chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

No Return - Self Mutilation

Chronique

No Return Self Mutilation
Nous avions laissé les NO RETURN en 1995, sur un troisième album plutôt contesté : « Seasons of Soul ». S’en était suivi l’EP « Red Embers », dont le style est encore totalement dans l’esprit du disque précédent et qui marque la dernière apparition de Tanguy Bourgeois au chant. C’est donc en un peu moins de trois ans que les musiciens vont opérer leur mutation, sans pour autant renier le passé. En effet, la marque tribale présente sur la pommette du visage ornant l’EP est reprise sur la poitrine des personnages illustrant « Self Mutilation », une façon claire pour le groupe de dire qu’il ne change pas radicalement mais qu’il évolue fortement.

Il y a donc eu du changement autour des indéfectibles Alain Clément (guitare) et Didier le Baron (batterie) avec les arrivées d’un nouveau bassiste (Olivier Herol), d’un claviériste (Malko Pouchin) et, surtout, de la nouvelle voix de la formation : Steeve Petit, alias Zuul. Et à la différence de certains groupes où les mouvements de personnels n’exercent aucune influence sur la musique, le quintette fait peau neuve, se réinvente pour prendre l’orientation qui restera la sienne par la suite : un thrash death metal puissant, racé comme on aime à le dire, également beaucoup plus technique. Il reste que l’on peut parfaitement concevoir d’être fan de la première heure et d’avoir lâché la bande à ce moment-là ou, inversement, de ne pas adhérer aux débuts mais de fondre sur ce qu’elle a sorti ces vingt dernières années.

Les compteurs sont donc remis à zéro. Et alors que « Do or Die » se lance, un premier constat s’impose : les mecs ont mis le paquet sur la production. Elle est clinique, froide, conquérante, à l’image de compositions qui se révèlent être la jonction parfaite entre le death metal de « Contamination Rises » (complexité, agressivité), la précision chirurgicale d’un FEAR FACTORY à l’époque de « Demanufacture » et le riffing de SLAYER dans sa période post « Decade of Aggression » (« Truth and Reality »).

S’il fallait cependant le préciser, les Français conservent une personnalité, des spécificités qui les rendront toujours identifiables. Le style est certes moins clivant qu’auparavant mais il est pratiqué à un tel niveau d’intensité, d’exigence, qu’il serait malvenu de critiquer quoi que ce soit. Je craignais l’introduction d’un clavier, je suis bien vite rassuré quant à son usage et pour cause, il est quasiment inexistant, réduit à ambiancer les compositions de sonorités futuristes subtiles (« Sect » par exemple), d’où mon parallèle avec l’Usine à Peur. Quant à la performance vocale de Zuul, elle est simplement parfaite, son timbre à la croisée du thash et du death collant parfaitement aux nouvelles ambitions de NO RETURN. Pour le reste, Alain Clément et Didier le Baron se font plus que plaisir : le premier étale une collection de techniques de jeu impressionnante, ses solos n’ont jamais été aussi bien maîtrisés, c’est un riff, une claque. Pour ce qui est du second, il insuffle une dynamique incroyable aux morceaux, il est le cœur de la machine, pas forcément hyper démonstratif dans l’approche de son instrument mais précis, musclé, diversifié, il fallait bien cela pour faire de « Self Mutilation » l’un des meilleurs albums de thrash death européen. Car oui, en 2000, si vous m’aviez demandé de choisir entre SOILWORK, THE HAUNTED voire DARKANE (même si « Rusted Angle » reste encore une grosse fessée), ma décision aurait été prise sans aucun temps de réflexion, le chauvinisme n’ayant même pas besoin d’être pris en compte.

A titre personnel, c’est vrai que j’ai arrêté de suivre le groupe après cet album, « Machinery » étant le dernier que j’écoute encore avec plaisir mais bon sang, cette décennie 1990 – 2000 fut un véritable parcours sans fautes en dépit de son éclectisme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Lofogras citer
Lofogras
03/03/2024 19:21
Vu à Clermont pour la tournée de cet album qui m'a fait découvrir le groupe, c'était ultra efficace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
No Return
Thrash Death Metal
2000 - Kodiak Records
0 - Kodiak Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.83/10

plus d'infos sur
No Return
No Return
Death/Thrash Mélodique - 1989 - France
  

formats
  • CD / 0 - Kodiak Records

tracklist
01.   Do or Die  (03:43)
02.   Truth and Reality  (03:20)
03.   Lost  (02:30)
04.   Soul Extractor  (03:03)
05.   Sadistic Desire  (03:13)
06.   The True Way  (04:00)
07.   Fanatic Mind  (03:14)
08.   Individualistic Ideal  (04:50)
09.   One Life  (02:44)
10.   Trail of Blood  (02:18)
11.   Sect  (03:32)

Durée : 36:27

line up
voir aussi
No Return
No Return
Requiem

2022 - Mighty Music
  
No Return
No Return
Fearless Walk To Rise

2015 - Mighty Music
  
No Return
No Return
Psychological Torment

1990 - Semetery Records
  
No Return
No Return
No Return

2006 - Season Of Mist
  
No Return
No Return
Contamination Rises

1991 - Semetery Records
  

Essayez aussi
Through The Eyes Of The Dead
Through The Eyes Of The Dead
Malice

2007 - Prosthetic Records
  
Satanic Slaughter
Satanic Slaughter
Afterlife Kingdom

2000 - Loud 'n' Proud
  
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  
Deathwards
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)

2019 - Invictus Productions
  
Sepulcher
Sepulcher
Panoptic Horror

2018 - Edged Circle Productions
  

The Haunted
The Haunted Made Me Do It
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Necromanteum EU/UK Tour 2024
Aborted + Carnifex + Revoca...
Lire le live report
Headless Hunter
The Undertaker
Lire la chronique
Exa
Left in Shards
Lire la chronique
Master
Saints Dispelled
Lire la chronique
Cryptosis + Cynic + Obscura
Lire le live report
Deliver the Suffering
Unleash the Chaos (EP)
Lire la chronique
Dissimulator
Lower Form Resistance
Lire la chronique
The Focus of a Valediction European Tour 2024
Cryptosis + Cynic + Obscura
Lire le live report
No Mercy
Widespread Bloodshed... Lov...
Lire la chronique
Nuclear Eric 50th anniversary show
Blackened + Funeral Desekra...
Lire le live report
No Return
Self Mutilation
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Electrocutioner
False Idols
Lire la chronique
Kaos 696 Winter War 2024
Helldrifter + Impiety + Nihilo
Lire le live report
Acid Force
World Targets In Megadeaths
Lire la chronique
Eradikated
Descendants
Lire la chronique
Bilan 2023
Lire le bilan
The Bleeding
Monokrator
Lire la chronique
Les Sakrif'or BLACK METAL 2023
Lire le podcast
Endless
Hand of God
Lire la chronique
Spit Your Hate
United (EP)
Lire la chronique
Inculter
Morbid Origin
Lire la chronique
Trastorned
Into The Void
Lire la chronique
Night In Gales
The Black Stream
Lire la chronique
Shadowspawn
Blasphemica
Lire la chronique
Exorcizphobia
Spiritual Exodus
Lire la chronique