chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Exodus - Persona Non Grata

Chronique

Exodus Persona Non Grata
Et de 11 pour EXODUS, qui marque avec « Persona Non Grata » un retour attendu, ne serait-ce que pour les 7 années le séparant de la sortie d’un « Blood In Blood Out » plutôt solide. Un long hiatus pour le groupe, conséquence de facteurs internes (Gay Holt au chevet d’un SLAYER en préretraite, Tom Hunting affecté par un cancer de l’estomac) et externes (y a un sale truc qui court dans l’air depuis deux ans, ça vous parle ?). Pour autant, nul changement de line-up en vue avec un Steve « Zetro » Souza fidèle au poste de gueulard en chef, au grand damn de ceux qui ne supportent plus depuis longtemps son timbre de voix nasillard.

Pourtant, ce qui frappe d’emblée aux premières écoutes de « Persona Non Grata », c’est que le chanteur historique du groupe a fait ce qu’il fallait pour varier au maximum ses interventions derrière le micro. Car si l’essentiel de ses vocalises donnent dans la déclinaison d’un Brian Johnson officiant au sein d’un groupe de thrash, Steve taille également dans le gras dès que l’occasion lui est donnée de varier un tant soit peu de son registre de prédilection (le title track, très révélateur à ce niveau), quant il ne se remet pas à frayer sur des terres mélodiques délaissées depuis des lustres (« The Fires Of Division »). Pas mal critiqué, Souza a donc corrigé le tir dans les limites de ce dont il est capable, livrant ici une bien meilleure prestation que sur « Blood In Blood Out ». Ecoutez un peu la perturbante « Prescribing Horror » (ces cris de nourrissons dans le final, une épreuve !), dans un registre proche de « Like Father Like Son » sans les passages rapides pour vous en convaincre : loin de rester dans sa zone de confort, Steve fait forte impression en variant au maximum son spectre vocal toujours sujet à controverse. Décemment, on ne peut pas lui en demander plus, d’autant qu’il s’appuie sur les backing vocals bien velus des fistons de passage (coucou Nick et Cody des excellents HATRIOT).

Et musicalement, on en est où ? Après une bonne décennie à donner dans l’épate au détriment de l’efficacité thrash attendue, EXODUS revient à de meilleures intentions, contrairement à ce que pourrait laisser augurer un morceau titre frayant au-delà des neuf minutes. Déraisonnable ? Vu l’excellence de ce titre et le format beaucoup plus resserré du programme restant, on passera l’éponge illico, en saluant la performance d’un combo toujours à l’heure lorsqu’il s’agit d’allier agressivité et virtuosité. Saluons surtout la note d’intention : n’ayant plus rien à prouver depuis belle lurette, les Américains semblent avoir réintégré le studio avec pour seule intention d’accoucher de bons titres, point barre. En résulte la suite logique d’un « Tempo Of The Damned », probablement l’album le plus apprécié de leur seconde partie de carrière, comme en témoigne « Lunatic Liar Lord », déclinaison évidente d’une certaine « Scar Spangled Banner ». Où l’on retrouve un caméo appréciable de l’ami Rick Hunolt, fort bien remplacé par un Lee Altus tenant la dragée haute à la tête pensante Gary Holt.

Avec seulement deux titres dépassant les sept minutes, Gary a recentré les débats : plus concis que les deux « Exhibit », « Persona Non Grata » s’appuie sur des compos qui font mouche dès la première écoute. Festival attendu de riffs et de soli, tout en prenant bien soin de nettoyer les oreilles de l’auditeur aux barbelés, « Persona Non Grata » souffre peu de trous d’air malgré son running time de soixante minutes. Les salves les moins convaincantes ? « The Years Of Death And Dying » et « The Fires Of Division », les plus heavy du lot et encore! Ça reste franchement solide. Disons que mon goût prononcé pour la bataille rangée m’incite forcément à mettre en avant les aimables pugilats que sont « The Beatings Will Continue », « Clickbait » ou encore « Antiseed », parfait final qui bourre jusqu’à ce que mort s’en suive. Ajoutez à cela un sens aigu de la relance et des variations bien senties qui prolongent la durée de vie de l’ensemble et vous obtenez sans nul doute ce qui s’avère être leur meilleure sortie depuis pas loin de vingt ans. Comme en plus les Californiens ont enfin trouvé le point d’équilibre entre grosse saucée thrash et mid tempo propice au tassement de disques vertébraux, on ne peut que se réjouir de leur retour aux affaires. EXODUS for president !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
31/01/2022 09:29
note: 7/10
Plus concis et intéressant que le trop long et poussif "Blood In, Blood Out", sans pour autant renouer avec le talent des débuts. Le groupe retrouve ici une certaine inspiration sur certains titres imparables, tout en restant un peu trop en roue-libre... néanmoins c'est sans doute leur meilleur disque depuis "Tempo Of The Damned"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exodus
Thrash metal
2021 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (8)  8.69/10

plus d'infos sur
Exodus
Exodus
Thrash metal - 1979 - Etats-Unis
  

vidéos
The Beatings Will Continue (Until Morale Improve)
The Beatings Will Continue (Until Morale Improve)
Exodus

Extrait de "Persona Non Grata"
  

tracklist
01.   Persona Non Grata
02.   R.E.M.F.
03.   Slipping Into Madness
04.   Elitist
05.   Prescribing Horror
06.   The Beatings Will Continue (Until Morale Improve)
07.   The Years Of Death And Dying
08.   Clickbait
09.   Cosa Del Pantano
10.   Lunatic Liar Lord
11.   The Fires Of Division
12.   Antiseed

Durée : 01:00:23

line up
parution
19 Novembre 2021

voir aussi
Exodus
Exodus
The Human Condition
(Exhibit B)

2010 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
The Atrocity Exhibition
(Exhibit A)

2007 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
Bonded By Blood

1985 - Torrid Records
  
Exodus
Exodus
Fabulous Disaster

1989 - Music For Nations
  
Exodus
Exodus
Force Of Habit

1992 - Capitol Records
  

Essayez aussi
Destruction
Destruction
Eternal Devastation

1986 - Steamhammer Records (SPV)
  
Torn Fabriks
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)

2021 - Firecum Records
  
Annihilator
Annihilator
Feast

2013 - UDR Music
  
Hatriot
Hatriot
Dawn Of The New Centurion

2014 - Massacre Records
  
Warfect
Warfect
Exoneration Denied

2013 - Cyclone Empire Records
  

Essence
Prime
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Suppression
The Sorrow Of Soul Through ...
Lire la chronique
Chemicide
Common Sense
Lire la chronique
Synesthésie #1 - Elden Ring
Lire le dossier
Blackened
Voices From The Void
Lire la chronique
Le black metal rend-il FOU ? Ou juste zinzin ?
Lire le podcast
BAUDELAIRE dans le Black Metal
Lire le podcast
La Voûte #10 - Imperator
Lire le podcast
Mortuary
Blackened Images
Lire la chronique
Sakrifiss dans "Le Secret des Dieux".
Lire le podcast
Plague Years
Circle Of Darkness
Lire la chronique
Exodus
Persona Non Grata
Lire la chronique
Primal Rage
Awakening The Masses
Lire la chronique
Deranged
Place Of Torment (Démo)
Lire la chronique
Le best of BLACK METAL 2021
Lire le podcast
Bilan 2021
Lire le bilan
Estertor
Tales From The Ancient Grave
Lire la chronique
La Voûte #9 - Hvis Lyset Tar Oss
Lire le podcast
Les sorties de 2021
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Aborted
Retrogore
Lire la chronique
Mortal Vision
Mind Manipulation
Lire la chronique
No Return
Fearless Walk To Rise
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique