - Neurotic Records
  
Unfathomable Ruination
Unfathomable Ruination
Enraged & Unbound

2019 - Willowtip Records
  
Monumental Torment
Monumental Torment
Element Of Chaos

2011 - SFC Records
  

The Arcane Order
In The Wake Of Collisions
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report
L'aigle n'est pas réservé aux NAZIS !!!
Lire le podcast
PPCM #27 - Atheist, quand la Floride apporte le meilleur du Death Metal !
Lire le podcast
Bloody Alchemy
Reign Of Apathy
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast