chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Annihilator - King Of The Kill

Chronique

Annihilator King Of The Kill
Déjà aux trois quarts renouvelé sur l'album précédent (Set The World On Fire - 1993), le line-up d'ANNIHILATOR explose définitivement avec ce quatrième album studio. Après avoir dégagé tout le monde, des fidèles de la première heure (Ray Hartmann, Wayne Darley) au dernier chanteur en date (Aaron Randall), Jeff Waters se lance dans un cavalier seul qui durera jusqu'à la sortie de "Remains" en 1997. Une rupture dans la carrière du combo canadien, marquée par la fin du deal avec Roadrunner et par un changement de cap stylistique assez significatif des nouvelles aspirations de son insaisissable frontman.

Pourtant, rien dans la pochette ne laisse deviner une nouvelle orientation musicale ; le logo est toujours le même, l'artwork est en filiation directe avec les deux premiers (et meilleurs) albums ... jusqu'au titre, assez agressif, qui suggère un retour aux affaires thrash et la mise au placard du heavy formaté de "Set The World On Fire". Mais l'entrée en matière, peu convaincante, d'un "The Box" au tempo lourd et martial, met fin au rêve de retrouver le ANNIHILATOR flamboyant du début de carrière. Même si le rythme s'emballe avec un title track véloce et bien charpenté, "King Of The Kill" fraye le chemin d'un heavy rock mélodique carré et basique, à des années lumières de la sophistication des "Schizos Are Never Alone", "Alison Hell" et autres "The Fun Palace". Secondé par le seul Randy Black (batteur de PRIMAL FEAR qu'on retrouvera sur "Refresh The Demon", "Waking The Fury" puis sur le "Double Live Annihilation"), Jeff Waters gère tout de front et s'empare pour l'occasion de la basse et du micro. Si la qualité globale de composition reste très au dessus de la moyenne, on ne peut que regretter le manque de puissance du chant de Waters, qui sent fort le choix par défaut. Là où un bon vocaliste aurait sans doute bonifié les meilleurs titres de l'album, le registre limité de Jeff gêne le décollage des excellents "Hell Is A War" et "Second To None", ce dernier étant d'ailleurs ce qu'on trouve de plus proche du ANNIHILATOR rapide et joueur des débuts. Mention très bien également pour l'entraînante "Annihilator", dont le riff central groovy est une petite merveille du genre. Très mélodique, l'instrumentale "Catch The Wind" oriente l'auditeur vers un final rock n' roll que la vitesse d'exécution de "Speed" ne parvient pas à masquer. Il faudra s'y faire, à l'heure ou MACHINE HEAD joue les terreurs avec son génial "Burn My Eyes", ANNIHILATOR calme le jeu au delà du raisonnable avec une ballade dispensable ("In The Blood") qui, malheureusement, en appellera d'autres.

En sortant un album honorable mais très loin de ce que les fans attendaient à pareille époque, ANNIHILATOR a sans doute raté un virage important, lui coûtant une fin de carrière plus glorieuse. Le thrasher désemparé se sera depuis consolé avec les plus traditionnels "Carnival Diablos" et "Schizo Deluxe", deux albums plus conformes au statut thrash de la machine à riff canadienne. Pour ceux qu'une ballade en terre heavy rock ne rebuterait pas, "King Of The Kill" reste très fréquentable, mais mieux vaut appréhender le tout sous l'angle carrière solo, c'est encore le meilleur moyen d'apprécier l'album à sa juste valeur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
06/05/2008 17:31
note: 6.5/10
Globox666 a écrit : album un peu moisi d'Annihilator qui marque le début de la déchéance du groupe.

Quelques bons morceaux mais les gimmicks de Jeff Waters commencent à agacer, les morceaux plus rock / AC/DC ne collent pas.

"Set The World On Fire" était plus léger que "Never Neverland" mais on retrouvait la classe qui caractérise Annihilator.

Cet album, je l'avais acheté tout ému le jour de sa sortie, je l'ai revendu au bout de quelques mois.


On est bien d'accord. Perso j'avais pas revendu le mien, mais j'ai lâché le groupe pendant au moins 5 ans !
citer
Globox666
05/05/2008 16:31
album un peu moisi d'Annihilator qui marque le début de la déchéance du groupe.

Quelques bons morceaux mais les gimmicks de Jeff Waters commencent à agacer, les morceaux plus rock / AC/DC ne collent pas.

"Set The World On Fire" était plus léger que "Never Neverland" mais on retrouvait la classe qui caractérise Annihilator.

Cet album, je l'avais acheté tout ému le jour de sa sortie, je l'ai revendu au bout de quelques mois.
cglaume citer
cglaume
05/05/2008 12:15
note: 6.5/10
Bien d'accord avec toi Thomas !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Annihilator
Heavy rock
1994 - Music For Nations
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (7)  6.5/10
Webzines : (9)  7.96/10

plus d'infos sur
Annihilator
Annihilator
Thrash metal - 1984 - Canada
  

vidéos
King Of The Kill
King Of The Kill
Annihilator

Extrait de "King Of The Kill"
  

tracklist
01.  The Box
02.  King Of The Kill
03.  Hell Is A War
04.  Bliss
05.  Second To None
06.  Annihilator
07.  21
08.  In The Blood
09.  Fiasco (The Slate)
10.  Fiasco
11.  Catch The Wind
12.  Speed
13.  Bad Child

Durée : 49:32

line up
voir aussi
Annihilator
Annihilator
Feast

2013 - UDR Music
  
Annihilator
Annihilator
All For You

2004 - AFM Records
  
Annihilator
Annihilator
Criteria For A Black Widow

1999 - Roadrunner Records
  
Annihilator
Annihilator
Schizo Deluxe

2005 - AFM Records
  
Annihilator
Annihilator
For The Demented

2017 - Neverland Music/Silver Lining Music
  

Essayez plutôt
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Skid Row
Skid Row
Slave To The Grind

1991 - Atlantic Records
  
Anthrax
Anthrax
For All Kings

2016 - Megaforce Records
  
Metallica
Metallica
Load

1996 - Vertigo
  
Occultation
Occultation
Silence in the Ancestral House

2014 - Invictus Productions
  

Vader
XXV (Compil.)
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique