chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Annihilator - Sadistic Ballistic

Chronique

Annihilator Sadistic Ballistic
La colère est mauvaise conseillère. Pour nous autres chroniqueurs, en premier lieu, il est souvent préférable de repousser aux calendes Grecques l’analyse d’un skeud décevant plutôt que de monter une basse expédition punitive. Période de confinement oblige, « Ballistic Sadistic » a échappé au pire et pour tout dire, ce n’est sans doute pas plus mal. S’il m’est arrivé d’avoir la dent (très) dure envers certains groupes que j’adule, il y a toujours une grosse marge entre le fantasme du fan que je suis (allez Jeff, ressort nous un album du calibre de « Never, Neverland ! ») et la réalité du moment, qui donne l’impression que Jeff Waters s’adonne à un dangereux cavalier seul.

Pourtant largement secondé par Fabio Alessandrini durant le processus de composition, l’homme à tout faire du thrash recycle ici ses meilleurs plans en plaçant le curseur sur la prouesse technique. Ceux qui suivent la carrière du bonhomme depuis « Alice In Hell » pourront donc s’amuser à répertorier les nombreuses œillades aux compositions passées (« Lip Service », petite sœur de « Knight Jumps Queen », de nombreux passages de « Brain Dance » éparpillés aux quatre vents, « One Wrong Move » dans la droite lignée de « No Way Out ») et apprécieront sans doute la dynamique punchy d’un album tourné vers l’offensive. Les amateurs occasionnels, auquel ce 17ème album semble plus destiné, pourront également se laisser séduire par dix compositions assez efficaces (à défaut d’être originales) où l’on retrouve le heavy/thrash véloce typique du groupe, almanach de gros riffs illustré par de nombreux solis à la limite de l’injouable. Pas peu fier de son dernier rejeton, Jeff Waters va même jusqu’à hisser « Ballistic Sadistic » sur le podium des 10 derniers albums du groupe !

Et c’est là que je reste en complet décalage au niveau de mon ressenti, cette nouvelle livraison étant la plus impersonnelle qui soit pour qui pratique un tant soit peu ANNIHILATOR. Sans forcément remonter à la chute du mur de Berlin (« Alice In Hell », ça date !), il suffit de réécouter le très bon « For The Demented » pour voir la différence. Si Jeff Waters reconnaît volontiers ne pas être un grand chanteur, à force de travail, il était parvenu à faire de belles choses, que ce soit en termes de mélodie ou d’agressivité. Las, le sentiment d’une brutale régression prédomine ici, « Sadistic Ballistic » étant dépourvu du moindre refrain fédérateur ("Psycho Ward" passe encore). A trop vouloir jouer la carte de l’épate, Jeff Waters délaisse la composante émotionnelle, pourtant indissociable des plus grandes réussites du combo d’Ottawa, délocalisé depuis peu à Durham, Angleterre. Rouleau compresseur à sens unique dont il est bien difficile d’extraire du positif, « Ballistic Sadistic » pourra donc, au mieux, servir de porte d’entrée aux non spécialistes, la discographie du groupe recelant quelques pépites heavy trash bien plus significatives.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
17/06/2020 18:27
Mais ?! Ça existe encore ce truc ?? Je n'ai écouté qu'Alice In Hell d'ailleurs...
Astraldeath citer
Astraldeath
17/06/2020 13:50
Thomas Johansson a écrit : Non en fait c'est Jeff Waters qui pense que c'est le meilleur album qu'il a sorti en prenant seulement en compte les dix derniers parus (soit depuis "Carnival Diablos"). Je me situe à l'opposé de son jugement.

Oups, autant pour moi !
MoM citer
MoM
17/06/2020 13:35
Ca fait bien longtemps que Annihilator, c'est l'ombre de lui-même.
Les derniers albums sont musicalement bien tièdes, et visuellement les covers sont beaufs au possible - le pompon étant atteint avec cette cover en mode "oh la la la maniac aux gros eins, allez vous-en femelle".

Ceci étant dit, l'album est juste "bof", comme depuis Feast. Sûr qu'en comparaison des années 2000 et les tentatives douteuses de Waters, c'est pas dégueu, mais ça reste bien loin des "Alice in Hell" et "Never,Neverland" qui, non contents d'êtres bien techniques et jamais plonger dans la facilité, se permettent d'avoir un style spécifique et une efficacité redoutable.
Y a bien "Kill the King" qui reste bondissant, délaissant l'aspect Thrash pour un Heavy direct mais énergique. Du reste, ce groupe, c'est, je trouve, des actes manqués, des tirs à côté.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
17/06/2020 12:42
coreandcoupdate a écrit : Oh dis donc hé, fait rare: je suis à 100% en phase avec Tomtom sur un opus de Thrash Gros sourire

Comme quoi, tout arrive !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
17/06/2020 11:32
Oh dis donc hé, fait rare: je suis à 100% en phase avec Tomtom sur un opus de Thrash Gros sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/06/2020 18:21
Non en fait c'est Jeff Waters qui pense que c'est le meilleur album qu'il a sorti en prenant seulement en compte les dix derniers parus (soit depuis "Carnival Diablos"). Je me situe à l'opposé de son jugement.
Astraldeath citer
Astraldeath
16/06/2020 15:42
Vraiment pas marqué du tout pas ce nouveau disque... Et le placer "dans le top 10 des meilleurs albums du groupe" (si c'est ça que j'ai compris dans ta tournure), sur 17, ça fait pas non plus gage de grande qualité... Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Annihilator
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Annihilator
Annihilator
Thrash metal - 1984 - Canada
  

vidéos
Armed To The Teeth
Armed To The Teeth
Annihilator

Extrait de "Sadistic Ballistic"
  

tracklist
01.  Armed To The Teeth  (4:26)
02.  The Attitude  (4:02)
03.  Psycho Ward  (4:40)
04.  I Am Warfare  (4:47)
05.  Out With The Garbage  (4:27)
06.  Dressed Up For Evil  (4:41)
07.  Riot
08.  One Wrong Move  (4:36)
09.  Lip Service  (5:49)
10.  The End Of The Lie  (4:16)

Durée : 45:28

line up
parution
24 Janvier 2020

voir aussi
Annihilator
Annihilator
Remains

1997 - Music For Nations
  
Annihilator
Annihilator
Never, Neverland

1990 - Roadrunner Records
  
Annihilator
Annihilator
Refresh The Demon

1996 - Music For Nations
  
Annihilator
Annihilator
Alice In Hell

1989 - Roadrunner Records
  
Annihilator
Annihilator
Schizo Deluxe

2005 - AFM Records
  

Essayez plutôt
Megadeth
Megadeth
Rust In Peace

1990 - Capitol Records
  
Necronomicon
Necronomicon
Invictus

2012 - Massacre Records
  
Rumpelstiltskin Grinder
Rumpelstiltskin Grinder
Living for Death, Destroying the Rest

2009 - Relapse Records
  
Anthrax
Anthrax
Among The Living

1987 - Island Records
  
Exumer
Exumer
The Raging Tides

2016 - Metal Blade Records
  

Annihilator
Refresh The Demon
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique