chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sodom - In War And Pieces

Chronique

Sodom In War And Pieces
Le soldat Cglaume ayant choisi d'exercer ses talents de reporter de guerre sur un autre front que le champ de bataille de Thrashocore, place à l'officier en second Johansson pour l'analyse des forces et faiblesses de la nouvelle livraison meurtrière du plus redoutable trio thrash d'outre-Rhin, j'ai nommé SODOM ! Des sodomaniaques toujours emmenés par l'increvable Tom Angelripper et les lieutenants Bernemann (guitares) et Schottkowski (batterie), soit le line-up au garde à vous depuis un « Code Red » (1999) tirant plus de balles à blanc que de cartouches up tempo du calibre de celles de « Tapping The Vein » (1992) ou « Agent Orange » (1989). Les allemands n'ayant jamais fait dans la dentelle mais plutôt dans la dentition éclatée à grands coups de rangers lavées au jus de cervelle vietcong, on n'attend plus SODOM sur le terrain de la guerre propre et de la frappe chirurgicale depuis bien longtemps, et ce n'est pas avec ce « In War And Pieces » conçu pour éventrer l'ennemi à la baillonette que les toubibs du régiment vont pouvoir souffler !

Old school jusqu'à la racine du scalp ennemi, ce 13ème full length ouvre les hostilités avec un title track à fort potentiel de destruction où le seul suspense réside dans le réglage de la minuterie ; à la question de savoir à quel moment le SODOM nouveau va lâcher le frein à main pour tronçonner tout ce qui remue encore à même la fange, le toujours excellent Thomas Such répond passé une gueulante à glacer le sang des belligérants de tous bords : 3 :04 ! Cette jouissive et languissante entrée en matière passée, on s'apprête à assister, la bave aux lèvres, au carnage amorcé par une « Hellfire » bien rapide et basique (sans doute trop) en forme de chausse trappe auditive. Car dès le morceau suivant, la réjouissante « Through Toxic Veins », SODOM change son fusil d'épaule pour progresser à plat vendre en territoire mid/speed, laissant l'artificier Bernemann distiller quelques éclairs heavy à l'allemande que n'auraient pas renié leurs compatriotes de GAMMA RAY ou encore HELLOWEEN (à 3 :33 sur « Through Toxic Veins », à 3 :22 sur « Storm Raging Up »), quand le groupe ne ponctue pas ses offensives classic thrash par des tirs de sommation rock n' roll façon « Better Off Dead ». Les partisans de la chose extrême, qu'elle soit d'obédience black (le chant toujours bien rance de Tom Angelripper, présent par intermittences) ou death (il est loin le temps de « Body Parts » ou « Skinned Alive ») en seront donc pour leur frais car hormis sur « Feigned Death Throes », où le groupe amorce une alliance intéressante entre MOTÖRHEAD et BOLT THROWER, on reste dans le thrash pur et (pas si) dur, surtout compte tenu des états de services d'un combattant qu'on a connu plus guerrier dans l'âme dans sa prime jeunesse, et surtout moins influencé par les Héraults du heavy thrash US.

Car ne serait-ce pas « In My Darkest Hour » que l'on devine au démarrage de la faiblarde « God Bless You » ? Ou encore une relecture du « Angry Again » de Last Action Hero tout au long de « Styptic Parasite », meilleur titre du lot avec « In War And Pieces » ? SODOM qui singe (plutôt pas mal) MEGADETH, on aura tout entendu, encore que CARCASS s'y soit déjà essayé sur « Swansong ». Un parti pris qui aurait pu être payant si Bernd Kost avait le niveau requis pour rivaliser avec les tireurs d'élite de la bande à Mustaine. C'est loin d'être le cas et beaucoup regretteront cette orientation plus souple, moins frontale, renforçant le sentiment que l'ex-terreur du circuit thrash ne fait désormais plus peur à grand monde ; la faute à des titres rapides parfaitement inoffensifs et bien isolés dans le tracklisting (les très oubliables « Knarrenheinz » et « Hellfire »), à des riffs souvent efficaces mais par trop fonctionnels, et à une production un peu trop rondouillarde de Waldemar Sorychta, lequel aurait gagné à accentuer le côté cradingue de la chose pour gommer ses insuffisances. Reste un album honnête et homogène, assez plaisant dans l'ensemble malgré la relative faiblesse des refrains et un contenu moins brutal que ce à quoi on pouvait s'attendre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
M. T.
26/12/2010 21:42
Bien mais peut mieux faire. Le groupe a sorti des albums plus intéressants.
pj666 citer
pj666
14/12/2010 16:30
note: 7.5/10
Très bon album et excellent mix !
von_yaourt citer
von_yaourt
26/10/2010 18:33
Ce nouveau Sodom a vraiment l'air pourri...
Squirk citer
Squirk
26/10/2010 14:10
Je ne me suis jamais vraiment intéressé à la disco post-90 du groupe, l'ayant plus ou moins boudé à partir de Better Off Dead, préférant me concentrer sur leur trois premiers albums et les quelques EP qui les accompagnent.
Ce n'est visiblement pas aujourd'hui que je vais me réconcilier avec le groupe...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sodom
Thrash metal
2010 - SPV
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (6)  7.17/10
Webzines : (38)  7.86/10

plus d'infos sur
Sodom
Sodom
Thrash metal - 1981 - Allemagne
  

tracklist
01.  In War and Pieces
02.  Hellfire
03.  Through Toxic Veins
04.  Nothing Counts More than Blood
05.  Storm Raging Up
06.  Feigned Death Throes
07.  Soul Contraband
08.  God Bless You
09.  The Art of Killing Poetry
10.  Knarrenheinz
11.  Styptic Parasite

Durée : 47:11

line up
parution
22 Novembre 2010

voir aussi
Sodom
Sodom
Code Red

1999 - Drakkar Entertainment
  
Sodom
Sodom
Get What You Deserve

1994 - Steamhammer Records (SPV)
  
Sodom
Sodom
Epitome Of Torture

2013 - SPV
  
Sodom
Sodom
Persecution Mania

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Sodom
Sodom
Agent Orange

1989 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez plutôt
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  
Testament
Testament
Dark Roots Of Earth

2012 - Nuclear Blast Records
  
Onslaught
Onslaught
Killing Peace

2007 - Candlelight Records
  
Deathhammer
Deathhammer
Onward To The Pits

2012 - Hells Headbangers Records
  
Annihilator
Annihilator
Double Live Annihilation (Live)

2003 - AFM Records
  

Mahatma
Perseverance
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast