chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aborted - Maniacult

Chronique

Aborted Maniacult
S’il revient à peine plus d’un an après l’Ep « La Grande Mascarade », il a fallu trois années à Sven et ses acolytes pour donner une suite au décevant « Terrorvision » qui marquait un net essoufflement après plusieurs disques de qualité. Si le résultat était loin d’être raté l’ensemble donnait néanmoins une impression de pilotage automatique un peu trop exacerbée, conjuguée à un manque flagrant de morceaux mémorables qui passeront l’épreuve du temps. Cependant on avait quand même hâte d’entendre ce nouveau volet vu que ce court-format sorti récemment montrait de bonnes choses et notamment le retour à une certaine forme de classicisme, loin des excès modernes et Deathcore que l’on a pu entendre sur les précédentes livraisons du groupe. Du coup fort d’un line-up toujours identique et motivé comme jamais du fait de l’absence de concerts le quatuor se présente sur le papier en grande forme, et se sait attendu au tournant et sans droit à l’erreur s’il veut conserver son prestige et son statut.

Et une fois l’introduction (« Verderf ») terminée force est de reconnaître que ce nouvel album démarre franchement sous les meilleurs auspices avec tout d’abord le très agréable « ManiaCult », qui bien qu’étant sans surprises propose un bon équilibre entre lourdeur massive et tabassage intensif tout en étant relativement sans excès sonores. Si ça sonne ultra-classique et presque prévisible ça n’en reste pas moins très efficace et cela va aller crescendo avec l’excellent « Impetus Odi » direct et sans compromis, où l’alternance est encore de rigueur mais avec un certain retour au style de « The Archaic Abattoir », particulièrement plaisant et aguicheur. D’ailleurs sur cette première partie d’opus ce ressenti va encore s’entendre et tout d’abord sur le monstrueux « Dementophobia » qui a tout ce qu’il faut pour cartonner sur scène, et on ne va pas s’en plaindre. Se montrant hyper entraînant et propice au headbanging sur les passages rapides comme sur ceux plus lents et écrasants cette plage confirme la bonne dynamique entendue jusqu’à présent, et montre un groove implacable et bien remuant comme on ne l’avait plus entendu chez la formation depuis un bail, et cela fait plaisir à entendre. D’ailleurs ce ressenti positif va perdurer sur le tout aussi réussi « A Vulgar Ouagmire » qui est probablement la composition la plus violente et extrême proposée ici, tant la vitesse y est ultra-majoritaire (seulement interrompue par de courts moments au ralenti portés par un tapis de double suffocant) et propose ainsi un démontage de cervicales en règle cohérent et frontal, qui renvoie vers « Goremageddon : The Saw And The Carnage Done ».

Après cette première moitié hyper agréable et sans fautes de goût notable (hormis le mitigé et redondant « Portal To Vacuity »), la seconde va quant à elle continuer sur les mêmes bases d’abord avec le très bon et intense « Ceremonial Ineptitude » où la densité est de rigueur, et surtout via l’étouffant et rampant « Drag Me To Hell ». Si les riffs froids et futuristes peuvent au départ faire penser à un retour du son clinique et électronique cela ne dure pas heureusement, et la suite va montrer un visage plus oppressant et écrasant, même si évidemment les explosions de vitesse et les accélérations ne sont pas oubliées. Tout cela offre ainsi un rendu dense où l’alternance est de mise pour une accroche immédiate, à l’instar du tout aussi bon « Grotesque » qui là-encore lève le pied sur un temps plus important, mais toujours sans oublier le headbanging de rigueur. Si l’ensemble se termine de façon un peu décevante avec « I Prediletti : The Folly Of The Gods » qui fait surtout office de remplissage (malgré ses arpèges d’introduction agréables et ses parties tribales sympatoches), car ça reste trop lambda et quelconque pour captiver sur la longueur, mais vu le résultat global proposé durant 40 minutes cela n’est finalement pas si grave.

Car même si ça reste calibré à outrance et que ça n’est finalement qu’une livraison de plus dans une désormais longue discographie ce cru 2021 est le meilleur depuis le très bon « Retrogore », et confirme le retour en forme du chanteur belge et de ses camarades de jeu. Un peu de passe-partout, du léger remplissage et pas mal de bon voire très bon (aidé en cela par une certaine sobriété sonore), voilà comment on peut résumer cette galette de très bonne tenue qui ne changera pas le statut de ses créateurs ni attirera de nouveaux fans, mais conservera ceux déjà présents qui se satisferont sans problème de ce onzième volume qui se place facilement dans le haut du panier de sa deuxième (et actuelle) partie de carrière.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborted
Brutal Death Moderne
2021 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (6)  7.37/10

plus d'infos sur
Aborted
Aborted
Brutal Death Moderne - 1995 - Belgique
  

tracklist
01.   Verderf  (02:57)
02.   ManiaCult  (03:37)
03.   Impetus Odi  (03:46)
04.   Portal To Vacuity  (04:40)
05.   Dementophobia  (03:00)
06.   A Vulgar Quagmire  (03:17)
07.   Verbolgen  (01:38)
08.   Ceremonial Ineptitude  (03:53)
09.   Drag Me To Hell  (05:03)
10.   Grotesque  (03:53)
11.   I Prediletti: The Folly Of The Gods  (05:03)

Durée : 40:47

line up
parution
10 Septembre 2021

voir aussi
Aborted
Aborted
Slaughter & Apparatus
(A Methodical Overture)

2007 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
The Haematophobic EP (EP)

2004 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Goremageddon
(The Saw and the Carnage Done)

2003 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Strychnine.213

2008 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
The Necrotic Manifesto

2014 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Syphilis
Syphilis
Gang Bang (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Benighted
Benighted
Icon

2007 - Osmose Productions
  
DarkRise
DarkRise
Circles Of Failure

2019 - Punishing Records
  
Benighted
Benighted
Asylum Cave

2011 - Season Of Mist
  

Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Suppression
The Sorrow Of Soul Through ...
Lire la chronique
Chemicide
Common Sense
Lire la chronique
Synesthésie #1 - Elden Ring
Lire le dossier
Blackened
Voices From The Void
Lire la chronique
Le black metal rend-il FOU ? Ou juste zinzin ?
Lire le podcast
BAUDELAIRE dans le Black Metal
Lire le podcast
La Voûte #10 - Imperator
Lire le podcast
Mortuary
Blackened Images
Lire la chronique
Sakrifiss dans "Le Secret des Dieux".
Lire le podcast
Plague Years
Circle Of Darkness
Lire la chronique
Exodus
Persona Non Grata
Lire la chronique
Primal Rage
Awakening The Masses
Lire la chronique
Deranged
Place Of Torment (Démo)
Lire la chronique
Le best of BLACK METAL 2021
Lire le podcast
Bilan 2021
Lire le bilan
Estertor
Tales From The Ancient Grave
Lire la chronique
La Voûte #9 - Hvis Lyset Tar Oss
Lire le podcast
Les sorties de 2021
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Aborted
Retrogore
Lire la chronique
Mortal Vision
Mind Manipulation
Lire la chronique
No Return
Fearless Walk To Rise
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique